La Maison Victor Hugo à Paris

(Article publié sur mes deux blogs)

La toute première fois que je suis allée à Paris, ma meilleure amie m’a fait la surprise de m’emmener voir la Maison de Victor Hugo. C’est en réalité juste des reconstitutions de ses lieux d’habitation dans un appartement qu’il a réellement occupé place des Vosges.

2_4

Victor et moi, c’est une longue histoire. Je dois dire que j’ai une certaine fascination pour cet homme, un vrai génie de son temps, adulé d’ailleurs à son époque et encore terriblement populaire dans le monde (Fantine et Cosette, Jean Valjean, Gavroche, les héros des Misérables sont connus partout). Je dis fascination et non pas amour car je ne sais pas encore si j’aime ou n’aime pas Victor Hugo : il était, ma foi, assez égoïste. Pendant des dizaines d’années, il a eu une maîtresse qui le suivit lorsqu’il a été proscrit, bani de France par Napoléon, sans compter ses centaines autres aventures, qu’il notait de façon codée, en espagnol, dans son journal. Un vrai coureur de jupons le Vivi, qui avait aussi un gros melon. Il avait des idées politiques fortes et les affirmait quitte à se mettre en scène à Guernesey pour des photos sur le rocher des proscrits par exemple. Fou de sa dernière fille morte très jeune, il en a négligé la première qui n’a pas très bien tournée… Sa vie est vraiment une aventure. Il a nourri des enfants pauvres à Guernesey, il a écrit des œuvres incroyables, il dessinait sacrément bien, il a été un grand-père aimant, il s’est battu contre la misère et la peine de mort… Honnêtement, intéressez-vous à sa vie, c’est juste incroyable !

J’écris à mes heures perdues, et il se trouve que mon dernier roman que je traîne depuis plusieurs années, celui qui me tient le plus à cœur parle de lui. Plus précisément, de sa vie à Hauteville House, sa maison de Guernesey, alors qu’il finissait d’écrire Les Misérables. Je me sens lié à lui et à ses lieux de vie. C’est donc avec beaucoup de ravissement que j’ai (re)visité sa « maison » à Paris.

1004017-victor_hugoLe hall est petit, au rez-de-chaussée, il y a juste de quoi caser l’accueil/billetterie, le vestiaire, un coin boutique et des toilettes. L’entrée est gratuite, sauf bien sûr si vous souhaitez un audio-guide ou visiter en plus l’exposition temporaire. Au deuxième étage, vous entrerez donc dans ces pièces qui l’ont vues vivre. Les fenêtres donnent sur la place des Vosges. Le parquet grince sous vos pas alors que vous découvrez le portrait de sa femme Adèle, de son amante Juliette, ou encore de sa si précieuse fille Léopoldine. On peut découvrir le décor type asiatique qu’il avait inventé (c’était un sacré décorateur d’intérieur, un brin mégalomane), le lit où il est mort, les meubles qui lui ont appartenu, certains brouillons… Parfait pour découvrir le bonhomme pour ceux qui ne le connaissent pas, idéal aussi pour les passionnés et les incollables.

maison-de-victor-hugo-4-7c-630x405-7c-c2a9-benoit-fougeirol

En ce mois de mars 2019, il y avait également une exposition particulière sur Hauteville House, la fameuse maison de Guernesey que Hugo a occupé très très longtemps. Il l’a entièrement décoré, d’une façon un peu extravagante, insérant ses initiales un peu partout. En plus des miroirs omniprésent, l’auteur a fait construire un look-out, une sorte de verrière dans laquelle il pouvait écrire face à la mer. La nature sauvage, l’océan Atlantique sont indissociables du lieu. J’ai réellement une passion pour cette maison qui vient justement d’être restaurée et je souhaite vraiment la visiter un jour. En attendant, cette expo m’a comblée. Elle n’est pas bien grande mais on y retrouve des photos d’époque de la maison – ces photos m’ont beaucoup servies lors de la rédaction de mon roman donc les voir en vrai… ça m’a vraiment fait quelque chose. C’est organisé comme une visite de chaque pièce de la maison, avec des infos, des photos, des objets, des plans et idées jetés au brouillon par Hugo. Dans la dernière pièce, des artistes de notre époque, photographes ou peintres, ont eux-même immortalisés la maison – et c’est sublime.

pm_vh_40x60_hd

Bref, c’est un de mes lieux préférés de Paris mais je ne suis pas objective ! Si vous êtes intéressé par la littérature, si vous êtes curieux d’en savoir plus sur la vie extraordinaire de ce bonhomme, je ne peux que vous encourager à y jeter un œil. Rappelez-vous que ça ne vous prendra vraiment pas longtemps, et c’est gratuit pour tous : une vraie bonne raison de se laisser tenter !

D’après une histoire vraie, de Delphine de Vigan

J’ai presque du me refréner pour ne pas lire D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan, directement après Rien ne s’oppose à la nuit, tellement j’ai aimé le style de l’auteure et ce qu’elle avait à nous raconter.

9782709648523_large

Il me semble important de lire ces deux romans dans cet ordre, c’est ainsi qu’ils ont été écrits et publiés, et l’auteure-narratrice fait régulièrement référence au premier livre dans le deuxième. Car encore une fois, on flirte avec l’autobiographie, l’autofiction… on ne sait pas très bien où sont les limites, on s’y perd, on aime ça. Le personnage principale, c’est l’auteure elle-même et elle inclut de vrais éléments de sa vie dans ce roman – notamment son couple avec François Busnel, ses enfants, sa carrière d’écrivain. On ne sait pas où commence le faux, si tout est faux, si quelque chose est faux. Rajoutez à cela qu’on se méfie même d’une certaine folie sous-jacente qu’on a découverte chez la mère dans Rien ne s’oppose à la nuit… On ne sait plus quoi croire, surtout que la narratrice elle-même s’interroge : dois-je écrire du vrai ? Mais en réalité, à partir du moment où je le mets en mots, c’est d’une certaine façon de la fiction, c’est ma réalité, pas la réalité vraie ? Pour ma part, j’ai tout simplement décidé de tout prendre pour vrai, mais j’ai été vraiment désarçonnée par cette fin, j’ai perdu tous mes repères.

Je voudrais raconter comment L. est entrée dans ma vie, dans quelles circonstances, je voudrais décrire avec précision le contexte qui a permis à L. de pénétrer dans ma sphère privée et, avec patience, d’en prendre possession.

Delphine est fatiguée du succès inattendu de Rien ne s’oppose à la nuit, ce livre où elle parle de sa mère a touché beaucoup plus de monde que ce à quoi elle s’était attendu, et cette sorte de gloire a eu des retentissements dans sa propre famille. C’est dans ce contexte qu’elle rencontre L. qui très vite va s’imposer dans sa vie comme l’amie toujours présente, qui la connaît mieux que personne et qui est toujours là pour elle. Vraiment toujours. Petit à petit, Delphine va se rendre compte qu’elle n’arrive plus à écrire, vraiment plus du tout, même pas une liste de course. L. va alors prendre de plus en plus de place, l’aidant au quotidien. Mais au fil des mois, Delphine se sent de plus en plus mal à l’aise face à son amie.

B9713669217Z.1_20171030214003_0002BGEIA1OOT3.1-0

Encore aujourd’hui, il m’est difficile d’expliquer comment notre relation s’est développée si rapidement, et de quelle manière L. a pu, en l’espace de quelques mois, occuper une telle place dans ma vie. L. exerçait sur moi une véritable fascination. L. m’étonnait, m’amusait, m’intriguait. M’intimidait.

On le sait dès le début du livre, ce sera une relation toxique qui va nous être racontée. Et ce récit est à la fois hypnotisant et effrayant. Delphine se place en victime et à sa place, il faut avouer qu’on aurait sûrement agi pareil. Car ce genre d’amitié malsaine, qui prend toute la place, se glisse et se construit insidieusement dans une existence. On s’en rend compte trop tard. Par moment, et surtout dans le dernier quart, le roman prend des airs de thriller, on redoute un événement, quelque chose qui va tout faire bousculer, et les huis-clos entre L. et Delphine nous pousse à y croire. Je ne m’attendais pas du tout à ce dénouement, pour le coup l’auteure m’a surprise ! Et même si j’ai trouvé qu’elle se regardait écrire par moment, la langue et le style sont toujours impeccables, disséquant avec pudeur les émotions, voguant dans les souvenirs.

C’est un système qu’on connaît déjà : je témoigne de ce que j’ai vécu, sous la forme autobiographique, tout en m’interrogeant en même temps sur le rédaction de ce récit. Et je dois avouer : j’apprécie beaucoup cette façon d’écrire, qui immerge complètement le lecteur, l’invitant à tout prendre pour argent comptant, oubliant le mot « roman » sur la couverture. C’est troublant, passionnant, bref j’ai adoré ce livre.

Maintenant que j’expose ces faits, reconstitués dans un ordre à peu près conforme à celui dans lequel ils se sont déroulés, j’ai conscience qu’apparaît, comme à l’encre sympathique, une sorte de trame, dont les ajouts laissent entrevoir la progression lente et assurée de L., renforçant chaque jour son emprise. Et pour cause : j’écris cette histoire à la lumière de ce que cette relation est devenue et des dégâts qu’elle a provoqués. Je sais l’effroi dans lequel elle m’a plongée et la violence dans laquelle elle se termine.

Delphine de Vigan, D’après une histoire vraie, aux éditions JC Lattès, 20€.

Panne d’écriture : comment l’éviter ?

J’ai parlé sur le blog de ces embryons de romans abandonnés. Parfois, ils sont laissés dans un coin de votre ordinateur pendant des mois, des années car à un moment donné on a eu une panne d’écriture. Est-il possible de les éviter ?

e2809clc3a9criture-cest-c3a0-la-fois-une-respiration-une-nc3a9cessitc3a9-un-vrai-bonheur-e2809d1Tout d’abord, je tiens à préciser que certaines pannes d’écriture sont inévitables. Certains événement de la vie vous laissent complètement démuni et même si vous pensez aller mieux, vous êtes en pleine reconstruction. Et parfois l’écriture n’a absolument pas sa place ici. La très longue panne que j’ai vécu en 2018 est de cet acabit : très honnêtement, j’avais autre chose à penser et ma maigre motivation servait avant tout à mettre un pied devant l’autre, à grandir, à aller de l’avant. Dans ces cas-là, ne vous en voulez pas, laissez-vous le temps. C’est seulement quand ne pas écrire est en soi devenu une souffrance que j’ai su qu’il fallait que j’y fasse quelque chose – dans mon cas, je me suis réinscrite au NaNoWriMo pour une autre édition, et ça a super bien fonctionné. Parfois au contraire, surtout pour ceux qui écrivaient peu de base, l’écriture peut vous sauver et servir à faire sortir certaines choses que vous n’avez pas encore exprimé ou tout simplement vous apporter un certain soulagement, une sensation d’évasion. Le rapport à l’écriture est très intime, soyez à votre écoute.

Mais les petites pannes d’écriture sont habituelles et quand on a un projet en cours, le syndrome de la page blanche peut vraiment devenir un vrai obstacle. Il existe pourtant des petites astuces pour essayer de se protéger des pannes d’écriture.

Garder contact quotidiennement avec l’écriture

Pour la plupart d’entre nous, écrire de la fiction n’est pas au programme tous les jours. Je peux comprendre qu’il est difficile parfois de se trouver un moment, surtout si, comme moi, il vous faut du temps pour rassembler vos esprits, vous concentrer et vous y mettre.

Mais même si vous ne travaillez pas sur votre projet tous les jours, il est très important de garder le contact avec l’écriture. Au lieu de créer, vous pouvez tout simplement vous relire, enlever les fautes d’orthographe. Écrire un article pour votre blog, ou un mail à un ami que vous n’avez pas vu depuis longtemps. Plus simplement, prenez l’habitude le soir de décrire votre journée dans votre agenda, votre ressenti dans un journal intime. Inscrivez trois choses positives de votre journée dans un carnet, faites une liste de n’importe quoi. Restez en contact avec les mots tout simplement – à travers la lecture par exemple – est déjà très bien, mais écrire sera un acte encore plus fort.

article-image-livre-presque-ecrit-628x353.jpg

Savoir ce que vous voulez vraiment

Si vraiment, au plus profond de vous, finir d’écrire cette histoire est important à vos yeux, si ça représente un de vos objectifs, donnez-vous les moyens d’y arriver. Le plus souvent, on s’invente en réalité des excuses pour ne pas écrire – un peu comme pour le sport tiens ! – car ce n’est pas tous les jours faciles. De plus, ça reste majoritairement une tâche solitaire et certains jours, on a un peu de mal à rester seul avec nous-même.

Prenez donc le temps pour réfléchir honnêtement à votre projet, à son importance pour vous. Si vraiment cela est important pour vous, arrêtez de tourner autour de pot et voyez les choses comme elles sont : l’écriture, la réécriture, la mise en page, les corrections… vont représenter un vrai boulot. Planifiez, inscrivez-le dans votre emploi du temps. Arrêtez avec cette excuse de « j’ai pas le temps ». Levez-vous une demi-heure plus tôt, choisissez de déjeuner sans vos collègues pour passer votre pause du midi à écrire, profitez de vos 35 minutes quotidiennes de métro au lieu de rêvasser… Vous avez la possibilité. Prenez-en juste conscience.

L’astuce la plus connue mais la plus efficace : le rituel

Si vous en êtes là de la lecture de cet article, c’est que l’écriture est vraiment importante dans votre vie. Vous aimez écrire. Alors donnez-lui l’importance qu’elle mérite dans votre vie. Créer un rituel d’écriture n’est pas une innovation, mais je ne pouvais pas ne pas inclure cette astuce car elle fonctionne tellement bien. Je le vois bien quand j’écris pour le NaNoWriMo, qui m’oblige à m’y mettre chaque jour. Il y a certaines choses qui fonctionnent mieux que d’autres : pour moi, c’est d’écrire le matin, à coup de dix ou quinze minutes entre deux activités autres, et avec un café. Créez votre propre rituel d’écriture et tenez-vous-y. Il paraît qu’il faut entre trois et quatre semaines pour qu’un nouveau comportement devienne une habitude… !

dscf3768-1

Trouver le bon lieu, le bon moment. L’important c’est que vous soyez à l’aise et le moins dérangé possible pendant ce laps de temps – minimum dix minutes – que vous réservez pour l’écriture. Ce moment est pour vous, faites-en ce que vous voulez. Certains jours, vous aurez du mal à écrire pour votre projet phare : ce n’est pas grave, votre rituel vous servira alors à écrire d’autres petites choses, à travailler sur votre plan, à inventer des poèmes. L’important c’est que ce rituel soit vraiment régulier. Au fur et à mesure, il perdra son côté obligatoire et deviendra pour vous un vrai plaisir, voire un vrai besoin. A force, vous allez voir : vous cogiterez tout le temps qui vous sépare de votre rituel, impatient d’y être pour enfin mettre noir sur blanc toutes vos nouvelles idées. C’est stimulant et enthousiasmant. Et même dans les jours où l’inspiration n’est pas au rendez-vous, prenez ce moment pour un espace d’expression, de pause dans votre folle journée.

Ne pas écrire seul

La solitude de l’écrivain, seul penché au-dessus de sa feuille, se prenant la tête entre les mains… une image que l’on a tous imaginée, voire vécue ! Il est vrai que l’écriture est par essence une activité solitaire, sauf dans le cas de quelques jeux d’écriture que l’on peut faire en groupe bien sûr. Mais avoir des amis de plume, ne plus écrire seul n’est pas si compliqué et peut vous apporter un réel soutien au quotidien.

Il existe tellement de façon de partager sa passion de l’écriture : internet regorge de forum, de chats, d’événements, des partenariats avec des bêta-lecteurs, etc. Je vais me répéter, mais vous savez que j’adore ça : le NaNoWriMo m’a vraiment permis de rencontrer des gens adorables et disponibles pour parler d’écriture. Vous pouvez également pousser les portes d’une association, d’un atelier d’écriture : pour en avoir animer, je peux vos confirmer que c’est le lieu idéal pour avancer, progresser sur son projet tout en étant soutenu.

Enfin, vous pouvez également publier au fur et à mesure votre projet sur des plateformes comme Wattpad pour avoir des retours. Ou vous mettre aux fanfictions qui est un des styles d’écriture les plus communautaires que je connaisse !

Et bien évidemment, vous pouvez râler et demander de l’aide sur les réseaux sociaux : il y a aura toujours quelqu’un pour vous répondre.

Ecrire, ce n’est pas facile, ce n’est pas évident. On rencontre souvent la lassitude, le doute, l’ennui. Des émotions peuvent nous parasiter, nous bloquer. Mais surtout, écrire nous renvoie à nous-mêmes, c’est une activité plutôt solitaire dans l’acte : sans s’en rendre compte, on se trouve donc souvent des excuses pour échapper à cette activité. Si ça vous tient à cœur, il existe donc des petites astuces comme vous l’avez vu. Mais finalement, il n’y a pas vraiment de secret : si vous avez envie d’écrire, n’attendez pas. Écrivez, tout simplement.

Ces écrits qu’on ne finit pas

Vous êtes nombreux à être des amoureux du livre et de la lecture sur ce blog ; et pour beaucoup cela veut également dire, au moins un peu, que vous êtes également amoureux de l’écriture. Il parait que nous sommes nombreux à vouloir écrire un livre, c’est le genre de projet qui nous fait rêver. Pourtant, bien peu parviennent à leurs fins. Je ne parle pas du tout de se faire éditer, ce n’est pas vraiment un sujet qui m’intéresse. Je parle juste de terminer un projet d’écriture.

Combien de premiers jets, de débuts de romans traînent sur les disques durs de nos ordinateurs ? Bien sûr, parmi ces brouillons jamais achevés il y a les histoires trop mauvaises pour avoir finalement de l’intérêt, et les idées jetées sur le clavier qui ne nous plaisent plus. Mais il y a aussi ce gros projet qui vous a fait vibrer, sur lequel vous avez travaillé de nombreuses heures, auquel vous avez repenser souvent. Et pourtant vous ne le finissez pas.

Écrire par étincelles

La plupart de ces écrits jaillissent d’une étincelle. Une illumination un jour qui nous a pris aux tripes et nous a poussés à tout jeter sur une page. On était enthousiaste et fébrile, imaginant déjà l’oeuvre terminée. Mais l’intérêt s’est émoussé au fil du temps. Soit parce qu’on s’est rendu compte que finalement ce n’était pas si bon, que ce projet avait ses limites. Le plus souvent, soyons honnêtes, c’est parce qu’on n’a pas été capable d’entretenir la flamme. Ecrire est un vrai engagement, ça peut être un plaisir un jour, une torture le lendemain.

Et un jour, une autre étincelle, un autre début de projet. Même schéma. Et les débuts de romans s’amoncellent.

ecriture-culture-travail-som

Écrire parce que c’est le bon moment

Parfois on ne choisit pas vraiment d’écrire, mais on le fait car c’est le bon moment dans sa vie. On en ressent le besoin et l’envie.

C’est souvent à des moments charnières de nos vies, comme l’adolescence, les grandes décisions, les épreuves. Écrire fait du bien. Ça représente parfois un partage d’expérience, parfois une évasion salvatrice dans un autre monde. Pour d’autres, c’est aussi une fierté, savoir qu’ils sont capables d’accomplir quelque chose.

Ce genre d’écrits, sauf s’ils sont très courts, sont rarement finis, rarement retravaillés. Ils n’avaient pas vraiment d’autres buts en soi que d’être commencés. On les relira dans des années avec des émotions bizarres, datant d’un autre temps, ou au contraire, on fera le choix de les supprimer.

Écrire pour les mauvaises raisons

Jamais vous ne m’entendrez dire qu’écrire est une mauvaise chose, bien au contraire. Mais parfois, nous écrivons pour les mauvaises raisons, par obligation. Cela peut avoir un bon côté, débloquant certaines choses, nous entraînant à une certaine régularité.

Mais si on se force trop, on risque carrément de voir sa plume tarir. S’énerver sur sa page car on vit l’écriture comme une obligation est plus un mal qu’un bien. Vous ne créerez que des histoires avortées avec des personnages que vous détestez déjà. Aucun intérêt. Allez souffler. Ça reviendra.

Pourquoi on reste bloqués ?

brouillons-numeriqueCertains écrits ne sont pas faits pour être repris. Mais, en tant qu’écrivain en herbe, le plus important dans tout ça, c’est que vous le compreniez, que vous l’acceptiez. Certains écrits ne sont pas faits pour être repris. Rien ne sert de s’acharner dessus car une sourde culpabilité vous envahit. Laissez ça de côté. Peut-être que ça servira de terreau à une autre histoire : il m’arrive souvent par exemple d’emprunter un nom de lieu, le trait de caractère d’un personnage à un vieux brouillon qui traînait par là. Car ce n’est pas parce que c’est inutilisable que tout est bon à jeter. Votre inspiration, votre plume ont besoin de crash tests. C’est ainsi que vous trouvez votre voie, le ton juste. Vous voyez où sont vos limites, vous découvrez certains univers que vous souhaiteriez explorer. Rater des histoires, les abandonner, ça a du bon. Les erreurs, ça permet de grandir et de mieux se connaître.

Au bout d’un moment, il faut accepter de laisser tomber une histoire. Et oui, ça peut être dur. Mais croyez-moi, si ça ne vient pas, mieux vaut ne pas insister.

Et peut-être que dans des années, vous reviendrez vers ce brouillon d’histoire pour tout reprendre et enfin finir !

NaNoWriMo 2018 : lassitude des derniers jours

J’aime toujours autant le NaNoWriMo et chaque année je prends beaucoup de plaisir à m’y remettre, même si je ne sais jamais ce que je vais écrire, pour moi c’est l’inconnu total.

Un grand miracle a eu lieu cette année : le NaNoWriMo m’a redonné le goût des mots. Je me suis remise à lire, à écrire, mes blogs ont vécu une vraie résurrection. Pour que cela ait lieu, je ne me suis pas vraiment donné de limites et j’ai écrit tout ce qui me faisait plaisir. Par exemple, j’ai mis au point une histoire de Noël que je vais offrir sous la forme d’un calendrier de l’Avent aux enfants de mon école en décembre. J’ai écrit des articles sur des sujets que je ne pensais pas traiter un jour, j’ai ouvert mon champs des possibles. J’ai inventé quelques histoires enfantines, tracé des décors de vieux manoirs hantés… Bref, en terme de contenus, ce NaNoWriMo, c’était vraiment du grand n’importe quoi.

Oui, j’ai carrément triché sur le fond puisque je n’ai pas écrit de roman pour ce National Novel Writing Month, mais sur la forme, je n’ai vraiment compté que les mots écrits en novembre, mettant mon compteur scrupuleusement à jour pendant tous les mois.

Ma tactique était de vraiment respecter le minimum quotidien de 1667 mots par jour. Je sais d’expérience que ça fonctionne assez bien avec moi. Et c’est en effet le cas pour cette édition.

Mais contrairement aux années précédents, je ressens une vraie lassitude en cette fin de NaNoWriMo. J’ai tellement repris goût aux mots et à la lecture pendant ce mois de novembre que je souhaite lire lire lire. À côté de ça, j’ai beaucoup de travail comme tout le monde, énormément de choses à faire chez moi (que je dois faire, ce ne sont pas des excuses!), et je tiens vraiment à ne pas relâcher mes efforts côté sport. Le NaNoWriMo représente donc un sacrifice : au lieu de me reposer quand je suis crevée, je dois écrire. J’ai beaucoup réduit ma vie sociale pour écrire. J’ai même du renoncer à des write-ins car le trajet était un peu trop long et que je devais garder chaque minute de libre pour écrire… c’est un comble !

nano_2018_-_poster_sized_for_store_408aea95-a40d-4c34-9ab7-f42a0f60317b_1024x1024

J’ai toujours trouvé des sujets sur quoi écrire, passant de l’un à l’autre pour ne pas avoir de blocages. Même si parfois je tapais sur mon clavier à un rythme d’escargot, j’ai rarement eu le souci de la page blanche ce mois-ci. J’écris à un bon rythme, et par session de dix à vingt minutes, je réussis finalement chaque jour à écrire mon quota de mots. Il est possible que je fasse une pause dans l’écriture quotidienne après ce NaNo mais j’écrirais toujours, et avec plus de plaisir car ce ne sera plus une contrainte.

shutterstock_361891688-900x506

C’est étrange, cette lassitude. Je ne l’avais jamais éprouvée auparavant dans le cadre du NaNoWriMo, jamais à ce point. Je ne vois même plus vraiment mon compteur de mots qui arrive au 50 000 doucement mais sûrement. Je crois que je m’en fiche un peu : je sais que j’en suis capable, que je vais y arriver sans problème. C’est peut-être ça qui cloche : le manque de défi. Cette année, mon objectif premier était de reprendre goût à l’écriture pendant ce NaNo tout simplement. Et c’est arrivé très vite. Je pense que pour l’an prochain, je dois commencer ce mois de novembre avec but plus grand, créer du challenge. Peut-être finir ce fameux roman sur Victor Hugo ou une nouvelle histoire.

Hâte de finir ce NaNoWriMo 2018 !

NaNoWriMo 2018 (encore)

nano-2018-writer-badgeC’est un peu plus facile que ce que je pensais. Je souffle. Je sais que je suis capable d’arriver au bout du NaNoWriMo, et ça fait quatre ans que je n’en fais plus une montagne, je pars à l’aventure à chaque fois sans vraiment réfléchir. Et sans être angoissée pour autant, je dois avouer que j’étais un peu stressée le 31 octobre dernier lors de la kick-off. Je ne savais sincèrement pas sur quoi j’allais écrire. Histoire de noter un truc sur mon profil, j’ai évoqué l’idée de reprendre une inspiration qui avait germé au NaNoWriMo dernier. Mais mon vrai défi pour cette année ne serait pas de trouver une histoire. Non, je suis revenue à la peur que j’ai eu à mon premier NaNo : écrire tout simplement.

Ça a été sacrément compliqué l’année passée d’écrire, pour ne pas dire quasi-impossible. La panne sèche, plus d’encre au stylo. J’ai bien participé à un atelier d’écriture cet été – c’était offert. Mais je dois avouer que ça n’a pas donné grand-chose… C’était compliqué, j’avais l’impression de ne rien écrire de bon et surtout je n’y prenais pas vraiment plaisir. Heureusement que je passais tout mon temps avec des copains de plume que je connais et apprécie depuis longtemps : grâce à ça, l’expérience n’avait pas été si désagréable et malgré mes déboires, j’ai réussi à écrire un texte dont j’étais assez contente.

Autant vous dire que la pression était grande en ce début de NaNo. Je savais deux choses : qu’une fois encore, j’allais être une NaNoRebelle puissance 1 million, et que je n’allais pas écrire une grande histoire. J’ai bien cherché, pour me dépanner comme je le faisais l’année dernière, des writing prompts, des idées de départ pour écrire de la fiction. Au lieu de ça, j’ai moi-même créé des phrases-intrigues… Aujourd’hui, je le sais : je finirai ce NaNo mais ça va être du grand n’importe quoi. Je veux profiter de cette occasion pour faire ce que j’ai vraiment envie avec l’écriture : et clairement, en ce moment, il ne s’agit pas d’écrire des histoires. Je veux tester plein de petites choses, écrire plein de listes de tout et n’importe quoi, et surtout je veux redonner vie à mes blogs (oui, parce que j’en ai un deuxième pour parler de tout et de rien ici). C’est surtout ce dernier point qui me tient à cœur. Et quand je vois la liste préalable des articles que j’aimerais rédiger, liste ne cessant de se rallonger de jour en jour, je me dis que j’ai visé juste.

vamers-fyi-utilities-gadgetology-software-here-are-6-apps-to-help-you-reach-the-end-of-nanowrimo-banner-01

Alors oui, tout à fait, c’est carrément de la triche, et pourtant, Dieu sait que j’étais consciencieuse et chipoteuse en ce qui concernait les règles du NaNo au départ. Mais cette année, à mes yeux, l’enjeu est énorme : écrire de nouveau, me reconnecter à cette part de moi-même qui m’a tant manquée. Dans la même lancée, je me suis d’ailleurs remise à lire, et ça fait du bien !

Le NaNoWriMo est vraiment un événement extraordinaire, chaque année je suis émue de sa magie. Il débloque notre imaginaire, nous pousse dans nos retranchements, crée de fabuleuses rencontres. C’est un instant à part que l’on s’octroie dans nos vies de folie pour juste réaliser notre rêve, vivre notre passion : l’écriture. C’est le moment idéal pour expérimenter de nouvelles choses, se lancer des défis, sortir des sentiers battus ou finir de gros projets. Chaque année, je suis emballée et je redécouvre la force de cet événement. Je ne peux que vous encourager à vous lancer dans cette aventure : elle vous surprendra à coup sûr !

nano-2018-writer-twitter-header

Idées en vrac pour petites nouvelles ou grandes histoires

C’est le NaNoWriMo, c’est l’automne, le moment idéal pour se mettre ou se remettre à écrire. Mais parfois, on ne sait pas quoi écrire, alors que l’envie est là. Syndrome de la page blanche, panne d’inspiration, blocage… ? Mon remède miracle, c’est d’arrêter de me prendre la tête et de vouloir écrire le roman du siècle. Mais plutôt me tourner vers des formats courts – contes, histoires pour enfants, nouvelles… Pour cela, j’ai une boîte à idée dans laquelle je pioche. Des débuts d’intrigues qui me parlent, des éléments de décor qui débouchent sur une histoire. Juste une phrase : parfois elle m’inspire et je la continue, ou alors elle m’évoque carrément autre chose et je me laisse porter. Si rien ne se passe, j’en lis une autre. Voici donc quelques idées (enfin 150 quand même !) pour vous dépanner, en espérant que cela puisse vous servir.

c389crire-un-article

  1. Son collant vient de se filer.

  2. En promenade en pleine forêt, son chien vient de filer et ne revient plus quand il l’appelle.

  3. Son portable sonne mais aucun numéro ne s’affiche.

  4. Entre les pages du livre, il découvre une photo.

  5. Quelque chose remue dans le pot de fleur.

  6. Son meilleur ami dévoile ses secrets les plus intimes lors d’une soirée très alcooliséé.

  7. Son conjoint est au bord du vide, prêt à se jeter de leur balcon.

  8. Il joue au talkie-walkie avec son meilleur ami, lui dans la maison et son copain dans la cabane, mais plus personne ne lui répond…

  9. Elle se rassoit à son bureau après la pause déjeuner. Un post-it l’y attend, l’informant que son patron veut la voir.

  10. Une erreur du facteur : il reçoit une carte postale du bout du monde.

  11. Du jour au lendemain, il n’apparaît plus sur les photos, il ne voit plus son reflet dans les miroirs.

  12. Mais qui est cet homme qui fouille dans mes poubelles ?

  13. Il l’aperçoit, qui croque discrètement son portrait dans le métro, va-t-il lui parler ?

  14. Un car arrêté en pleine nuit dans un embouteillage causé par un accident.

  15. Mais où est passée ma deuxième chaussure ?

  16. Il entend un grand fracas provenant de la chambre de son enfant.

  17. Soirée jeux vidéos en réseaux. Mais internet a décidé de planter.

  18. L’alarme incendie se déclenche au collège.

  19. Le vent emporte les chaises de jardins.

  20. Il déménage au Sri Lanka.

  21. Il tombe amoureux de son prof d’anglais.

  22. Il rentre à la fac, à plus de soixante ans.

  23. On lui annonce qu’il est à moitié fée.

  24. Du jour au lendemain, il ne sait plus compter ni lire.

  25. Une nouvelle invention permet de décoder instantanément les pensées des gens.

  26. Sa bouteille d’eau mal rebouchée s’est déversée dans son sac.

  27. De peu, elle a échappé à un éclair.

  28. En se retournant dans son lit, il s’immobilise : il y a quelqu’un d’autre avec lui.

  29. En mettant le linge à sécher, une pince à linge s’éjecte malencontreusement dans les airs et le frappe en plein œil.

  30. Son enfant fait un caprice et lui fiche la honte au supermarché.

  31. Hector le labrador a appuyé sur le système de fermeture de la voiture alors que les clés sont à l’intérieur !

  32. Au fond de son jardin, dessous des buissons, il découvre dans une sorte de nid de drôles de créatures.

  33. Il a acheté un DVD d’occasion mais à la place du film, c’est un enregistrement amateur.

  34. Son voisin du dessous l’engueule car l’eau d’arrosage des plantes vertes a ruisselé sur son linge en train de sécher au grand air.

  35. L’heure est grave, il y a une rupture mondiale de café (ou de chocolat).

  36. Une épidémie de rage a lieu.

  37. Sans s’en rendre compte, il passe la journée avec un bout de salade coincé entre les dents.

  38. Sa mère a fait rétrécir au lavage son pull en cachemire préféré.

  39. Sa fille de 6 ans le surprend en train de jeter à la poubelle le dessin qu’elle venait de lui faire.

  40. Il a avalé une mouche.

  41. On découvre un zèbre sans rayure.

  42. Un de moteurs de son avion vient de prendre feu.

  43. Sa femme apprend la mort de son frère.

  44. Il découvre lors d’une soirée jeux de société que son meilleur ami est vraiment mauvais perdant.

  45. On l’aborde dans un bar.

  46. Il reçoit en cadeau d’anniversaire une baguette magique.

  47. 4h00 du matin, un tremblement de terre le réveille.

  48. Il oublie son sac dans le bus.

  49. Elle lui apprend qu’elle est enceinte – ce n’était pas prévu.

  50. Et si elle se lançait elle aussi dans la course aux élections ?

  51. En visite chez un ami, il se retient de reclasser tous ses livres par ordre d’auteurs et de nettoyer les vitres.

  52. Il y a un bébé crocodile dans les toilettes.

  53. De chez elle, elle peut voir la fenêtre de la salle de sport.

  54. Il reçoit une facture exorbitante pour quelque chose qu’il n’a pas acheté.

  55. Quand la voiture décide de tomber en panne à deux pas de chez mon ex.

  56. Combat entre dieux celtiques.

  57. En se lavant les mains, il perd son alliance un tout petit peu trop grande dans le siphon de l’évier.

  58. Il vient de rater sa correspondance.

  59. En se levant ce matin, il découvre sa maison taguée.

  60. Le chauffage et l’électricité sont en panne, il fait un froid glacial dehors.

  61. Elle décide d’accueillir la sans-abri chez elle le temps d’une nuit.

  62. On lui lance le défi d’arrêter de fumer.

  63. Il reste enfermé malgré lui dans le musée.

  64. Alors qu’ils s’étaient disputés, il finit par la demander en mariage.

  65. Comment avouer à sa femme qu’il a roulé sur le chat ?

  66. Le bonhomme de neige a changé de place durant la nuit.

  67. Le fil d’Ariane a été rompu par le Minotaure, que va devenir Thésée ?

  68. Il tond les pelouses du quartier pour se faire un peu d’argent.

  69. Grande surprise ! Elle vient de remporter la tombola !

  70. On lui offre un livre de recettes de barbecue – il est végétarien.

  71. Elle découvre qu’elle a un cancer.

  72. Quelqu’un lui a volé son identité.

  73. Un dragon se cache dans le grenier.

  74. Le chien jappe toute la journée.

  75. On lui a encore demandé de rester un peu plus tard au travail.

  76. Perdu en pleine montagne, il découvre qu’il n’a plus de batterie sur son portable.

  77. Homme préhistorique contre mammouth.

  78. Il se rappelle qu’il ne sait pas nager.

  79. Elle sent un parfum inconnu sur les oreillers du lit.

  80. Elle surprend sa meilleure amie en bonne compagnie dans les toilettes du lycée.

  81. On vient de l’humilier à la radio.

  82. Il a mis un peu d’eau dans son vin – au sens propre.

  83. Il met en vente la pilule contraceptive pour homme.

  84. J’accompagne le voyage scolaire de ma fille.

  85. J’écris à toutes les personnes dont j’ai été amoureuse dans le passé.

  86. Je me rends compte que j’ai un chewing-gum collé à mon jean.

  87. Il revoit son père pour la première fois depuis sa tendre enfance.

  88. Et si la couleur bleue n’existait pas ?

  89. Il découvre que le miroir de sa chambre est en fait un miroir sans teint.

  90. Il perd la clé USB où il va stocker sa thèse.

  91. Le médecin ne la croit pas quand il explique ses symptômes.

  92. Dans son monde, on peut respirer sous l’eau.

  93. En train de dîner au restaurant, j’apprend que ma maison est en feu.

  94. Il y a un monstre dans le placard.

  95. Elle retrouve dans son manteau qu’elle n’a pas enfilé depuis des mois un drôle de papier.

  96. Le portable de sa copine n’arrête pas de biper alors qu’elle est sous la douche.

  97. Elle est adulte et découvre qu’elle a attrapé des poux.

  98. En colonie de vacances, un enfant a disparu.

  99. Il découvre qu’un auteur de BD porte le même nom que lui.

  100. Un drôle de livre vient d’apparaître dans sa bibliothèque.

  101. Il décide de changer de prénom.

  102. Quelqu’un perd conscience en pleine rue.

  103. Il y a des traces de sang sur la porte d’entrée.

  104. Le serveur fait tomber le café brûlant sur un client.

  105. Un ours rôde dans le jardin.

  106. Il découvre qu’on lui a volé son téléphone lors d’une soirée chez lui.

  107. La carte bancaire ne fonctionne plus alors qu’ils font du shopping.

  108. Elle n’en peut vraiment plus de ses chaussures à talons mais la journée est loin d’être finie.

  109. Elle se retrouve par erreur dans le mauvais cours, dans la mauvaise salle de classe.

  110. Quand il se réveille, ce n’est pas dans son lit mais dans une grotte obscure et humide.

  111. Ce chevalier vient de tomber de cheval. Tout en armure, il est perdu dans les bois.

  112. Le lustre en cristal vient de tomber.

  113. On lui a piqué son linge à la laverie.

  114. Il n’ose pas dire à son beau-frère squatteur qu’il ne veut plus de lui à la maison.

  115. En quête de ses origines, il vient de découvrir que sa ville de naissance… n’existe pas.

  116. Il est coincé en Chine après avoir perdu son passeport.

  117. Il n’y a plus de couches pour le bébé !

  118. Ses vêtements sont tout d’un coup tous beaucoup trop petits.

  119. Cet enfant de maternelle vient d’avaler de la peinture.

  120. Il remporte la médaille olympique !

  121. Un jour, plus aucune fleur.

  122. Il se lève du canapé et découvre une grande flaque d’eau.

  123. Tout le monde est retranché chez soi à cause de la pollution.

  124. Ils tentent de s’enfuir de Corée du Nord.

  125. Ces pirates viennent de dérober un drôle de trésor.

  126. La jeune fille tombe sur un os étrange en jouant dans le jardin.

  127. Une drôle d’odeur de rose vient d’apparaître soudainement dans la pièce.

  128. L’eau a un sale goût.

  129. Il découvre que le dealer du coin est un de ces anciens élèves.

  130. Sa mission : mettre des micros discrètement chez elle. Mais ça ne va pas se passer comme prévu.

  131. Le fossoyeur vient de finir sa mission quand il entend tout d’un coup des bruits venant de la terre tout juste remise.

  132. Ses fenêtres explosent en mille morceaux.

  133. Mon dragon n’arrive plus à souffler du feu !

  134. C’est le champion du monde de cartes Pokemon.

  135. Retraité, 77 ans, recherche quelqu’un avec qui partager sa vie.

  136. Elle marche sur le lego avec une grimace.

  137. En claquant la porte rageusement, il y coince un pan de sa chemise.

  138. Son ordinateur vient de freezer alors qu’il gagnait une partie de poker en ligne.

  139. Il rate le cendrier car il ne faisait pas attention et pose son mégot brûlant sur le canapé.

  140. Par curiosité, il ouvre cet exemplaire de la Bible qu’il y a dans la table de chevet de sa chambre d’hôtel.

  141. Elle ne se souvient plus de la lettre « m ».

  142. Les enfants se tordent de douleur : ils ont trop mangé de bonbons.

  143. Le livreur de pizza vient toquer à sa porte.

  144. Elle vient, avec fébrilité, d’envoyer son scénario à plusieurs grosses boîtes de production.

  145. Les amoureux se retrouvent bloqués tout en haut de la grande roue.

  146. Il casse la fermeture éclair de la toile de tente alors qu’on annonce une nuit glaciale.

  147. Un laser game entre amis et une belle chute.

  148. Elle apprend à sa petite sœur à faire ses lacets.

  149. Ils travaillent dans une conserverie et n’en peuvent plus.

  150. La petite souris n’est pas passé.

Bonne écriture !