Livre Paris et Prix du Jeune Ecrivain

La fin du mois de mars a été très chargée en terme d’événements livresques et de découvertes littéraires.

livre_paris_2017Alors que je finissais en urgence la lecture commune du mois de mars, je me suis envolée avec bonheur pour Livre Paris. Un salon que j’attendais avec grande impatience puisque j’avais prévu d’y revoir de nombreuses connaissances, beaucoup d’amis que je ne croise jamais. Et quel régal de tous vous revoir ! La cerise sur le gâteau : voir des personnes dont j’ignorais jusqu’à la présence à Paris. Une de mes plus grande joie a été de pouvoir retrouver l’association du Prix du Jeune Écrivain à Livre Paris. J’ai pu travailler pour eux il y a quelques temps et cela va bientôt faire quatre ans que je gravite autour de l’association. Le Prix qu’elle propose est international et francophone et s’adresse aux jeunes du monde entier. Chaque année, presque 1000 manuscrits arrivent dans leur local à Muret – au sud de Toulouse. Et chaque année, des lauréats sont désignés par un jury d’écrivains et invités au Salon du Livre de Paris – entre autres choses.

DSC_6694 (Copier)C’est donc avec bonheur que je me suis rendue le samedi sur le stand Île-de-France où avait lieu un débat autour des écrivains de demain en présence des lauréats Bienvenue Eric Damiba, Elise Leroy et Anna-Livia Marchionni,, ainsi que d’écrivains membres du jury : Mohamed Aïssaoui, Alain Absire (président du jury) et Carole Martinez (que décidément j’adore). Un espace intimiste, des interventions intéressantes, un très bel échange qui a été pour moi l’occasion de retrouver les bénévoles, les amis rencontrés au PJE et de voir un peu à quoi ressemblait le cru 2017.

Toute la journée, j’ai vadrouillé au gré des rencontres dans le salon. De 10h à 19h, j’ai arpenté les allées, me perdant moult fois à cause de la signalétique absolument pourrie (on est d’accord, hein?). A l’inverse de l’année dernière, je n’avais pas pour but d’arpenter tous les stands. Je suis allée directement voir les éditeurs qui m’intéressaient, je m’étais fait un planning des conférences qui me tentaient mais sans me mettre la pression. J’ai beaucoup appréciée la scène littéraire, comme chaque année et la scène professionnelle était passionnante. Je regrette de ne pas avoir su à l’avance qu’il y avait des ateliers, ceux-ci m’auraient bien tenté. Cette année encore, je trouve le prix de l’entrée un peu cher, l’organisation présente des couacs, mais il y a de légers mieux il me semble. J’aime tellement ce rendez-vous que je me pose sérieusement la question de prendre un pass Grand Lecteur pour l’an prochain – d’ailleurs, si certains l’ont essayé, vous en avez pensé quoi ?

Côté dédicace, une seule me tenait vraiment à cœur et ça commence à devenir un rituel : avec la pétillante Nounja aka @MusicaduMN, nous nous retrouvons pour aller faire dédicacer ensemble le dernier roman de Cindy Van Wilder, l’auteure des Outrepasseurs. S’il y a bien un écrivain pour qui j’accepte de faire la queue sans me plaindre, c’est bien Cindy. Je suis toujours ravie de la revoir, elle est très proche de ses lecteurs et toujours souriante. Merci Nounja pour Memorex, merci Cindy pour tes dédicaces ❤

A peine le temps de repartir avec mes livres signés – mes seuls achats de tout le salon, autant dire que j’ai été très sage –, je m’élance vers le stand Buchet Chastel. C’est le moment, ça y est : la proclamation du palmarès du Prix du Jeune Ecrivain et les dédicaces du recueil tout nouveau, tout beau. C’est un peu la pagaille, il faut dire que le stand fait plus librairie que lieu de réception, et les micros sont interdits, mais l’émotion est quand même au rendez-vous. Les lauréats, la famille du PJE, les curieux réunis autour d’Alain Absire qui énonce le palmarès. La concrétisation d’une année de travail pour ce 32ème prix. Et il faut dire que la cuvée de cette année a l’air sacrément sympathique et j’ai eu un vrai coup de cœur pour le premier prix, Anna-Livia. « C’est une vraie » dixit mon amie et ancienne collègue Laura, et je ne peux que confirmer ! Talent, modestie, sincérité, elle est décidément très touchante cette Anna-Livia.

DSC_6893 (Copier)

Ma journée touche à sa fin. Je ne quitte pas encore Paris mais le salon du livre, c’est fini pour moi. Promesse de revenir l’an prochain en espérant que l’organisation s’améliore encore.

DSC_8014CC (Copier)Toutefois le mois de mars n’est pas terminé et il reste un de mes événements préférés de l’année : la remise du Prix du Jeune Écrivain à Muret, tout près de chez moi, le mercredi 29 mars 2017. A cette occasion, un extrait de chaque texte est lu par un comédien de la Comédie-Française ; cette année, il s’agissait de Didier Sandre et Sylvia Bergé. Intermèdes musicaux, petits mots de la part des lauréats et des membres du jury. Une mise en scène simple et très chaleureuse, rythmée. J’ai savouré chaque lecture et découvrir les textes dans ce cadre-là a été très agréable malgré la fatigue accumulée de la journée. Une bonne ambiance, et toujours la joie de retrouver les gens du PJE. Je suis contente de faire partir de cette association qui me donne l’occasion de découvrir de nouvelles plumes et je ne peux que vous inviter à visiter leur site internet pour en savoir plus sur leurs actions. Ils organisent notamment de supers ateliers d’écritures tous les étés.

Le mois d’avril sera, je l’espère, plus calme et plus propice à la lecture et à l’écriture. Et vous, vous avez été au Salon du Livre cette année ?

Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil 2016

Aaaaaaah le SLPJ ! En toutes lettres : le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil. Un rendez-vous incontournable de la scène littéraire qui a bien meilleure presse que Livre Paris. Et pour cause… Plus familiale, plus accueillant, plus chaleureux, plus humain. Un exemple tout bête ? La place est à seulement cinq euros en plein tarif, et sur les cinq euros, vous avez quatre euros à retirer en chèque Lire, valable sur la grande majorité des stands, ou plus tard en librairies. Ça, c’est une bonne idée, une bonne politique d’ouverture culturelle. (Comparez un peu avec Livre Paris…).

big2016-slpj-montreuil-portrait

J’y étais allé une fois, il y a quatre ans, sans vraiment savoir où je mettais les pieds. A l’époque je ne lisais pas de littérature jeunesse et YA, aucune saga, etc. La différence aujourd’hui ? Ce genre de lectures est devenu habituelle, je travaille avec des enfants autour des livres et de l’écriture. L’envie de me rendre à Montreuil a pointé le bout de son nez. En plus ce serait l’occasion de voir des amis à Paris, ainsi que la choupinette Cindy Van Wilder. Puis, par le plus grand des hasards, il s’est trouvé que le Salon du Cheval se déroulait en même temps – un vrai rêve de gamine –, je n’ai donc plus hésité une seule seconde : Paris, me voilà !

IMG_20161204_112253.jpg

Travail oblige, je n’ai pu me rendre au Salon que le dimanche, avant de prendre mon avion retour. Peu de temps donc, mais autant dire que j’en ai bien profité ! J‘ai fait avec un immense plaisir le tour de tous les stands, scrutant avec attention les dernières sorties, m’émerveillant devant des trésors d’édition et de créativité. L’exposition « La Règle et le Jeu » a bien failli me laisser perplexe au premier abord, mais j’ai finalement été happée par les dispositifs mis en place par le SLPJ pour nous faire découvrir ces ouvrages hors du commun. Un livre-fresque géant, Le Petit Chaperon Rouge en art minimaliste, … De vraies petites pépites. Les Pépites d’or d’ailleurs ! Un prix remis aux meilleurs livres jeunesse (plusieurs catégories selon la tranche d’âge du public visé) : que des choix que je ne peux qu’approuver après avoir découvert les lauréats.

51ov2b2rgnvl-_sx316_bo1204203200_Côté rencontre, j’ai recroisé des visages familiers avec un immense plaisir. J’ai été très sage niveau achats, je n’avais de toute façon pas d’autres choix (merci l’avion sans bagage en soute…). Je n’ai donc acheté qu’un seul et unique livre : le troisième tome des Outrepasseurs, avec la jolie dédicace de Cindy Van Wilder (*cœur cœur cœur*). Pourtant, ce n’était pas les dédicaces intéressantes qui manquaient ! Mais j’ai décidé d’être raisonnable (avec le plan machiavélique de revenir en mars pour Livre Paris, accompagnée d’un bagage en soute vide à l’aller, mais bien rempli de livres au retour, muahaha !).

Montreuil, c’est petit, c’est chaleureux. C’est le parti pris de petites alcôves pour les rencontres ou les pôles plus spécifiques. Il est vrai qu’on est vite à l’étroit, il ne faut pas avoir peur du monde ! Je regrette, il est vrai, les larges scènes, spacieuses, de Livre Paris où on trouvait toujours un endroit où se poser. Mais c’est bien là la seule chose que j’ai à redire. Ce fut une journée riche en découverte, en partage. Malheureusement, c’est déjà l’heure de repartir, de dire au revoir aux amis et au Salon. J’ai déjà hâte d’y retourner !

IMG_20161204_151025.jpg

Et vous, avez-vous pu y aller ? Qu’en avez-vous pensé ?

Livre Paris 2016

Voilà, c’est fait. Je suis allée à mon premier Salon du Livre de Paris. Oups, à Livre Paris pardon. Même si, soyons honnêts, personne ne l’appelle comme ça. Une fois payés les 12€ d’entrée pour la journée (DOUZE EUROS, sérieux!?), j’ai pu profiter de tout mon dimanche pour déambuler dans les allées. Et autant vous dire que je suis globalement ravie de ma venue.

Il y avait du monde, c’est certain, mais l’on pouvait tout à fait profiter du lieu (bref, ce n’était pas la foule du samedi ou de l’inauguration). J’ai réussi à parcourir tous les stands – parfois en ne jetant qu’un coup d’œil, il faut l’avouer – pour la simple et bonne raison que j’avais peu de dédicaces où je souhaitais vraiment aller. J’ai fureté rapidement du côté de la Corée du Sud, pays invité, sans que ça ne me marque vraiment, un stand un peu trop aseptisé pour moi. Par contre, j’ai été ravie par les stands des DOM TOM ainsi que l’espace Brazzaville et Pointe-à-Pitre très vivants et animés. Quelle déception par contre de voir les stands des éditeurs étrangers relégués tout au fond du salon. Heureusement qu’il y avait la zone pique-nique tout près pour avoir un peu de passage, mais ils semblaient tout de même bien tristes.

J’ai été très raisonnable niveau achat : hormis les livres achetés spécialement pour la dédicace (car on ne peut pas entrer avec ses propres livres, je tiens à rappeler cette aberration quand même…!), je n’ai craqué que pour deux choses :

  • un livre de Nancy Huston sur Romain Gary, c’était l’achat dernière minute ;
  • un carnet qui mêle les avantages du bloc-notes et du tableau blanc : WhyNote (que je vous conseille, c’est tellement bien!).

Les dédicaces, parlons-en. J’ai d’abord commencé par Victor Dixen pour sa saga Phobos que je vais vite lire, j’ai hâte de la découvrir. Un auteur pas très ponctuel mais très gentil, qui prend le temps de parler avec ses lecteurs. Dans l’après-midi, je suis passé voir l’adorable Cindy Van Wilder sur le stand des Pays de la Loire. Elle m’a très gentiment dédicacé le tome 2 des Outrepasseurs. Puis j’ai filé voir la toute mignonne Agnès Marot pour qu’elle me signe son dernier roman : I. R. L. Bref, trois rencontres très agréables et remplies de sourire, et des dédicaces originales et personnelles.

La dernière dédicace me laissera un souvenir plus mitigé. Pour mon papa, j’ai voulu faire dédicacer le dernier livre de Jean d’Ormesson. Une organisation nullissime, des photographes qui poussent, des lecteurs (dont un en particulier) qui a tenté diverses magouilles pour doubler (dont une qui consistait à claironner tout haut « numéro 18 » pour faire croire qu’il fallait prendre un numéro et faire la queue, nan mais oh!). Et un Jean d’Ormesson dans sa bulle, à qui on ne peut pas adresser un mot, une dédicace très minimaliste. Bon, je peux le comprendre cet auteur, il n’est plus de première jeunesse et cette foule n’est pas très reposante… Mais quelle déception tout de même. Le bon point de cette dédicace a été la rencontre avec des lectrices. On s’est serré les coudes entre nous, on a fait connaissance et cela fut vraiment agréable. Anne-Claire, Diane, si vous passez par là, merci pour votre bonne humeur !

Le Salon a surtout été pour moi l’occasion de recroiser des amis, des connaissances, des écrivains chouchous, des booktubeuses que j’admire. J’ai découvert de sympathiques maisons d’édition, des gens passionnés. Et quel régal de voir ces enfants, ces adolescents en train de dévorer un manga ou de trépigner d’impatience à l’idée de rencontrer leurs auteurs favoris. Mention spéciale pour cette lectrice de Cindy Van Wilder : « Pour moi, c’est comme si c’était J. K. Rowling qui signait ! ». J’ai fini ma journée à la scène littéraire pour une rencontre vraiment intéressante sur la panoplie littéraire de Marie Nimier. Instructif et passionnant !

event_salon-du-livre_9762Livre Paris, j’en retiendrais donc surtout les rencontres, les découvertes. Parce qu’il y aurait tellement de choses à redire de l’organisation… Un secteur sur la religion et la spiritualité déserté, un prix juste dingue, des allées bien signalées mais pour les numéros de stand, tu peux toujours te brosser, l’impossibilité d’entrer dans le Salon avec tes propres livres. Et plus globalement, un manque d’unité : on invite une ville, et un pays, et des « terres de poésie », et des chefs cuisiniers, et des librairies religieuses qu’on cloisonne à part, et on créée un square jeunesse alors que chaque éditeur a fait son coin jeunesse de son côté, pfiou. Ce salon manque d’âme, manque d’humanité. Il n’est pas chaleureux. A part les vigiles à l’entrée, et deux personnes qui galèrent au point info, je me demande où sont les organisateurs !

Mais j’y retournerai. Tout simplement parce que c’est parfois la seule occasion de revoir autant de monde en un seul week-end. Tout simplement aussi pour revoir Paris, ville magnifique que j’ai enfin pu découvrir.