Sauveur & fils (saison 2), de Marie-Aude Murail

 

J’avais un peu hésité avant de me lancer dans la lecture de la saison 2 de Sauveur & fils de Marie-Aude Murail, j’avais un peu peur de me lasser, que cette lecture soit trop enfantine pour moi, mais je me suis finalement laissé tenter…

sauveur-et-fils-saison-2

Sauveur est toujours psychologue et reçoit toujours des enfants et des familles dans son cabinet pour tenter de les aider. Même s’il se laisse parfois déborder par leurs problèmes et les traîne jusqu’à la maison. Ella veut devenir Elliot, Raja ne dit rien et n’utilise que du noir dans ses dessins de petite fille, Gabin ne va plus au lycée, Blandine se shoote avec des bonbons Haribo… On retrouve certains patients de la saison passée – sans que ça ne fasse de redites, c’est très bien joué – et on voit ainsi leurs évolutions, on découvre également de nouveaux personnages que j’ai adoré ! J’ai trouvé tous ces patients très attachants. Tellement d’humanité dans ce roman…

Sauveur doit aussi faire face à de nouvelles situations dans sa propre maison, puisqu’il vit une histoire avec Louise qui a deux enfants et un ex-mari détestable. Sauveur veut sauver tout le monde : il trouve toujours le mot juste, comprend chaque expression et est terriblement gentil. Hamster ou homme perdu, son toit est le toit de tout le monde. Pas facile de trouver le repos quand on est si investi dans son travail et que sa vie privée donne du fil à retordre.

image

Marie-Aude Murail a écrit là un roman qui parlera à tous les adolescents. Ancré dans notre époque, je l’ai trouvé vraiment moins enfantin, rêveur, enchanteur, drôle que ces autres romans, mais ce n’est pas vraiment une critique négative, juste un constat. Pourtant, ce roman ne manque pas d’humour et de péripéties, les pages se tournent vite, le rythme est bon. C’est très réaliste, et toutes les diverses situations sont bien présentées : dans un cabinet de psy, on croise des vies malheureuses, fatiguées, déprimées, dans le déni, en colère… et ce n’est pas facile de regarder tout ça. J’ai trouvé donc par moment ma lecture un peu pénible, plus sombre que dans la première saison. On dirait que Sauveur n’a pas de pause, de très bonnes nouvelles à fêter, jamais. À sa place, je serais en train de soupirer non-stop. Heureusement, Louise et Lazare – son fils – lui redonnent le sourire et il ne s’ennuie jamais dans sa bruyante maisonnée.

Pour les adultes, on voit quelle piste sème Marie-Aude Murail pour la saison 3, et j’ai hâte de savoir ce qui va arriver à nos personnages. Je n’en ai pas fini avec cette série !

Marie-Aude Murail, Sauveur & Fils (Saison 2), aux éditions École des loisirs, 17€.

Publicités

Les mille visages de notre histoire, de Jennifer Niven

En ce moment, c’est une très bonne période côté lecture : je découvre de nouveaux auteurs, je me fais plaisir en lisant des romances ados, j’ai des coups de cœur pour certains romans. Aujourd’hui, je vais vous présenter l’un de ces livres que j’ai dévoré en une journée tellement il était bien. Il s’agit du roman de Jennifer Niven, Les mille visages de notre histoire.

CVT_Les-Mille-Visages-de-notre-histoire_9455

Libby a été la plus grosse ado d’Amérique. A tel point que le jour où elle a fait une crise d’angoisse, il a fallu abattre un mur de sa maison pour l’emmener à l’hôpital. Depuis, elle a perdu beaucoup de poids mais rentre toujours dans la catégorie des « grosses ». En tout cas, les autres élèves du lycée n’en doutent pas. Car oui, après deux ans enfermée chez elle, Libby retourne au lycée. Par un drôle concours de circonstances, elle y fera la connaissance de Jack, un garçon imprévisible et rebelle. Mais – bon, c’est un micro-spoil car vous l’apprenez dans la première page du roman, mais ça ne figure pas sur la quatrième de couverture – Jack souffre en fait de prosopagnosie, il ne reconnaît pas les visages, y compris ceux de ses parents par exemple. Pour lui, à chaque instant, il fait face à des inconnus, sans savoir s’il est devant son principal de lycée ou son père. Mais c’est son secret, personne n’est au courant.

tIgnzzVJ’ai beaucoup aimé rencontrer la prosopagnosie dans un roman, je ne m’y attendais absolument pas. Je connais cette maladie, j’avais déjà vu des témoignages, mais grâce à cette lecture, je touche vraiment du doigt ce que c’est, j’ai beaucoup appris. Libby et Jack sont des personnages très accrocheurs, avec chacun des problématiques particulières. Rien ne m’a agacé ou déplu en cela : j’ai aimé le traitement du deuil, de la différence, de la grossophobie, des problèmes de famille. La vie est faite de cela et j’ai trouvé que Jennifer Niven, à travers ses personnages, nous communiquait des messages d’espoir et de joie de vivre de la plus belle manière qui soit.

Il faut dire que les personnages sont très attachants. L’auteure ne voulait visiblement pas faire dans le mélo mais j’avoue que l’exubérance et la sarcasme de Libby m’ont semblé parfois un peu too much. Cependant, il faut avouer que cela donne un petit côté rock’n’roll à Libby qui n’est pas pour déplaire. Comme Jack, à sa façon, elle aussi est une rebelle. J’ai aimé sa relation avec son père, beaucoup moins accrochée sur son lien avec ses amis – traité un peu mais pas trop mais un peu quand même…. Bref, vous voyez.

Jack se dévoile au fil des pages. Je ne comprenais pas toujours ce personnage au début, mais au fur et à mesure, comme Libby, je l’ai apprivoisé. Il devient de plus en plus attachant : il a juste besoin de sécurité et cherche à affronter chaque jour du mieux qu’il peut avec la prosopagnosie, donc il se protège.

L’auteure a choisi de faire des chapitres courts, basculant d’un point de vue à l’autre – ceux de ses deux héros. Ce choix était très judicieux car il donne un très bon rythme à la lecture. L’auteure a de l’humour, est très douée pour les dialogues… Un style simple, plutôt direct, qui traite bien des sentiments et de l’adolescence.

Bref, cette lecture a été géniale ! Je ne peux que vous la recommandez !

Jennifer Niven, Les mille visages de notre histoire, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Vanessa Rubio-Barreau, aux éditions Gallimard Jeunesse, 17€.

Les Derniers Battements du cœur, de Kelley York & Rowan Altwood

J’ai l’impression qu’il y a des choses qui reviennent dans la romance young-adult : une rencontre autour du suicide ou de la maladie. Très sincèrement, la moitié de ce que j’ai pu lire comporte une rencontre de ce genre des deux protagonistes. Et ça ne me dérange pas vraiment car cela peut faire naître de très très bons romans – comme celui d’aujourd’hui – mais j’ai peur de finir de me lasser au bout d’un moment.

cvt_les-derniers-battements-du-coeur_6521

Aujourd’hui, nous allons donc parler du roman écrit à quatre mains Les Derniers Battements du coeur de Kelley York et Rowan Altwood. Dans cette histoire, on bascule d’un personnage à l’autre. D’un côté Luc, greffé du cœur il y a trois ans mais en plein rejet ; il ne veut plus voir d’hôpitaux, donc il organise une sorte de road-trip pour finir sa vie comme il l’entend. De l’autre, il y a Evelyn, une ancienne amie proche de Luc qui revient en ville après trois ans passés en Arizona, auprès d’un beau-père qu’elle déteste. Evelyn est embarquée dans ce voyage, cette fuite en avant vers l’Oregon. Tous les deux s’aiment, c’est évident. Mais parfois, ça ne suffit pas pour former un couple.

J’imagine que vous avez déjà trouvé la trame de cette histoire : elle est assez convenue, il faut dire. Cependant, cette escapade improvisée de plusieurs semaines en voiture est très originale et j’ai adoré découvrir les personnages à cette occasion. Ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre est très fort et on comprend leurs réticences, leurs hésitations. J’ai parfois eu envie de claquer Luc pour certaines de ses décisions mais j’imagine que je ne peux me mettre dans la peau d’un garçon comme lui, qui a déjà traversé tant d’épreuves. A l’inverse, j’ai réussi à me sentir plus proche d’Evelyn, baladée selon les amours de sa mère – et sa mère tombe amoureuse tous les quatre matins. Elle manque de confiance en elle, elle n’a jamais pu se poser, s’accrocher à un lieu ou à quelqu’un. Son seul repère dans sa vie a été Luc.

Leur relation est merveilleuse, j’ai été très touchée par leur histoire. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, et les auteurs mettent en avant par touches les liens familiaux étranges, modelés par les non-dits et l’inquiétude.

oregon-road-trip-1

Les pages défilent à une vitesse impressionnante. Le rythme est soutenu, on veut suivre Evelyn et Luc jusqu’au bout. On veut savoir comment tout cela va finir. Car il y a des secrets encore et toujours, et tant que la vérité ne sera pas évidente, tant que Luc n’aura pas pris de décision, on se tient au bord du gouffre, se demandant s’il va sauter ou pas. J’ai pleuré – oui, je suis une madeleine – et je ne remercie pas les auteurs pour tous ces passages qui m’ont donnés des palpitations. Mais c’est aussi ça la lecture, vivre des émotions fortes. Je pensais au début que ce serait une petite romance de passage, que j’oublierai vite. Finalement, les personnages et leurs aventures m’ont vraiment marquée.

Une très belle surprise donc, qui gagne à être connue !

Kelley York & Rowan Altwood, Les Derniers battements du cœur, traduit de l’anglais (États-Unis) par Laurence Richard, aux éditions Pocket Jeunesse Junior, 17€50.

Le vide de nos cœurs, de Jasmine Warga

Je ne pensais pas du tout que cette lecture allait me faire autant d’effet : encore une fois, je me suis faite avoir avec ma fausse idée comme quoi le young adult c’est un peu doux quand même. Faudrait que je me rappelle plus souvent la claque que Nos étoiles contraires m’avait mise. Bref, aujourd’hui un livre qui m’a ému, faite vibrée et pleurer : Le vide de nos coeurs de Jasmine Warga.

51qg4lutjjl-_sx210_

Aysel veut en finir. Sa décision est prise. Depuis que son père a commis l’irréparable et qu’il est en prison, sa vie, sa famille, son travail, son lycée… tout devient pénible pour elle. Mais surtout, elle a au fond d’elle une grosse limace noire qui siphonne son énergie, ne lui inspire que de la tristesse et l’idée qu’elle pourrait bien finir comme son père. Pour trouver le courage de mettre un terme à sa vie, elle traîne sur le forum Smooth Passages, pour trouver un compagnon de suicide. C’est là qu’elle rencontre Roman, qui lui veut en finir le 7 avril. Roman et Aysel se voit souvent, pour planifier ce moment. Mais au fil des jours qui passent et les rapprochent de la date fatidique, Aysel s’aperçoit que peut-être, il y a une autre solution pour Roman et elle.

Quelque chose ne tourne pas rond chez moi. Bien sûr, certaines choses de ma vie me donnent le sentiment d’être seule au monde, mais rien m’isole et me terrifie plus que ma petite voix intérieure. Elle s’entête à me répéter qu’il y a de fortes chances pour que je finisse exactement comme mon père. Je parie que si on m’ouvrait le ventre, la grande limace noire de la dépression en sortirait. Les conseillers d’orientations adorent rabâcher qu’il suffit de « penser de façon positive », sauf que quand on a ce mollusque dans le ventre qui étouffe le peu de bonheur qu’on arrive à éprouver, c’est mission impossible. Comme machine à détruire les pensées positives, mon corps est d’une efficacité redoutable.

Au début, pour être honnête, je ne m’attendais pas à grand-chose. Je me disais tiens encore une romance sur fond de dépression puis de résurrection mais ce livre est tellement plus que cela. Déjà la romance n’est pas évidente. La relation entre Aysel et Roman n’est pas réelle, pas normale : rien ne peut s’appliquer à eux car ils se sont rencontrés pour mourir. A partir de là, tous les codes des relations amoureuses ne s’appliquent plus à eux, ce qui ne va pas les empêcher de partager une relation forte. L’envers du décor – la réaction des familles, des camarades du lycée, l’obligation de faire semblant d’aller bien devant les autres – est très réaliste. On s’y croit complètement. J’ai été emmené au Etats-Unis aux côtés de nos deux héros en un claquement de doigts et je n’ai plus jamais voulu les quitter. Ils sont terriblement attachants, et on comprend si bien leur douleur.

La dépression. Le mot n’est pas dit et pourtant c’est présent à chaque page. Une tristesse, une limace noire… difficile de l’aborder autrement alors qu’on arrive plus à y faire face. Les mots de l’auteure m’ont transpercée. Vraiment, Jasmine Warga a beaucoup de talent pour faire comprendre, toucher du doigt aux lecteurs non concernés ce qu’est la dépression. Et ce que représente aussi la sortie d’une dépression. J’ai eu peur à un moment que ses personnages soient des caricatures en ados blasés, mais pas du tout. C’est tellement vrai… dans les réactions, dans les mots des héros, dans leurs attitudes, dans leurs manies. Très sincèrement, j’ai vraiment beaucoup pleuré, surtout à la fin : que d’émotions !

Les personnages sont excellents, y compris les personnages secondaires qui sont criants d’humanité et de vérité. Jasmine Warga a vraiment une plume extraordinaire en ce qui concerne l’écriture des personnages. Elle maîtrise également bien le rythme de son histoire qui se déroule telle un compte à rebours vers le moment fatidique. L’auteure ne s’attarde que sur des événements intéressants, parfois seulement indirectement liés à l’intrigue, mais qui nous en apprennent en réalité beaucoup sur les héros et sur leurs vies.

Un belle lecture, je m’en souviendrai ! Un excellente surprise et je ne peux que vous la conseiller !

Jasmine Warga, Le vide de nos cœurs, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Maud Desurvire, aux éditions Hugo Roman, 17€.

Sauveur & Fils (saison 1), de Marie-Aude Murail

Vous auriez vu ma tête au moment où j’allais rencontrer une des idoles, mon auteure préférée, celle grâce à qui je suis devenue une mordue de livre… Une vraie gamine dans cette file d’attente pour les dédicaces de Marie-Aude Murail.

murail

La première fois que je l’ai rencontrée, j’étais en sixième et je m’en souviens très très bien. Le petit CDI de mon minuscule collège avec les chaises rouges… On avait tous lu Amour, vampire et Loup-garou mais ce qui nous intéressait le plus, c’était de discuter du métier d’écrivain plus que de ce roman à proprement parler. J’étais hypnotisée alors qu’elle nous racontait les raisons de cette vocation. Et j’ai été définitivement conquise quand elle nous fit le plaisir de nous lire en avant-première le premier jet de ce qui deviendra Simple.

Il a fallu plusieurs années pour qu’un nouveau projet de notre chère Marie-Aude Murail me refasse autant frémir. Il a fallu attendre Sauveur & Fils. J’ai mieux découvert cette série lors du Salon du Livre de Paris 2018, là où justement j’attendais fébrilement cette dédicace. Je l’ai lu dans la foulée.

9782211236331

Malheureusement, ma lecture remonte à… longtemps. Je n’ai pas eu le courage d’écrire beaucoup cette année, mon blog en a souffert. Mais je vais essayer de faire de mon mieux pour vous retranscrire mon opinion sur ce roman, même des mois après la lecture.

Sauveur Saint-Yves est un psychologue. Il reçoit dans son cabinet des enfants pour des raisons très diverses. Gabin qui joue toute la nuit aux jeux vidéos, Margaux qui se taillade, etc. Avec un nom comme le sien, il ne peut pas faire autrement que d’essayer de tous les sauver bien sûr ! Il se dévoue corps et âme à son travail, à tel point qu’il délaisse son propre fils de huit ans : Lazare. Lazare qui se demande bien pourquoi son papa ne lui parle jamais de sa maman.

J’ai adoré Sauveur, c’est un personnage… sympathique ! Chacun de ses patients m’ont touché à leur façon, et l’on n’est jamais insensibles à leur situation, on souhaite les aider. Il faut dire que Marie-Aude Murail est une championne pour ce genre d’écriture : des éléments tristes et réalistes, mais sans mélo inutile. Elle a une écriture humaine. Depuis le temps, le talent de cette auteure n’est plus à remettre en question…

J’ai été moins charmée par l’intrigue avec son fils et cette maman qui n’est pas là, mais je comprends qu’un fil rouge est nécessaire puisque ce roman n’est que la saison 1, il y a des suites ! Je m’identifie plus aux familles et aux ados que Sauveur reçoit plutôt qu’à l’enfant en quête d’une mère et d’attention, mais c’est tout personnel.

Ah, et il y a des hamsters dans ce roman, donc ça vaut forcément le coup.

16466603_10206787649564888_1806110667_o

Marie-Aude Murail, Sauveur & Fils (saison 1), aux éditions L’école des loisirs, 17€.

Tsubaki Love

Avec la reprise du travail sur les chapeaux de roues, les séances à la salle de sport et la sauvegarde de ma vie sociale (que je ne veux surtout pas sacrifier), il m’est difficile ces dernières semaines de trouver vraiment du temps pour remplir ce blog, m’occuper des lectures communes (pardon!) et plus largement de lire. Je vais m’arrêter de m’excuser pour cela, après tout, c’est mon rythme du moment, je ne vais pas me forcer au point de m’en dégoûter. Je regrette juste que cela impacte les lectures communes 2016 que j’ai moi-même initiées. J’espère rattraper le coup d’ici la fin du mois au moins pour ce projet-là.

J’ai donc quelques difficultés à lire beaucoup. La lecture commune d’août (Jules Verne) me pèse encore, je ne l’ai toujours pas finie ! Alors pour changer et éviter la lassitude, je me tourne vers d’autres types de littératures comme la poésie ou… le manga. Je n’en lis pas des dizaines tout simplement car j’adore posséder les mangas que je lis et que ça revient vite cher. Je suis assez difficile même si j’ai mes chouchous : ça va de Chi à Vampire Knight en passant par Bakuman ou Judge. Mais aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’une série que j’ai commencé adolescente. Ça parle amour, sentiment, première fois, trahison… un shôjô (« manga pour filles ») comme on les aime ! J’ai nommé Tsubaki Love de Kanan Minami !

tsubaki-love-1-panini

Oulah oui, le gros mot est dit : ça parle d’amour. Et même d’amour adolescent à l’eau de rose. Rien que ça. Ben oui, on peut avoir lu et aimé Les Misérables, on peut adorer Verlaine ou bien même Aristophane et quand même apprécier de se détendre avec une bonne série d’amour, au trait sucré, aux dialogues vibrants et parfois larmoyants. Et même qu’il y a des livres très bons dans ce domaine qui ne méritent pas tant d’hypocrisie de la part de certains. Parce qu’écrire une bonne romance, c’est dur. Créer un bon manga, c’est tout aussi dur. Alors réunir les deux en un, ça tient du génie.

Et c’est ce qui se passe dans Tsubaki Love.

Le jour de la rentrée au lycée, notre petite Tsubaki, discrète et un peu ringarde, se retrouve à côté de l’arrogant Kyôta. Odieux, le temps tourne vite à l’orage entre les deux adolescents, si fort que Tsubaki finit par taper dans l’œil de Kyôta. La suite ? Elle s’étend sur 15 tomes sans presque aucune longueur ! Évidemment, on se doute de ce qui va ou pourrait se passer, mais soyons honnêtes… on a envie de lire ça par moment !

Nos deux héros, bien que parfois clichés, sont très touchants et m’ont surprise plus d’une fois ! J’ai accroché dès le début à leur histoire, que ce soit quand j’étais adolescente moi-même ou lors de ma relecture aujourd’hui. C’est vraiment une narration qui marche bien ! Les péripéties se suivent et ne se ressemblent pas même si le motif de la jalousie et de la peur de perdre l’être aimé est tout le temps présent ici. Tsubaki est parfois désespérante de naïveté mais elle fait preuve de tellement de bonne volonté qu’on l’adore quand même. Quand à Kyôta… on finit toujours par craquer pour lui.

tsubaki-love-tome-10-386758

J’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteure intègre régulièrement des personnages secondaires dont certains vraiment intéressants et retiennent l’attention. Le fait qu’il y ait une sorte de petit épilogue au dernier tome est une très bonne façon de conclure cette saga. Le dessin est assez classique, mais très lisible. J’ai adoré découvrir la vie d’un lycée japonais et suivre le destin d’adolescents qui se posent des questions sur leur avenir, essaie de se projeter…

Je suis un peu décousue. Il est vrai qu’il m’est difficile d’être assez rationnel avec cette série qui a une place particulière dans mon cœur. De plus, c’est la première fois (mais pas la dernière) que j’évoque ici un manga en son entier ; j’espère que cela aura quand même piqué votre curiosité !

Kanan Minami, Tsubaki Love, aux éditions Panini Manga (vendu maintenant en volume double).