Les raisins de la colère, de John Steinbeck (lecture commune d’octobre 2017)

cvt_les-raisins-de-la-colere_1811La vie ne nous laisse pas toujours le choix. J’ai été peu présente sur le blog depuis le début du mois, c’est comme ça, j’ai pris du temps pour moi. Et je suis certaine que vous pouvez comprendre cela. Rajoutez à cela un peu de culpabilité car j’ai mis un temps interminable à finir la lecture commune du mois dernier. Très sincèrement, je n’aurais jamais pensé me lancer dans la lecture d’un tel pavé. J’ai fait l’erreur de croire que ce roman pouvait se lire en un petit mois, alors qu’en réalité il s’agit d’une histoire fleuve qui demande plusieurs semaines pour être dégustée et digérée.

Les raisins de la colère est un des livres les plus célèbres de John Steinbeck, le prix Nobel de la littérature 1962. On y suit la famille Joad : Tom qui revient de prison, Pa et Man, les petits Ruthie et Winfield, Rosasharn enceinte et j’en passe. Comme des milliers de familles de l’Oklahoma, ils vivaient de la terre, de leur moisson, de leur récolte. Mais la roue tourne. Alors on les a chassé de leurs terres, comme ça. La Banque, c’est elle qui a décidé ça. On leur a dit de partir, que ce champ serait à présent cultivé avec un tracteur et un homme suffit à faire tout ça. On n’a plus de travail pour vous ici, au revoir.

grapes-wrath

Avec les moyens du bords, avec quelques dollars qui sont toutes leurs richesses, avec de la débrouillardise, la famille Joad s’en va sur la route. Un long, très long périple qui fatigue les corps, les encrasse de poussière. Un voyage interminable où la famille a faim, où elle prie chaque kilomètres pour que le camion tienne encore. Des nuits et des nuits dans des campements de fortune à en croiser d’autres, des comme eux, des Okies. Petit à petit, les bruits courent que l’El Dorado vers lequel ils se précipitent n’est finalement pas si parfait. En effet, comme tous les autres, les Joad se dirigent vers la Californie, pour cueillir des oranges et du coton. On dit qu’il y a là-bas du travail pour tout le monde. Mais la réalité…

Les voitures des émigrants surgissaient en rampant des chemins de traverse, regagnaient l’autostrade et reprenaient la grande voie des migrations, la route de l’Ouest. A l’aube, elles détalaient, pareilles à des punaises ; dès la tombée du jour, surprises par l’obscurité, elles se rassemblaient et venaient grouiller autour d’un abri ou d’un point d’eau. Et parce qu’ils se sentaient perdus et désemparés, parce qu’ils venaient tous d’un coin où régnaient la désolation et les soucis, où ils avaient subi l’humiliation de la défaite, et parce qu’ils s’en allaient tous vers un pays nouveau et mystérieux, instinctivement, les émigrants se groupaient, se parlaient, partageaient leur vie, leur nourriture et tout ce qu’ils attendaient de la terre nouvelle…

J’ai beaucoup aimé cette famille. Je me suis attachée à chacun de ses membres qu’on apprend à connaître à travers ses actes. Ils sont courageux, ils sont curieux et généreux. Ils ne baissent pas les bras malgré les difficultés énormes qu’ils traversent et je dois dire que ça fait relativiser.

2101599_les-raisins-de-la-colere-de-john-steinbeck-web-tete-030442782548

Ce sont plus de 600 pages d’une aventure humaine incroyable que nous offre là Steinbeck. J’aurais pensé qu’à un moment il y aurait des longueurs ou de l’ennui. Mais personnellement j‘ai passionnément aimé ce livre. Il faut prendre le temps de le lire, prendre même une année s’il le faut, c’est tout à fait raisonnable. On y croit, on y est, on partage pleinement ces moments avec la famille Joad. On sent les Okies qui discutent de plus en plus, on sent l’incompréhension monter. C’est là où le titre de ce roman prend tous son sens. L’écriture de Steinbeck est incroyablement maîtrisée, ces personnages sont complètement incarnés. Rarement j’ai été autant plongée dans une histoire, et pourtant ce n’est absolument pas le genre de récit vers lequel je suis portée ! Et je ne regrette absolument pas d’avoir franchi le pas !

Et vous, avez-vous déjà tenté du Steinbeck ? Qu’en avez-vous pensé ?

Vous pouvez également aller voir l’avis de Virginy sur Des souris et des hommes du même auteur.

John Steinbeck, Les raisins de la colère, traduit brillamment de l’américain par Marcel Duhamel et M.-E. Coindreau, aux éditions folio, 9€10.

Publicités

Journal de bord

nano-2017-participant-facebook-cover

14h30 : Joyeux Halloween ! On sort les ingrédients, les recettes, le four préchauffe. On cuisine pour…

20h30 – 22h00 : ding-dong. Pour commencer la soirée, je sursaute. Une dizaine de fois. Et mon chat bondit en se carapatant dans la chambre, la queue entre les jambes. Ils sont 16, déguisés ou pas, à venir dans mon petit salon – on a poussé les murs – pour la kick-off du NaNoWriMo. Comprenez : pour la première nuit d’écriture du National Novel Writing Month. On s’est tous inscrit sur le site officiel pour se lancer dans ce défi fou : écrire un roman de 50 000 mots pendant le mois de novembre. Et les Toulousains se sont donnés rendez-vous chez moi pour commencer ensemble cette formidable aventure. C’est la cinquième année que je me lance dans le NaNo, et la deuxième que j’accueille la kick-off. Et c’est un bonheur jamais démenti !

Nous croulons sous les boîtes de thé, et mille choses à grignoter. Mention spéciale pour la tarte à la citrouille et le guacamole géant. Lindsey Striling, bon vieux rock ou Two Steps from Hell pour nous accompagner.

22h30 : tout le monde est là et se trimballe avec son joli gobelet en plastique blanc sur lequel on a écrit le pseudo et le prénom – ça fait un souvenir. On se serre autour de la table basse. Chacun se présente avec plus ou moins de timidité. On s’interroge sur nos participations précédentes au NaNo, sur ce qu’on va écrire cette année. On rit beaucoup, on se découvre. « Tu écris du yaoi ? » « Non, j’en fais ! ». Les NaNoteurs sont un peuple paisible et agréable, ouvert d’esprit. Ce sont toutes de belles personnes.

dlkygstu8aanknf

On lance la traditionnel partie de StoryCubes… avec 45 dés ! Autant dire que l’histoire du mouton qui fait du théâtre et de la tortue Pascal qui débarque d’un missile aérospatiale ne manque pas de piment ! Éclats de rire retentissant, tout le monde se prête au jeu. Une fidèle NaNoteuse (coucou Momo!), venue m’aider depuis la veille, joue au scribe pour ne pas perdre une miette de ce récit épique.

23h15 : après la révélation finale – en fait, tout était le fruit d’un dessin d’enfant, désolée, je vous spoile –, on se met en place. Discussions à foison, dernière clope sur le balcon, raclement de chaises et bousculades. Chacun installe son PC, trouve une prise de libre, un bout de table et le mot de passe du WiFi.

nanowrimo-508x300

tumblr_m9010sxdqf1qdhag9o1_500Minuit : après un décompte qui nous fait frémir, silence religieux. Certains NaNoteurs carburent déjà, on ne voit que le mouvement flou de leurs doigts qui s’agitent au-dessus de leur clavier. D’autres finissent de préparer : dernière relecture, petit coup d’œil au plan. Moi, j’observe, je range, je discute sur le chat, je triture mes documents. Bref, je n’écris pas. Comme d’hab. A ma table, on est plutôt bavard. Le NaNo commence pour nous tranquillement.

1h00 : tout le monde lève les mains. On s’était mis d’accord pour se dire notre wordcount au bout d’une heure pile d’écriture. Résultats des courses : la plupart a fait quelques centaines de mots (moins de 500), des fous ont dépassé les 1000 et même les 2000 mots. Moi j’en suis à 9… Je décide de me remettre au travail : cette année, je fais une réécriture complète et profonde de mon deuxième NaNo. Je ne veux pas commencer de nouveaux projets avant d’avoir fini avec les précédents. Donc pas de nouveauté cette année, je fais ma NaNoRebelle… encore.

giphy1h30 : la frénésie est retombée. Certains regardent dans le vide, font des pauses, discutent, se lèvent pour dégourdir les jambes. Ma voisine en est à sa troisième tasse de café fort depuis minuit. Mon chat distrait tout le monde dès qu’il fait son apparition.

1h45 : ils ont les yeux qui piquent, ils bloquent, alors au dodo ! C’est l’heure des premiers départs pour ceux qui sont venus en voiture. Pour les autres, pas de répit ! Un café, et c’est reparti pour la nuit blanche. La fatigue commence à se faire sentir, mais je n’ai pas encore les idées brouillées. En fait, je n’ai pas d’excuses… autant écrire. Alors je continue, remplis et m’amuse avec ce journal de bord. J’avais tellement aimé la kick-off l’an dernier que je souhaite cette année en garder un souvenir.

2h00 : l’ambiance est studieuse, les discussions se font de plus en plus rares.

2h15 : voilà, je suis tombée dans le piège, je commence à traîner sur Twitter et le chat du NaNo…

2h48 : j’ai bu deux litres de Coca et je viens de tomber dans le paquet de Tagadas. Je retrouve un regain d’énergie et réattaque mon vrai NaNo sur fond de Nightwish.

2014-participant-twitter-header-2

3h20 : je me lance dans la rédaction d’un long mail. Logique.

3h30 : je me rends compte que 1667 mots (la moyenne quotidienne à atteindre), c’est vraiment beaucoup. La fatigue se fait sentir chez tout le monde : chacun cherche ses mots plus longtemps, sans parvenir toujours à les trouver.

4h10 : The Offspring me redonne de l’énergie.

4h40 : j’ai mis du rap énervé et je me fais un sandwich à la rosette. Mon wordcount du jour est bouclé !

5h14 : l’heure est grave, je viens de mettre du Kyary Pamyu Pamyu à la télé. Les NaNoteurs fatigués sont comme hyptonisés.

6h26 : c’est officiel, je renonce. Parmi les survivants de la kick-off, seule une continue réellement d’écrire. La fatigue a décimé plus de la moitié du groupe. Mais ce n’est pas grave ! On bavarde, on écoute de la musique…

13-quand-jen-suis-20-livrets-et-quil-men-reste-encore-8

7h00 : le salon se vide. J’en profite pour ranger un peu tant que j’ai le courage. Sur le chat, les matinaux croisent les NaNoteurs qui ont fait nuit blanche. Des « bon courage » s’échangent. Mon corps ne comprend pas ce que je lui fais faire ! Le soleil se lève. Et je suis tellement épuisée que je n’ai même plus sommeil.

8h00 : la kick-off toulousaine prend fin, officiellement. Il me reste encore des tonnes de bonbons et de sachets de thé. Je n’ai pas beaucoup écrit, comme à chaque kick-off. Mais je ne suis pas inquiète pour autant : tous les ans, j’arrive à finir mon NaNo, cette année ne sera donc pas différentes des autres.

Au cours de la journée : je souris bêtement en zonant sur le forum. Les NaNoteurs toulousains ont l’air content de leur soirée et je suis plus que ravie d’avoir accueilli l’événement. Je relis le texte qui a résulté de la partie géante de StoryCubes. Au détour d’un post, je découvre que notre ML (Municipal Liaison) a fait le pari complètement taré d’écrire les 50 000 mots en un jour… et a réussi. Je me laisse aller à penser que ce genre de défi me plairait bien et décide de profiter de ce NaNo pour faire des petits tests : voir combien de mots je peux écrire en une heure, ou si je peux tenir plusieurs heures d’affilée. De fil en aiguille, j’en déduis qu’il me faut une nouvelle idée de roman pour l’an prochain au lieu de me contenter des fins de projets et des réécritures de cette année. Et je me surprends finalement à tenter de trouver une nouvelle idée pour cette année, sans attendre l’édition 2018, au lieu de me mettre à écrire dès maintenant.

become-a-better-writer

TAG littéraire de A à Z

Pour changer un peu des chroniques en pagaille, j’ai décidé qu’un petit TAG ne pouvait pas faire de mal. J’ai trouvé celui-ci par hasard sur le blog de frenchie4myself. Vous pouvez librement le reprendre si le cœur vous en dit. En temps de vacances, je ne taguerai personne, mais cela me ferait très plaisir de voir vos réponses ! En avant pour la TAG littéraire de A à Z !

reading-in-a-field

A pour Auteur – Auteur dont tu as lu le plus de livres

Je pense J. K. Rowling. Entre les 7 Harry Potter, la pièce de théâtre, la Bibliothèque de Poudlard… Sans compter que j’en ai lu pas mal plusieurs fois. Victor Hugo suit pas loin derrière.

B pour « Best » – La meilleure « suite » de série
Alors, histoire de ne pas dire Harry Potter tout le temps, je vais opté pour L’Epouvanteur de Joseph Delaney.

C pour « Current » – Lecture en cours
Raison et Sentiments de Jane Austen, la lecture commune du mois d’août.

D pour « Drink » – La boisson qui accompagne tes lectures
La plupart du temps, du thé. Le matin, un café au lait.

E pour « E-book » – E-books ou romans papier ?
Indéniablement : PAPIER. J’aime la sensation, l’odeur, collectionner tous ces livres sur les étagères de ma bibliothèque, voir ma progression dans la lecture…

F pour « Fictif » – Un personnage fictif avec lequel tu serais sortie au lycée
Dure question. Je ne me suis jamais projetée de cette façon. En tout cas, rares sont les héros qui me plaisent assez pour que j’imagine ça. Mais si je suis forcée de répondre, je dirais Augustus Waters dans Nos Étoiles contraires.

G pour « Glad » – Un roman auquel tu es contente d’avoir donné une chance
Les romans de Legardinier. Parce que, franchement, c’était très mal parti, et finalement, ça s’est révélé plutôt pas mal !

H pour « Hidden » – Un roman que tu considères comme un joyau caché
La vie à reculons de Gudule. Un magnifique roman jeunesse sur un thème pas évident. C’est LE livre qui marqué ma vie.

I pour « Important » – Un moment important dans ta vie de lectrice
Il y en a eu plusieurs. Des lectures marquantes comme celle de Gudule (voir au H) ou d’Harry Potter. Mon premier livre des éditions La Pléiade : A la recherche de temps perdu de Proust, offert par l’amoureux. La fois où j’ai pu visité la maison de Victor Hugo à Paris. Mes expériences de travail auprès des livres et de la littérature. Mes premières amitiés littéraires. Le Salon du Livre où je suis allé comme une grande, toute seule, en avion, moi qui n’avait presque jamais mis les pieds dans la capitale. Le Marathon des Mots à Toulouse, où j’ai pu être « l’ange-gardien » de plusieurs auteurs le temps du festival. Le jour où j’ai lancé mon blog… Et j’espère bien qu’il y aura plein d’autres moments de la sorte !


J pour « Juste » – Le roman que tu viens juste de finir
J’ai relu en un jour hier un livre que j’avais déjà chroniqué : Autoportrait de l’auteur en coureur de fond d’Haruki Murakami. Et j’aime toujours autant ce livre !

K pour « Kind » – Le genre de romans que tu ne liras jamais
La SF pure et dure ne m’attire pas vraiment. Mais je me suis ouverte à pleiiiin de genres que je pensais ne jamais lire… donc on verra ce que l’avenir me réserve 😉

L pour « Long » – Le roman le plus long que tu aies jamais lu
Les pavés ne me font pas peur. Entre les Trône de Fer, Anna Karénine, Belle du Seigneur, etc. Je crois pourtant que Les Misérables de Victor Hugo remporte le trophée !

M pour « Major » – Le roman qui t’a causé le plus gros « book hangover » (« trop plein » livresque – tu ne pouvais plus rien lire après ça)
Ah ben justement ! Les Misérables ! Depuis, quand je fais face à une telle lecture, je m’octroie des pauses.

N pour « Nombre » – Le nombre de bibliothèques (meubles) que tu possèdes
Je ne garde chez moi que les sagas, les mangas ou les livres que j’aime vraiment,  ainsi que ma PAL et des usuels. Dans mon appartement, il y a trois bonnes bibliothèques Billy (merci Ikea!) remplies. Chez mes parents, où je rapatrie la majorité de mes romans une fois lus, trois autres bibliothèques débordantes ! Je ne donne ou ne vends jamais jamais mes livres !

O pour « One » – Un roman que tu as lu plusieurs fois
L
es Harry Potter, bien évidemment. Nos Étoiles contraires aussi. Certains mangas, certaines sagas. Mais généralement, je ne relis jamais. J’ai trop de nouvelles lectures qui m’attendent !

P pour « Préféré » – Ton endroit préféré pour lire
J’aime beaucoup me poser dans un café aux beaux jours. Sinon, mon canapé, mon lit, mon bureau sont très agréables pour lire.

Q pour « Quote » – Une citation, d’un livre que tu as lu, qui t’inspires ou qui te fait ressentir plein d’émotions

Il y en a beaucoup. Certaines me font frémir parce que leur lecture a été marquante pour moi. 

Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-li-ta : le bout de la langue fait trois petits bonds le long du palais pour venir, à trois, cogner contre les dents. Lo. Li. Ta.

(Lolita de Nabokov)

Toutes les familles heureuses se ressemblent, mais chaque famille malheureuse l’est à sa façon. (Anna Karénine de Tolstoï)

R pour « Regret » – Un regret de lecteur
Ne pas réussir à faire de challenge, faute de temps et d’implication. Ne pas réussir à finir mes séries de manga. Avoir du mal à gérer d’une main de maître les lectures communes sur le blog.

S pour « Série » – Une série que tu as commencée mais jamais finie (et dont tous les livres sont sortis)
Oulah ! Elles sont très nombreuses ! Mais je m’y remets depuis plusieurs mois : chaque mois, je lis un tome d’une saga. Disons que je suis surtout déçue de ne pas encore avoir fini Eragon et la série du Bourbon Kid.

T pour « Trois » – Trois de tes livres préférés de tous les temps
Facile, j’en ai parlé avant. La vie à reculons de Gudule, Harry Potter et l’Ordre du Phénix de J. K. Rowling et Nos Étoiles contraires de John Green.

U pour « Unapologetic » – Quelque chose pour lequel tu n’éprouves absolument aucun remord d’être fan(girl)
Décidément, je vais me répéter : Nos Etoiles contraires. Car ceux qui disent que c’est un livre mièvre pour ado font la simple erreur de ne pas l’avoir lu : c’est un livre puissant et juste, grandiose. Et je n’ai aucun problème à dire que, côté manga, mon pêché mignon ce sont les Vampire Knight.

V pour « Very » – Un roman dont tu attends la sortie avec grande impatience, plus que celle des autres
Les œuvres complètes de Romain Gary dans La Pléiade, la sortie des derniers tomes de L’amie prodigieuse en poche.

W pour « Worst » – Ta pire habitude livresque
Acheter un roman (déjà, ça c’est pas bien…), le lire de suite, de sorte à que ma PAL ne baisse jamais.

X pour « X » – Commence à compter en haut à gauche de ton étagère (la plus proche) et prends le 10ème livre

Je tombe sur Le vieil homme et la mer d’Hemingway. Mais je sais déjà que je ne lirai pas cette édition, je vais attendre de me procurer la nouvelle traduction.

Y pour « Your » – Ton dernier livre acheté

Un jour avec Claude Monet à Giverny d’Adrien Goetz. Car j’aime beaucoup ce peintre et ses nymphéas.

Z pour « ZzZ » – Le livre qui ta volé ton ZzZ (le dernier livre qui t’a tenue éveillée bien trop tard la nuit)

Eh bien, ça fait très longtemps que cela ne m’est pas arrivé, mais les romans de Sebastian Fitzek réussissent plutôt bien à me tenir éveillée !

La Vague, de Todd Strasser (lecture commune d’avril 2017)

Ce mois-ci, pour la première fois, j’ai explosé le compteur. J’ai lu la lecture commune d’avril en une journée et ça…. avant la fin de mois, un vrai exploit en soi. Il faut dire que je suis extrêmement contente de mon choix ! La Vague de Todd Strasser a donné un film que j’avais tout simplement a-do-ré, qui m’avait époustouflé, et j’attendais un peu la même chose du livre.

la-vagueRésultat atteint : j‘ai été incroyablement heureuse et émue de retrouver cette histoire qui a encore eu cet effet coup de poing sur moi. Aux États-Unis, un professeur d’histoire, Ben Ross, est un peu embêté quand ses élèves lui posent cette question à laquelle il peine à répondre : pourquoi les Allemands ne se sont pas rebellés face aux atrocités nazies ? Un sujet délicat dont la réponse dépasse les mots. C’est alors que l’idée d’une expérience lui vient en tête. Faire comprendre à ces lycéens ce que chacun peut trouver d’enthousiasmant dans un tel mouvement où l’individu s’oublie pour le groupe. Démontrer comment on peut être embrigadé et amené à faire des choses qui nous semblaient impossibles auparavant. Et son expérience va de très loin dépasser les murs de sa classe et ses espérances les plus folles. Et si celle-ci lui échappait ? A partir de quel moment est-il devenu le leader de ce mouvement, la Vague ? A partir de quel moment les événements ont pris une telle ampleur ? « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action. »

Inspiré de faits réels, cette histoire vous prend aux tripes. On comprend cet emballement collectif, cette puissance du groupe, cette discipline qui renforce. On comprend pourquoi se réunir devient presque vital pour ces jeunes ébahis des effets positifs de cette expérience qu’ils se sont complètement appropriés : effacer les clivages au sein de la Vague. Mais peu nombreux sont ceux qui réalisent les effets pervers de ce mouvement. Alors que parents, corps enseignants et quelques élèves s’inquiètent et pâtissent de ce parti à l’intérieur du lycée, les participants eux ne réalisent pas encore que dans cette quête du pouvoir, ils y perdent leur libre arbitre, leur volonté de réfléchir par eux-mêmes.

boelgen_-_die_welle_1

Dans la salle, les cinq rangées de sept bureaux individuels étaient impeccables. A chaque bureau se tenait assis un lycéen bien droit, dans la position que Ben leur avait apprise la veille. Le silence régnait. Ben balaya la pièce du regard, mal à l’aise. S’agissait-il d’une blague ? Ici et là, certains réprimaient un sourire, mais ils étaient en minorité face au nombre de visages sérieux regardant droit devant d’un air concentré. Quelques-uns lui lancèrent des regards interrogateurs, attendant de voir s’il irait plus loin encore. Le devait-il ? C’était une expérience tellement hors normes qu’il était tenté de la poursuivre. Que pouvaient-ils en apprendre ? Et lui-même, qu’en retirerait-il ? L’appel de l’inconnu fut le plus fort, il se devait de découvrir où tout cela les mènerait.

Todd Strasser va droit au but, sans grandes réflexions et c’est tant mieux. Le lecteur observe et c’est à lui de se poser des questions en même temps que les lycéens qui découvrent par a + b ce qu’a pu être l’embrigadement des Allemands dans le nazisme. C’est vraiment un récit fort, direct. On s’attache aux personnages et les voir évoluer de cette façon nous surprend, nous désarçonne. Ben Ross est d’une profondeur psychologique incroyable, tracée seulement en quelques lignes dans ce court roman. Clairement, la narration est menée d’une main de maître entre des dialogues qui font avancer l’intrigue et des péripéties qui s’enchaînent avec liant. Il y a une belle énergie dans ce roman, un élan qui mène vers l’inéluctable et que l’on suit, presque dépendant : on veut savoir comme cet organisme nouveau et incroyable au sens premier du mot va finir : grandir encore et encore en avalant tous ceux qui sont autour de lui, ou échouer en se heurtant enfin à la conscience de ceux qui ne se sont pas fait avoir par cet appel des sirènes ? Est-ce que cela va rester un jeu ou virer en dictature ?

logo_la_vagueL‘écriture est parfois trop hâtive, c’est vrai. Et certaines conversations ne m’ont pas entièrement convaincue. Et même si j’ai globalement beaucoup aimé ce roman, que je vous conseille vivement de découvrir, j’ai été très déçue par la fin en queue de poisson. Ils l’ont modifié dans le film et ils ont bien eu raison ! Le film conclut mille fois mieux cette histoire que le livre. Mais peu importe, regardez le film, lisez le livre ! Vraiment, j’insiste !

Todd Strasser, La Vague, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Aude Carlier, aux éditions Pocket, 6€20.

Réparer les vivants, de Maylis de Kerangal (lecture commune de février 2017)

Nous sommes déjà début mars et il est donc amplement l’heure de parler de la lecture commune de février. Je ne vous cache pas que j’ai inscrit ce roman car on n’arrêtait pas de me rabâcher à quel point ce livre était bien, et son adaptation au cinéma enfonça le clou. Aujourd’hui je partage avec vous mon avis sur Réparer les vivants de Maylis de Kerangal.

reparer-les-vivants-619588

Je me sentais un peu obligée de parler de ce roman. J’ai eu l’occasion de lire la plus grosse partie de la bibliographie de l’auteure puisque mon master a organisé une rencontre avec elle il y a quelques années (que le temps passe vite!). Certaines lectures m’avaient vraiment surprises (Naissance d’un pont) ou fait voyager (Tangente vers l’Est), et j’avais moins accroché avec d’autres (Corniche Kennedy). Disons que je reconnais que le style de Maylis de Kerangal mérite qu’on en parle, mais que ses histoires ne me correspondent pas toujours. Toutefois le résumé de Réparer les vivants m’avait touché, intrigué : l’histoire d’une transplantation cardiaque, une vie se termine, une autre peut ainsi continuer.

Simon Limbres est fan de surf. Alors quand il faut se lever avant 6h00 du matin pour aller chatouiller les vagues avec ses deux meilleurs potes, il n’hésite pas. Il laisse ses parents et sa petite sœur, pour plonger corps et âme dans la mer. Mais ce n’est qu’après que le danger le menace. Quand, sur le chemin du retour, épuisé de fatigue, le conducteur se laisse avoir, alors que Simon au milieu de ses deux amis n’a pas de ceinture de sécurité. Choc fatal. Il n’y a plus rien à faire. Enfin presque. La douleur de la perte, les questionnements, la possibilité de faire un don d’organe. La machine se met en route. Avec de protocoles, des règles, un anonymat, une collaboration entre hôpitaux et des hommes et des femmes derrière chaque geste, chaque décision, chaque mot.

reparer_les_vivants_b

Ce n’est pas que l’histoire d’une cœur, d’un opération. C’est l’histoire de ce père qui survit seconde après seconde, c’est l’histoire de cette infirmière qui vient de passer la nuit avec son amant, c’est l’histoire de ce chirurgien parisien, vraie légende du milieu, etc.

Ce qu’est le cœur de Simon Limbres, ce cœur humain, depuis que sa cadence s’est accélérée à l’instant de la naissance quand d’autres cœurs au-dehors accéléraient de même, saluant l’événement, ce qu’est ce cœur, ce qui l’a fait bondir, vomir, grossir, valser léger comme une plume ou peser comme une pierre, ce qui l’a étourdi, ce qui l’a fait fondre – l’amour ; ce qu’est le cœur de Simon Limbres, ce qu’il a filtré, enregistré, archivé, boîte noire d’un corps de vingts ans, personne ne le sait au juste, seule une image en mouvement créée par ultrason pourrait renvoyer l’écho, en faire voir la joie qui dilate et la tristesse qui resserre, seul le tracé papier d’un électrocardiogramme déroulé depuis le commencement pourrait en signer la forme, en décrire la dépense et l’effort, l’émotion qui précipite, l’énergie prodiguée pour se comprimer près de cent mille fois par jour et faire circuler chaque minute jusqu’à cinq litres de sang, oui, seule cette ligne-là pourrait en donner le récit, en profiler la vie, vie de flux et de reflux, vie de vannes et de clapets, vie de pulsations, quand le cœur de Simon Limbres, ce cœur humain, lui, échappe aux machines, nul ne saurait prétendre le connaître, et cette nuit-là, nuit sans étoiles, alors qu’il gelait à pierre fendre sur l’estuaire et le pays de Caux, alors qu’une houle sans reflets roulait le long des falaises, alors que le plateau continental reculait, dévoilant ses rayures géologiques, il faisait entendre le rythme régulier d’un organe qui se repose, d’un muscle qui lentement se recharge – un pouls probablement inférieur à cinquante battements par minute – quand l’alarme d’un portable s’est déclenchée au pied d’un lit étroit, l’écho d’un sonar inscrivant en bâtonnets luminescents sur l’écran tactile les chiffres 05:50, et quand soudain tout s’est emballé.

Oui, c’est une seule phrase. Je vous rassure que tout le texte n’est pas ainsi mais c’est du même acabit. Un style vraiment hors norme donc, tout en images, métaphores, émotions, descriptions. On s’y fait. Je dirais même qu’on finit par franchement apprécier cette écriture aux frontières floues qui n’y va pas par quatre chemins. Parfois douce, parfois crue, toujours sincère, cette plume enivre et on la suit alors qu’elle retranscrit le parcours de ce cœur qui va connaître une destinée hors du commun.

Je ne sais pas encore si j’ai aimé ou non ce livre. Je ne pense pas le relire un jour, mais je m’imagine très bien l’offrir par contre. Il m’a marqué, c’est certain, il m’a profondément ému et touché. De façon plus terre à terre, j’ai beaucoup aimé en savoir plus sur tout le processus du don d’organe et de la greffe du cœur, c’est vraiment intéressant. Les personnages sont creusés et donnent vraiment du relief, de la profondeur à ce récit. Toutefois, il faut que je sois honnête : par moment, je ne peux pas m’empêcher d’être exaspérée et agacée par ce style qui finit par se regarder lui-même, qui fait des effets de manche et en rajoute souvent à mes yeux. Je suis partisane de plus de simplicité, mais c’est un goût tout personnel.

reparer-les-vivants-decouvrez-la-bande-annonce-bouleversante-du-nouveau-film-d-emmanuelle-seigner-video-bafdd375c26d5e360

Je vous invite à aller voir les chroniques des autres participantes de cette lecture commune de février. Petite Noisette a été gêné par le style si particulier de Maylis de Kerangal bien que le thème du don d’organes l’intéresse beaucoup. Quant à L’Aléthiomètre, elle s’est laissé « emporter par cette lecture ».

Prochaine lecture commune, celle de mars : L’Ombre du Vent de Carlos Ruiz Zafon. N’hésitez pas à vous inscrire 😉

Maylis de Kerangal, Réparer les vivants, aux éditions Folio, 7€70.

Lancement des LC 2017

Juste un petit message pour vous annoncer qu’ENFIN les lectures communes 2017 du blog sont lancées. Comprenez : la page dédiée avec le programme, les inscrits et le mode d’emploi est enfin en ligne.

J’espère sincèrement avoir plus de temps cette année pour m’y consacrer : lire les livres à l’heure, faire un article sur chaque LC avec bilan de tout le monde chaque mois… Car je trouve cette aventure vraiment passionnante.

Merci déjà aux inscrit(e)s, je ne vous imaginais pas si nombreux, ça me fait chaud au cœur. Et n’hésitez pas à nous rejoindre – même en cours d’année. La porte est grande ouverte !

Bonnes lectures à tous !

french-reading

Lectures communes 2017

2017 arrive à grands pas. Et je n’imagine pas cette nouvelle année sans de nouvelles lectures communes. Elles ont égayés mon quotidien durant ses douze derniers mois, m’ont aidée à vaincre une grosse panne de lecture. Elles m’ont permis de faire de belles découvertes, et j’espère sincèrement qu’il en a été de même pour les autres participants.

Sans plus attendre, voici le programme 2017 :

  • Janvier : Notre-Dame de Paris de Victor Hugo. Choix bis : chronique du film de Disney, ou de la comédie musicale (l’ancienne ou la toute récente).
  • Février : Réparer les vivants de Maylis de Kerangal. Choix bis : un autre roman de l’auteure.
  • Mars : L’ombre du Vent de Carlos Ruiz Zafon. Choix bis : du même auteur, Le Jeu de l’ange ou Le Prisonnier du ciel.
  • Avril : La Vague de Todd Strasser. Choix bis : chronique de l’adaptation en film par Dennis Gansel.
  • Mai : La Voleuse de livre de Markus Zusak. Choix bis : un autre livre de l’auteur ou la chronique de l’adaptation en film par Brian Percival.
  • Juin : Phobos de Victor Dixen. Choix bis : un autre tome de la saga.
  • Juillet : Le Diable s’habille en Prada de Laureen Weisberger. Choix bis : chronique de l’adaptation en film par David Frankel.
  • Août : Raison et sentiments de Jane Austen. Choix bis : un autre roman de l’auteure.
  • Septembre : Le Hobbit de J. R. R. Tolkien. Choix bis : du même auteur, n’importe quel tome de la saga Le Seigneur des Anneaux ou chronique des adaptations en film par Peter Jackson.
  • Octobre : Les Raisins de la colère de John Steinbeck. Choix bis : du même auteur, Des souris et des hommes.
  • Novembre : Paris est une fête d’Ernest Hemingway. Choix bis : du même auteur, Le vieil homme et la mer.
  • Décembre : Le Monde de Narnia (1. Le Neveu du Magicien) de C. S. Lewis. Choix bis : n’importe quel autre tome de la saga.

 

Il y en a pour tous les goûts, j’espère que ainsi que tout le monde trouvera chaussure à son pied.

Les règles sont exactement les mêmes que celles de l’année dernière – je vous invite donc à aller jeter un coup d’œil sur les lectures communes 2016. Vous vous inscrivez à n’importe laquelle de ces lectures ou choix bis, selon vos envies. Pour cela il suffit de me prévenir par commentaire, mail ou Twitter en me précisant vos lectures et un moyen de vous contacter.

Dans les premiers jours du mois de janvier, la nouvelle page dédiée aux lectures communes 2017 sera créée.

En vous espérant nombreux, je vous souhaite de merveilleuses lectures de fin d’année !

141209_c537r_aetd-femme-livre-hiver_sn635