Rendez-vous au Cupcake Café, de Jenny Colgan

On revient avec une chronique. Ça fait du bien. Je suis heureuse de voir que, c’est bon, je réécris, un peu. Presque une année sans lire ou si peu. Je suis passée à un rythme de lecture de trois à cinq romans par semaine à… 3 en dix mois. Ça fait vertigineusement peur. Et même si je relis seulement à dose homéopathique, je m’y remets en douceur pour de bon, je pense.

Dans ma quête ratée à la reprise de la lecture, j’ai quand même eu une bonne surprise, un roman auquel je ne m’attendais pas trop : Rendez-vous au Cupcake Café de Jenny Colgan. Je ne suis pas très portée sur les romances feel-good – c’est juste… pas mon truc. Mais j’étais désespérée, un peu triste et je voulais une lecture plus légère. Le roman me semblait pourtant long, et je me suis dit : « Bah ! Pourquoi pas? »

rendez-vous-au-cupcake-cafe-9782266281164_0

Je me rappelle l’avoir lu cet été, en vacances d’abord à la plage de Narbonne puis perdue en rando dans les Pyrénées. Je l’ai lu petit à petit, en prenant mon temps, étalant la lecture sur plusieurs semaines. J’ai fait connaissance avec Izzy qui découvre avec stupeur son licenciement… C’est peut-être alors l’occasion pour elle de réaliser un rêve un peu fou. Ayant passé toute son enfance dans la boulangerie de son grand-père, on peut dire qu’Izzy a la pâtisserie dans le sang. Indéniablement, elle est très douée. Et elle souhaiterait offrir aux gens de son quartier un endroit douillet et accueillant où se détendre autour d’une bonne tasse de thé et d’un délicieux gâteau.

Quel merveilleux tableau cocooning ! J’en avais vraiment besoin. Et quand l’amour s’y mêle… J’avais oublié à quel point j’aimais vibrer à la lecture d’histoires d’amour ! Alors oui, c’est un peu fleur bleue, mais soyons clairs : c’est exactement ce que je recherchais. Et le meilleur : c’est que c’est fait avec brio !

le-cupcake-bakery-shop-aix-en-provence-1350290240

Jenny Colgan est une auteure brillante, elle sait créer des paysages, des décors, des ambiances sans alourdir son texte, mais en leur donnant corps. Mais là où elle brille le plus, c’est dans l’écriture de ces personnages – même si je dois avouer que pour les personnages sombres, elle a un peu de mal et force le trait. Ils sont tous très attachants à leur manière. Cette galerie de personnages, leurs relations sont vraiment très bien dessinées. Au fil des pages, sans le remarquer, on comprend les liens qui les unit, on est emporté avec eux dans la création du Cupcake Café. La relation d’Izzy avec sa colocataire, son grand-père… sont si belles. Beaucoup d’amitié et d’humanité dans ce livre : et ça fait sacrément du bien, vous pouvez me croire !

J’ai adoré me rouler dans le sucre pendant tout le roman – il donne sacrément faim et rend gourmand, mais pas d’inquiétude, les recettes sont fournies ! J’ai adoré également suivre Izzy dans cette nouvelle aventure, cette nouvelle vie et rencontrer les formidables personnes qui vont la suivre tout au long de son parcours. Et bien évidemment, j’ai été emballée par la romance – convenue, certes, mais bien amenée et bien écrite – de cette histoire.

Un bon livre qui fait du bien, et qui pourrait vraiment vous plaire en ces temps de plaids et de thé chaud !

Jenny Colgan, Rendez-vous au Cupcake Café, aux éditions pocket, traduit de l’anglais par Anne Rémond.

Publicités

Les Délices de Tokyo, de Durian Sukegawa

9782226322883-jEncore une fois, un petit article mille ans après tout le monde, comme c’est la coutume sur ce blog. Aux détours d’un rayon de librairie, je me suis fait offrir Les Délices de Tokyo de Durian Sukegawa. Je l’ai dévoré en une journée, en sirotant du thé. Cela faisait trop longtemps à mon goût que je n’avais pas lu de romans japonais et je dois vous avouer que cette littérature m’avait beaucoup manqué.

Dans un endroit tranquille, face à des cerisiers qui marquent les saisons, se tient un petite boutique de dorayaki, des pâtisseries japonaises, sortes de pancakes fourrés de an – une pâte de haricots rouges. Sentarô n’est pas un expert : il s’estime déjà assez heureux d’avoir trouvé ce poste de gérant après sa sortie de prison. Il se contente d’acheter en gros du an industriel. Le commerce n’est pas florissant mais cela suffit à la survie de la boutique. Un matin, Tokue, une vieille dame, demande à travailler à l’échoppe. Après plusieurs jours, Sentarô finit par accepter et ne le regrette pas ! Tokue a un vrai don pour le an : la clientèle afflue. Sentarô se prend au jeu. Mais les doigts tordus de Tokue sont le signe d’un sombre secret que cette dernière n’ose pas avouer.

Avant de parler de l’histoire, laissez-moi vous parler de l’écriture. J’ai pris énormément de plaisir à lire ce petit roman car le style est très simple et vivant. La traduction est réussie. Il y a de nombreux dialogues, des descriptions toujours utiles, on ne s’ennuie pas. Et pourtant, il s’agit là d’un récit tranquille. Vous vous en apercevrez au fil des pages, l’intérêt qu’on porte à cette histoire est directement lié à la tendresse, à l’attachement que l’on éprouve pour les personnages. On apprend à les connaître au fur et à mesure, et il est difficile de ne pas craquer pour eux. La rencontre entre Tokue et Sentarô est vraiment touchante, et la deuxième partie du livre qui nous en apprend plus sur leurs passés est vraiment passionnante. Ce qui est d’autant plus agréable dans ce livre, c’est que les personnages sont terriblement humains, ce ne sont pas des êtres de papiers policés. Ils ont leurs défauts, leurs bizarreries. La peur, la timidité, le commérage, la gourmandise font partie intégrante de l’être humain et l’auteur a inclus cela dans ses héros. Les personnages sont le socle de ce livre, et ils sont vraiment très bien écrits.

sweetbean1

J’ai beaucoup aimé que cette histoire m’amène dans une petite allée japonaise, même si les cerisiers ont un peu fait cliché. Croiser les lycéennes, les familles, les salary-men, voir vivre cette petite boutique comme il y en a tant d’autres… c’était un vrai régal. Sans compter la confection des dorayaki qui mettent vraiment l’eau à la bouche. Car ce roman est aussi une ode à la bonne cuisine, celle qui prend son temps, qui fait les choses avec minutie et précaution pour un résultat optimal.

Pendant que la pâte refroidissait, Tokue invita Sentarô à consigner dans un carnet les diverses étapes de la préparation. « J’apprends en regardant », répondit-il, ce à quoi elle rétorqua : « Alors, passez-moi tout en revue depuis le début. » Coincé, il ouvrit son carnet.

Les Délices de Tokyo portent vraiment bien son titre : délice pour nos papilles par procuration, délice pour nos yeux de lecteurs qui se réjouissent de cette écriture si légère, de ces personnages si vivants, délice pour le voyageur qui est en nous, heureux de faire un détour par le Japon.

cinema11

Durian Sukegawa, Les Délices de Tokyo, traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako, aux éditions Le Livre de Poche (34537), 6€90.