Et tu trouveras le trésor qui dort en toi, de Laurent Gounelle

J’ai enfin lu mon premier Laurent Gounelle, Et tu trouveras le trésor qui dort en toi et je crois que je peux officiellement avancer que les romans feel-good sur fond de développement personnel, ce n’est vraiment pas mon truc. Je les trouve trop niais, ils manquent de profondeur, l’intrigue est vue mille fois, les personnages sont tellement génériques qu’ils n’en sont pas attachants du tout, et l’histoire semble assez artificielle. Ça ne veut pas dire que ce ne sont pas des bons romans – souvent l’écriture en soi, l’art des dialogues, le rythme, je n’ai rien à y redire – mais ils ne sont pas au niveau des milliers d’autres que je rêve de lire.

et-tu-trouveras-le-tresor-qui-dort-en-toi

Alice est une reine de marketing, son travail est très important pour elle. Elle est aussi très portée sur le développement personnel moderne, temple de l’égocentrisme si on y prête attention deux secondes, où tout est tourné vers soi (gagner de la confiance en soi, trouver ses blocages, croire en ses capacités, se surpasser avec des compétences insoupçonnées, rayonner, et blablabla) et non plus vers l’autre (ou alors, c’est pour utiliser l’autre, le convaincre…) Pardon, je m’égare, je suis très subjective ! Alice donc. Elle souhaite venir en aide à son ami d’enfance, prêtre à Cluny, qui désespère de voir son église si vide. Après quelques tentatives purement marketing, Alice va partir à la découverte des paroles de Jésus, mais aussi du taoïsme et autres religions orientales pour tenter de comprendre ce qui pourrait réellement aider son ami. Cette jeune femme ne manque pas de motivation, testant elle-même ces trouvailles. Elle en est si parfaite qu’elle devient à la fois surréaliste et agaçante – en effet, je n’ai pas du tout aimé ce personnage principal.

clunyC’est très limite si vous êtes vraiment croyant, vous risquez d’être froissé à la lecture de ce roman. Ceci dit, ce livre ne manque pas du tout de bonnes idées du côté de développement personnel. Bon, rien d’extraordinaire, mais Laurent Gounelle nous fait passer le message d’une bien belle façon et il est vrai que c’est mieux entendable sous cette forme, plutôt que dans un essai. De plus, j’ai beaucoup aimé l’arrière-plan de ce livre : tous les décors, toutes les situations. Le rythme et l’écriture, en effet, sont bons. Ça se lit vite, même s’il y a quelques longueurs au cours de dialogues peu vraisemblables sur les religions.

Une lecture réellement en demi-teinte qui, à titre personnel, ne me convient pas vraiment. Ceci dit, c’est de la bonne littérature et je ne doute pas une seconde que de nombreux lecteurs trouveront leur compte avec ce roman !

Laurent Gounelle, Et tu trouveras le trésor qui dort en toi, aux éditions Le Livre de Poche, 7€40.

Publicités

Il est grand temps de rallumer les étoiles, de Virginie Grimaldi

Les livres de Virginie Grimaldi ne m’avaient jamais attirée. Pourtant j’aime les romans feel-good, mais j’ai l’impression que les siens sont trop, et j’avais peur d’être déçue par la qualité littéraire de ces ouvrages. J’ai pourtant suivi le conseil de plusieurs blogueuses et booktubeuses : j’ai lu Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi et j’ai bien aimé.

il-est-grand-temps-de-rallumer-les-etoiles

Je déteste toujours ce genre de titres qui te vendent du roman épanouissant et feel-good avec des phrases que tu pourrais retrouver dans un agenda spécial citations. Je vous conseillerai cependant de ne pas vous arrêter à ce dernier et d’aller à la rencontre d’Anna, cette maman fauchée qui ferait tout pour ses filles, de Chloé l’adolescente en quête d’amour un peu maladroitement, et de la petite dernière, Lily qui n’a pas la langue dans sa poche mais beaucoup d’humour en réserve ! Anna vient de perdre son boulot et elle voit petit à petit la distance se creuser entre elle et ses enfants. Sur un coup de tête, elle décide de les embarquer à bord du camping-car piqué aux grands-parents pour un énorme road-trip. Direction la Laponie pour voir les aurores boréales ! Au fil de leur voyage, elles vont rencontrer d’autres personnages hauts en couleurs qui vont égayer leur quotidien.

Oui, c’est un roman feel-good avec des relations entre personnages assez convenues, avec un peu de romance à un moment, avec des instants cocasses, des larmes, des disputes, de l’émerveillement. Mais ce n’est pas mielleux. Dans ce roman, Virginie Grimaldi a trouvé un assez bon équilibre. Ses personnages sont tous très attachants et ne sont pas que des stéréotypes en papier. Lily, par exemple, on la découvre à travers son journal intime : j’ai adoré sa manie d’intervertir les expressions et elle comprend bien plus de choses qu’elle ne veut l’admettre. J’ai aimé aussi Chloé dont son utilisation du téléphone pour séduire les garçons est si malheureusement représentative de toute une génération. Anna ou les personnages secondaires m’ont moins séduite. Il faut dire qu’il y a là quelques clichés, parfois touchants certes, mais ils ont des limites… Je ne veux pas trop vous en dire pour ne pas vous gâcher le plaisir de découvrir par vous-mêmes.

laponie-finlande-aurore-boreale-6d2a29-0@1x

J’ai été très déçue de ne pas avoir encore plus et encore plus de descriptions des paysages magnifiques traversés par la famille : je sais bien que ce n’est pas le cœur de ce roman, mais le road-trip est la ligne rouge de cette intrigue. Il faut dire que l’auteure ne brille pas du tout par ses descriptions ; elle excelle par contre dans la construction de ses personnages et les dialogues.

C’était bizarre, on était comme en état de choc. Maman n’a pas démarré tout de suite. Même Lily se taisait. Mais ce silence-là, il était différent. Il nous réunissait. On venait de se faire mettre KO par la beauté du monde.

Ce n’est pas du tout un coup de cœur mais j’ai tout de même beaucoup apprécié ce livre qui a quelques perles cachées dans ses pages. Idéal si vous voulez voyager un peu et vous faire du bien avec une lecture !

Virginie Grimaldi, Il est grand temps de rallumer les étoiles, aux éditions Fayard, 18€50.

Rendez-vous au Cupcake Café, de Jenny Colgan

On revient avec une chronique. Ça fait du bien. Je suis heureuse de voir que, c’est bon, je réécris, un peu. Presque une année sans lire ou si peu. Je suis passée à un rythme de lecture de trois à cinq romans par semaine à… 3 en dix mois. Ça fait vertigineusement peur. Et même si je relis seulement à dose homéopathique, je m’y remets en douceur pour de bon, je pense.

Dans ma quête ratée à la reprise de la lecture, j’ai quand même eu une bonne surprise, un roman auquel je ne m’attendais pas trop : Rendez-vous au Cupcake Café de Jenny Colgan. Je ne suis pas très portée sur les romances feel-good – c’est juste… pas mon truc. Mais j’étais désespérée, un peu triste et je voulais une lecture plus légère. Le roman me semblait pourtant long, et je me suis dit : « Bah ! Pourquoi pas? »

rendez-vous-au-cupcake-cafe-9782266281164_0

Je me rappelle l’avoir lu cet été, en vacances d’abord à la plage de Narbonne puis perdue en rando dans les Pyrénées. Je l’ai lu petit à petit, en prenant mon temps, étalant la lecture sur plusieurs semaines. J’ai fait connaissance avec Izzy qui découvre avec stupeur son licenciement… C’est peut-être alors l’occasion pour elle de réaliser un rêve un peu fou. Ayant passé toute son enfance dans la boulangerie de son grand-père, on peut dire qu’Izzy a la pâtisserie dans le sang. Indéniablement, elle est très douée. Et elle souhaiterait offrir aux gens de son quartier un endroit douillet et accueillant où se détendre autour d’une bonne tasse de thé et d’un délicieux gâteau.

Quel merveilleux tableau cocooning ! J’en avais vraiment besoin. Et quand l’amour s’y mêle… J’avais oublié à quel point j’aimais vibrer à la lecture d’histoires d’amour ! Alors oui, c’est un peu fleur bleue, mais soyons clairs : c’est exactement ce que je recherchais. Et le meilleur : c’est que c’est fait avec brio !

le-cupcake-bakery-shop-aix-en-provence-1350290240

Jenny Colgan est une auteure brillante, elle sait créer des paysages, des décors, des ambiances sans alourdir son texte, mais en leur donnant corps. Mais là où elle brille le plus, c’est dans l’écriture de ces personnages – même si je dois avouer que pour les personnages sombres, elle a un peu de mal et force le trait. Ils sont tous très attachants à leur manière. Cette galerie de personnages, leurs relations sont vraiment très bien dessinées. Au fil des pages, sans le remarquer, on comprend les liens qui les unit, on est emporté avec eux dans la création du Cupcake Café. La relation d’Izzy avec sa colocataire, son grand-père… sont si belles. Beaucoup d’amitié et d’humanité dans ce livre : et ça fait sacrément du bien, vous pouvez me croire !

J’ai adoré me rouler dans le sucre pendant tout le roman – il donne sacrément faim et rend gourmand, mais pas d’inquiétude, les recettes sont fournies ! J’ai adoré également suivre Izzy dans cette nouvelle aventure, cette nouvelle vie et rencontrer les formidables personnes qui vont la suivre tout au long de son parcours. Et bien évidemment, j’ai été emballée par la romance – convenue, certes, mais bien amenée et bien écrite – de cette histoire.

Un bon livre qui fait du bien, et qui pourrait vraiment vous plaire en ces temps de plaids et de thé chaud !

Jenny Colgan, Rendez-vous au Cupcake Café, aux éditions pocket, traduit de l’anglais par Anne Rémond.

Complètement cramé ! de Gilles Legardinier

Pour la lecture commune de septembre 2016, j’ai proposé un roman qui sort de l’ordinaire chez moi : un roman français feel good. Ma maman s’est remise à la lecture en zieutant mon blog, je ne pouvais que lui rendre la pareille. Alors quand elle a commencé à me parler sans arrêt de cet auteur qui la faisait sourire et dévorer des bouquins en une nuit, je n’ai pu être que curieuse. Bref, aujourd’hui, je vais vous parler de Gilles Legardinier et de son roman Complètement cramé !

9782266246194

Je ne suis vraiment, mais alors vraiment pas fan de cette couverture vert fluo avec un chat bizarre dessus. Il a vraiment fallu que je me répète l’adage « on ne juge pas un livre à sa couverture » pour entrer dans cette lecture. Mais je ne regrette pas ! Après l’épreuve qu’a été Vingt mille lieues sous les mers pour moi, je n’ai fait que deux bouchées de ce livre. Et ça fait sacrément du bien.

Andrew Blake déprime. Veuf, sa fille au loin, des asticoteurs au boulot… il est lassé. Il lâche tout et quitte Londres pour se faire embaucher comme majordome en France. Un petit domaine où règne sa patronne (une dame touchante et mystérieuse), accompagnée par la cuisinière pleine de vie Odile, le régisseur un peu naïf Philippe, et la jeune et amoureuse Manon, femme de ménage. On pourrait penser que tout roule au domaine, mais entre les secrets, les soucis financiers et personnels, les petites piques, il y a de quoi faire. Notre pétillant personnage pensait prendre sa retraite d’une vie de soucis, mais il se rendra vite compte qu’on a besoin de lui au Domaine de Beauvillier.

Andrew est un personnage très touchant qui ne cesse de nous surprendre. Loyal, généreux, altruiste, on aimerait tous l’avoir comme grand-père. Malgré les problèmes de chacun, il sait qu’il y a des solutions pour tout, et il se rend surtout compte que ce n’est pas dans la solitude qu’on trouve des réponses.

1362499948-1726

Avec des personnages secondaires très savoureux, des péripéties nombreuses et des dialogues à savourer, c’est vraiment un livre agréable. Mais c’est aussi un livre léger, un livre « téléfilm du dimanche avec happy-end ». Ne vous attendez pas non plus à autre chose. L’écriture est de qualité, l’auteur prend le temps de bien développer ses personnages. Le seul hic que j’ai eu, c’est avec un ressort de l’intrigue : Andrew est un peu frileux à l’idée d’annoncer une certaine vérité à sa patronne, il y a une petite tension narrative autour de cela… que je ne comprenais absolument pas ! Pour moi, il n’y avait aucune raison pour en faire tant à ce propos. Toutefois, je pardonne assez facilement ce petit défaut pour toutes les fois où j’ai ri de bon cœur à la lecture de ces pages.

J’ai passé un excellent moment et je n’hésiterai plus une seconde à relire cet auteur dès que j’ai un coup de barre ou une panne de lecture. Je vous conseille d’essayer aussi !

Vous pouvez également aller lire les avis de Virginy et de L’Aléthiomètre.

Gilles Legardinier, Complètement cramé !, aux éditions Pocket, 7€80.