La Gloire de mon père, de Marcel Pagnol

C’est bien la première fois depuis très longtemps les amis que les chroniques à rédiger se bousculent au portillon. Il faut dire que j’ai sacrément bien lu ces derniers jours. Des lectures pas très longues et très addictives, dois-je avouer – mais je viens de me replonger dans un gros pavé sur la famille Hugo, donc le rythme va un petit peu se ralentir.

51sqfppidyl-_sx308_bo1204203200_Commençons donc sans plus attendre avec le livre du jour : il s’agit de La Gloire de mon père de Marcel Pagnol, prêté par mon papa (ça ne s’invente pas). Beaucoup de mes amis ont un peu fait la grimace en voyant ma lecture car cela leur rappelait de pénibles cours de français à base de livres obligatoires et d’épluchages de textes. J’imagine tout à fait que cela peut dégoûter d’une œuvre, mais de mon côté je n’ai jamais eu de Marcel Pagnol dans mon programme. C’est donc assez tardivement apparemment que je découvre cet homme à travers le premier volet d’une série biographique qui a l’air, ma foi, tout à fait intéressante.

Marcel Pagnol nous décrit là son enfance. Son petit frère Paul, son père à qui il voue une grande admiration teintée de possessivité, les premières vacances à la campagne loin de tout après une année de plus à l’école primaire. Et surtout, la première chasse avec ce fameux père (même si ce dernier n’est pas vraiment au courant – vous verrez…).

gloiredemonpere

Il s’agit là d’un classique depuis les années 60. Pourquoi ? Peut-être déjà parce que Marcel Pagnol était déjà un grand nom du cinéma et qu’il deviendra très vite aussi un grand nom du théâtre. Une réputation qui n’est plus à faire mais il a pourtant réussi à se tailler une belle place dans la prose et dans la biographie. Comment a-t-il réussi ? Déjà en racontant la vie, l’enfance de très nombreux petits garçons, du moins ceux de sa génération. Et tous nous pouvons nous retrouver dans des moments simples, des moments passés en famille : les oncles, les frères et sœurs, les plaisirs et les jeux improvisés, les petites aventures qui nous semblaient de grands défis, les mille et une choses féeriques de la nature qui nous semblaient alors les plus belles au monde les soirs d’été. Vous voyez là où je veux en venir ?

gloire-de-mon-pere

Mais le meilleur dans tout ça, c’est la façon qu’a l’auteur de nous le raconter. Tout simplement, sans fioritures, mais en douceur tout de même. Évidemment qu’on adore faire étudier ce livre au collège ou au lycée, la langue est simple mais belle, le thème est commun mais merveilleusement traité. Ce livre se laisse savourer sans aucune difficulté. C’est une vraie gourmandise et j’ai pris un immense plaisir à découvrir à la fois la plume de l’auteur et la vie du petit garçon qu’il a été.

Je ne peux que vous conseiller cette lecture rafraîchissante et agréable. J’ai très hâte à présent de lire Le Château de ma mère.

Marcel Pagnol, La Gloire de mon père, aux éditions Portuno, 5€70.

Publicités

5 réflexions au sujet de « La Gloire de mon père, de Marcel Pagnol »

  1. Je connais les films par cœur et j’avais adoré les romans ado aussi.. Je te conseille aussi sa duologie  » L’eau des collines » (Jean de Florette et Manon des sources) c’est un vrai régal!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s