Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier

Le Grand Meaulnes, petit monument de la littérature française, a été lu par des générations de Français. Son auteur, Alain-Fournier, est mort 10 mois seulement après la publication de cet unique roman sur le front de Lorraine lors des premières semaines de la Grande Guerre. Il a raté de quelques voix le prix Goncourt en 1913 ce qui ne l’a pas empêché de connaître succès et critiques élogieuses.

On dit souvent que pour comprendre cette oeuvre, il faut la lire deux fois : une fois enfant pour être un temps le camarade de jeu d’Augustin, et une fois adulte pour comprendre ce personnage en quête d’un destin, d’un avenir, d’un but à atteindre. Le Grand Meaulnes, c’est avant tout Augustin Meaulnes, 17 ans, qui vient poursuivre ses études en Sologne dans la classe de M. Seurel. Hébergé par la famille du maître, il devient rapidement ami avec François Seurel, 15 ans au début du roman, narrateur de « l’après-coup ». Très vite, son caractère fort et leader le fera surnommé par ses autres camarades « le grand Meaulnes ». Peu avant Noël, il échoue par hasard dans un domaine à demi ruiné où se déroule une nuit à la fois folle et étrange. De tous côtés surgissent des clowns, des enfants, des cris et c’est à travers ce brouhaha qu’il rencontre Yvonne de Galais, soeur de Frantz de Galais qui fête ici ses fiançailles. Il tombe immédiatement amoureux et de ce château et de cette demoiselle.

La suite du roman n’est qu’une quête fiévreuse et brouillonne de ces deux éléments ponctuée de voyages, de rencontres, de jeux de cour d’école et d’espoir. A la fois attachant et égoïste, Augustin nous entraîne avec lui sur les routes, dans les grandes villes ou dans la boue. Enfant volontaire, jeune homme inspiré, notre coeur balance, ne sachant que choisir entre la responsabilité, l’ambivalence et même la déprimante histoire d’un adulte ou la foi aveugle, la hargne et l’inconscience d’un écolier. L’écriture coule de source, tellement naturelle et évidente qu’elle se fait oublire et c’est une expérience de vie que le lecteur trouve dans ces pages. A la fois, poétique mais tellement vrai, les aventures du grand Meaulnes, bien que parfois hors du réel, nous renvoient avec force à notre propre vécu, notre propre ressenti de ce passage parfois douloureux de l’adolescence à l’âge adulte et à la transformation ou la continuité de nos rêves d’hier, de nos envies d’autrefois.

Lecture de loisir ou recherche d’une part perdu de soi, La Grand Meaulnes tient son rôle d’oeuvre majeure de la littérature française. Roman initiatique, la moindre parcelle de sentiment déployée et décrite dans ces lignes est encore aujourd’hui complètement d’actualité et universelle à tous les hommes. C’est un roman bien vivant et véritable que nous a livré aussi Alain-Fournier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s