La Princesse de Montpensier, de Madame de La Fayette

513so4bdpul-_sx302_bo1204203200_Ce mois-ci, ont commencé les lectures communes 2016 lancées sur le blog en début de mois (voir le principe ici). Et comme cela a commencé un peu tard (mon entière faute bien sûr), j’ai proposé la lecture d’une nouvelle : La Princesse de Montpensier de Madame de La Fayette. Vous ne lisez pas ce genre de littérature mais ce titre vous dit quelque chose ? C’est normal puisque cette histoire a été également adaptée en film en 2010 par Bertrand Tavernier avec Mélanie Thierry dans le rôle principal.

Sur fond de guerres de religion, au temps des rois et des reines, une jeune femme est mariée au Prince de Montpensier. Ce dernier est souvent absent : il combat pour son clan et ses convictions. Mais cela permet aux amours de naître et de revivre, et surtout aux amours interdites. Il y a tout d’abord le comte de Chabannes qui est follement épris de la princesse et lui déclare sans cesse son amour. Mais il a l’âge d’être son père et c’est même lui qui se charge de la transformer en vraie dame du monde. La jeune femme fait tout alors pour l’ignorer et le contraindre contre sa volonté à un rôle d’ami très cher. Elle le torture, s’en rend-elle compte ? Ce n’est pas tout : le futur roi de France, le duc d’Anjou, est lui aussi amoureux de la belle. Mais la Princesse de Montpensier n’a d’yeux que pour un seul homme, et il ne s’agit pas de son mari : c’est son ancien amant, toujours amoureux d’elle également, le duc de Guise. Quant à son mari justement, une féroce de jalousie ne peut être que la seule réponse possible.

Qu’est-ce qu’il y a après un triangle amoureux ? Polygone à 5 côtés ? Une princesse belle comme le jour, et quatre hommes du monde. Une sacrée histoire, qui a traversé le temps.

11_93sr5Madame de La Fayette a une plume qui vous fait remonter le temps comme si vous étiez, comme si vous en faisiez partie. Retour presque immédiat à l’époque de la chevalerie. Les histoire d’amour décidément ont lieu partout, en tous temps et sur tous les continents. Et les hautes sphères de la société de l’époque, dans leur prison de conventions, de mariages arrangés et d’épouses fidèles, sont presque le nid idéal pour que des situations de la sorte naissent. Avec notre point de vue d’aujourd’hui, il y a tellement de choses à redire sur cette nouvelle : il faudrait nous réexpliquer par le menu le contexte, on se pâmerait devant la naïveté et l’irréalisme des comportements ou des scènes décrites ici, on se taperait la tête contre les murs face à cette princesse si gnangnan.

Oui, MAIS. Mais il faut prendre cette nouvelle pour ce qu’elle est : un écrit de femme (signé sous un autre nom à l’époque) publié, qui prend en compte les mœurs clairement admises de son temps et a fait rêvé des milliers de femmes et d’hommes face à ces amours impossibles. Il ne faut pas se moraliser des questions d’égalité homme-femme, car ça n’a tout simplement que peu de sens dans le contexte de cette nouvelle. Pour ceux et celles qui ne seraient pas sensibles à mes arguments, je vous demande à présent de voir cette nouvelle comme une histoire d’amours passionnés. Car peu de plumes serait capable de raconter les affres, les tortures et les bonheurs de l’amour aussi bien que Madame de La Fayette. Il est indéniable que cette auteure a un talent particulier pour décrire la violence des émotions et créer des personnages plein de vie.

Alors il est vrai que sur un plan pratique, cette nouvelle est assez dense, et au début il faut prendre le temps de bien replacer chaque personnage. Mais une fois ce petit effort fait (et ce n’est pas grand-chose, la nouvelle ne fait qu’une trentaine de pages), vous vous régalerez à chaque dialogue et vous vous prendrez d’affection pour un personnage. Personnellement, j’avais du mal à supporter la princesse mais je comprenais le mari et je compatissais au sort de Chabannes.

8492b6f180a7a2bc6e8dd7daeb45b847_large

Je trouve que cette nouvelle est un parfait avant-goût de cette littérature de l’amour chevaleresque : je l’ai trouvé très accessible, divertissante et presque « moderne » par certains côtés. Alors, c’est sûr, je ne m’enfilerai pas des romans de ce genre et de cette époque par paquets de douze, mais ce petit livre a agréablement changé de mes lectures habituelles.

Madame de La Fayette, La Princesse de Montpensier, aux éditions Pocket, 1€55

Publicités

4 réflexions au sujet de « La Princesse de Montpensier, de Madame de La Fayette »

  1. J’avais beaucoup aimé et la nouvelle et le film, que j’avais trouvé assez fidèle. Mon personnage préféré était Chabannes je dois dire et si la Princesse m’agaçait un peu, elle me faisait surtout beaucoup de peine…

  2. Ping : Bilan de janvier 2016 | La Critiquante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s