La cote 400, de Sophie Divry

Désolée pour mon absence, en ce moment je suis malade ET en voyage ET débordée avec notamment le NaNoWriMo dont j’essaierais de vous reparler cette semaine.

Au détour du catalogue de ma médiathèque, j’ai croisé ce coup de cœur de l’équipe du pôle Littérature, un petit livre tout mince, une première publication pour l’auteure Sophie Divry : La cote 400. Avec un nom pareil, vous doutez bien qu’on va être immergé dans une bibliothèque. Gagné !

Sophie Divry nous livre ici le monologue d’une bibliothécaire qui n’est plus de toute première jeunesse. Alors qu’elle arrive dans son rayon géographie dont elle a la garde, elle découvre qu’un des usagers a passé la nuit ici. Elle en profite pour lui déverser ce qu’elle a sur le cœur avant que l’établissement n’ouvre ses portes au public.

D’abord, il y a ce système de classification internationale que l’on doit à Dewey, un type vraiment malin et rusé qui a réussi à classer tout notre savoir avec des chiffres : une structure indestructible qui fait la part belle à l’Histoire, à la littérature, mais délaisse le rayon géographie. Puis, il y a cet espace mal éclairé, au sous-sol sans fenêtre, où elle passe ses semaines à ranger les livres de travers. Une vraie tombe. Heureusement, il y a ce chercheur en histoire qui passe tout son temps libre à venir travailler juste à cette table, là. Ah, quelle nuque, si seulement elle osait…

Elle n’était pas prédestinée à ça, elle, elle voulait être professeure, mais elle a raté la certification. Résultat, elle se retrouve seule à son bureau où personne ne vient lui demander un renseignement, à se moquer des pimbêches du rez-de-chaussée et à râler sur tous ces gens qui ne viennent que pour les BD et les DVD.

Il n’y a pas de pause dans ce court texte, aucun retour à la ligne, paragraphe distinct, juste la voix de cette bibliothécaire esseulée qui garde sa rancoeur pour elle. Je n’ai pas encore décidé ou non si je trouvais ce personnage sympathique : après tout, je suis pour la démocratisation de la culture pour tous, y compris musique, cinéma et tous les genres littéraires. Je l’ai trouvé un peu conservatrice sur les bords mais surtout assez geignarde. Toutefois, elle sait parler, elle est très cultivée et assez captivante je dois avouer.

J’ai appris beaucoup de choses sur le classement Dewey, et vu que je travaille un peu en médiathèque, ça m’a vraiment intéressée. Mais la narratrice évoque des dizaines d’autres sujets qui élargissent la culture générale du lecteur de façon très agréable. Par contre, ce livre ne reflète pas la réalité des bibliothèques qui ont une volonté d’ouverture, de diversité, de découverte culturelle. Après tout, l’héroïne travaille dans une bibliothèque communale, au service des usagers, et non une bibliothèque du patrimoine chargée de sauvegarder notre savoir (mais aussi de le diffuser!). J’ai trouvé cela vraiment réducteur de râler contre ses ados qui mettent le bazar rayon manga – bon, pour le vivre, je ne peux pas nier leurs existences mais tout ne se résume pas ça !

Je suis très partagée concernant ce livre car il est magnifiquement bien écrit et dosé, on ne s’ennuie pas une minute et on suit très facilement la pensée de la narratrice, même si on passe souvent du coq à l’âne sans s’en rendre compte. Sur le style, il n’y a rien à dire, c’est vraiment admirable pour un premier roman, mais aussi osé – un monologue quand même ! De plus, j’ai adoré être plongé dans la tête d’une bibliothécaire et d’avoir affaire à un livre se passant dans ce cadre qui m’est cher, ça a vraiment été jubilatoire.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce petit livre, même si parfois la vision des bibliothèques qu’a le personnage principal m’a un peu refroidie. Toutefois, je vous le conseille !

Sophie Divry, La cote 400, publié dans la très bonne maison d’édition Les Allusifs, 11€.

Publicités

4 réflexions au sujet de « La cote 400, de Sophie Divry »

  1. J’ai côtoyé des bibliothécaires pendant une douzaine d’année pour des raisons professionnelles, ce ne sont pas des personnes très épanouies, et, avec l’âge, elles devenaient souvent aigries. Les seules qui m’ont parues heureuses travaillaient à la grande documentation de l’ambassade de Etats-Unis à Paris (un lieu plein de ressources, mais il fallait montrer patte blanche longtemps à l’avance).
    Sinon le livre a l’air intéressant (pour moi).

  2. Bonjour, j’ai amerri sur votre blog au hasard de la recherche googlesque «littérature souterraine ».
    Glanant des idées de lecture parmi vos posts enjoués, je tombe sur celui relatif à Cote 400 qui suscite ma curiosité, et pour cause : la thématique et la forme me ramènent à mon travail d’écrivain par de fortuites similitudes.
    J’ai publié l’année dernière un roman, Capitaine Françoise, monologue d’une libraire bretonne préparant une soirée littéraire. L’héroïne y est passionnée par ses auteurs, mais stressée par le quotidien en ce jour spécial et donc pas forcément sympathique, à l’instar semble-t-il de la bibliothécaire de Cote 400. Et, entre autres, elle s’énerve elle aussi après d’ados peu respectueux de sa boutique. Deux romans, deux femmes de caractère, deux passions pour les livres, deux journées particulières, que de points communs !
    Curieux de me mettre dans la peau d’une bibliothécaire après l’avoir fait pour une libraire, je vais donc me procurer ce Cote 400 (je continuerai peut-être avec Lady Hunt, un 16/20, ça se tente).
    Quand vous en aurez le temps après votre marathon rédactionnel, vous trouverez de plus amples informations à propos de Capitaine Françoise sur le site de la collection « Mon libraire, ce héros » (URL dans le cartouche des commentaires). Et si le livre vous intéresse, surtout ne l’achetez pas, je vous l’offrirai avec plaisir (et dédicace).
    Critiquement vôtre,
    Stéphane Rubin
    PS : courage, plus que 17349 mots…

    • Merci de vos encouragements pour le NaNoWriMo, je suis ravie si vous avez pu trouver des idées lectures sur mon blog.
      Bien sûr que je serais intéressée par votre ouvrage ! En tout cas, l’aperçu que vous m’en faites m’intrigue;
      Vous pouvez me contacter par mail si vous le souhaitez : lacritiquante@gmail.com

  3. C’est la première fois que j’entends parler d’un tel sujet, dans la peau d’une bibliothécaire…c’est d’autant plus surprenant qu’elles me paraissent plutôt aigries et pas des plus enthousiastes, c’est le moins qu’on puisse dire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s