Bouquiner, d’Annie François

J’ai sur ma table de nuit un petit livre rouge. Oh, il ne cache rien de sulfureux, et ne renferme aucune secrète passion. À moins que… Dans Bouquiner, Annie François revient sur son rapport aux livres, en tant qu’objet ou en tant que lecture.

On traverse les chapitres et les thèmes avec allégresse, en s’exclamant « Ah, oui ! Je suis comme ça aussi ! » ou « Ah, non, je ne suis pas d’accord. » Lire au lit, lire à deux, lire dans le métro, respirer le livre, le caresser, l’emprunter, le prêter, l’acheter, le donner, l’offrir, l’admirer, le dédaigner, l’abîmer, l’abandonner, le choisir, le dévorer… Des attitudes de lecteur bibliophage universelles et qui font plus doux nos vies. Annie François est vraiment passionnée, amoureuse des romans, des essais, des librairies et des bibliothèques qui débordent, et je dois bien avouer que j’ai adoré me retrouver dans cette confession impudique.

C’est un petit livre qui se lit très vite. L’écriture de l’auteure est fluide et très belle, elle nous invite dans sa vie, dans sa famille, dans sa bande d’amis qu’on tutoie malgré cette première rencontre. C’est une immersion dans une vie de lectrice boulimique qui dépiaute la relation tenue avec l’objet imprimé. Elle préfère le doux chuintement des pages d’un roman que l’on tourne, au lieu du fracas retentissant des journaux que lit son mari. Elle connaît par cœur les odeurs de ses ouvrages préférés et éparpille ses livres sur les trois étages de sa maison. Elle déteste qu’on lise par dessus son épaule et choisit toujours à la dernière minute les romans à emmener en vacances.

Bouquiner est vraiment un petit plaisir si, comme Annie François et moi-même, vous êtes des fétichistes du livre imprimé.

« Tout fait musique dans le livre, pour peu qu’on ait l’oreille : le dos d’un volume cousu émet, quand on l’ouvre, d’imperceptibles pétillances, celui d’un vieux livre de poche un sinistre craquement qui amorce l’effeuillage ; le grain du papier feule et la couverture vibre sous les doigts de l’impatient. »

Annie François, Bouquiner, aux éditions Points (1045), 6€30.

Lectures étudiantes

Peut-être que cela vous a échappé (chose impossible si vous me suivez sur Twitter) : je fais partie d’un master assez spécial et unique qui a été créé en septembre dernier à l’université Toulouse II Le Mirail, le master « métiers de l’écriture et de la création littéraire ».

Et ce dernier vendredi du mois de juin 2013, j’ai pu rencontré entre deux lectures du Marathon des Mots de Toulouse, les futurs étudiants qui deviendront les nouveaux M1 à la rentrée. Ravie de voir de nouvelles têtes, je l’étais un peu moins en découvrant le programme de la future année scolaire, qui s’accompagne d’une ribambelle de livres à lire pour octobre au plus tard ! Malheureusement, pour la plupart, je ne les connais pas, je ne les possède pas non plus, bref, beaucoup d’argent et de temps à investir dans les lectures étudiantes cet été !

Heureusement, mon année sera éblouie par quelques rencontres d’auteurs que nous organisons de A à Z. Cette année, nous accueillerons donc Roger Grenier, Maylis de Kerangal, Wajdi Mouawad, et Claude Pujade-Renaud en guest ! Que du beau monde que j’ai hâte de connaître et de lire !

Les lectures scolaires dans mon master, j’aime assez : ce sont la plupart du temps des auteurs contemporains même pas morts, et grâce à elles j’ai découvert pas mal de jolies plumes l’année dernière. C’est pourquoi beaucoup d’entre elles m’amèneront à en publier leurs chroniques sur le blog, car je souhaite partager ces bons moments avec vous. Voici ce qui vous attend (mais ce qui m’attend moi surtout pour cet été)…

Du côté de Roger Grenier, pas mal de choses :

  • Le palais d’hiver
  • Ciné-roman
  • La fiancée de Fragonard
  • Le miroir des eaux
  • Regardez la neige qui tombe, impressions de Tchékov
  • Le palais des livres
  • Instantanés
  • Albert Camus, soleil et ombre
  • Les larmes d’Ulysse
  • Dans le secret d’une photo
  • Les Monstres
  • Les Embuscades

Les cinq derniers sont facultatifs mais m’ont l’air très intéressants.

Viennent ensuite, pèle-mêle :

  • Monique Proulx, Les Aurores montréales et Champagne
  • Olivier Adam, Passer l’hiver
  • Geneviève Damas, Si tu passes la rivière
  • Pascal QuignardLa leçon de musique
  • Wajdi Mouawad, Anima
  • Pierre Michon, Vies minuscules
  • Laurent MauvignierCe que j’appelle oubli
  • Maylis de Kerangal, Corniche KennedyNaissance d’un pont et Tangente vers l’Est
  • Tierno Monénembo, Un Attiéké pour Elgass et Pelourinko
  • Dany Lafférrière, Tout bouge autour de moi

Bon, je pense que c’est déjà pas mal ! Avec ça, j’espère quand même arriver à bout de mes deux challenges estivales !

Avez-vous déjà lu certains de ces livres ? Qu’en avez-vous pensé ?