Le Trône de Fer (l’intégrale 2) de George R. R. Martin

Cela fait une éternité que je n’ai rien posté sur le blog. Il faut dire que des problèmes personnels m’ont fait craindre une autre panne de lecture – et d’écriture. Heureusement, je me suis remise à lire pendant les vacances et maintenant que ces dernières sont terminées, je peux reprendre mon petit rythme habituel qui inclut le blog, fort heureusement. Ce n’est donc que maintenant que je trouve le temps et le courage d’écrire une nouvelle chronique pour une lecture qui date de début janvier.

Il s’agit d’un gros pavé, d’une saga, d’une aventure chorale et épique : Le Trône de Fer (l’intégrale 2) de George R. R. Martin.

57

Ce roman correspond à la saison 2 de la série télévisée ; je vais essayer de spoiler le moins possible mais je vous conseille tout de même de connaître le contenu du premier intégrale/de la première saison.

Le récit fait directement suite aux événements du tome précédent. Le royaume a sombré dans le chaos depuis que le roi au pouvoir est mort, depuis que la Main du roi a été assassinée, depuis que l’arrogant petit Joffrey Lannister est officiellement devenu souverain. A Westeros, on continue la lutte pour réclamer le pouvoir et venger la mort d’Eddard Stark. Mais les concurrents à la couronne sont nombreux et viennent de tous côtés. La guerre fait rage et dans les coulisses des conspirations naissent. Sur les îles, au-delà du Mur dans le Nord ou dans les contrées lointaines du Sud, on échafaude des plans pour reconquérir ce qu’on estime être à soi. On passe d’un camp à l’autre, on fuit, on se cache, on assassine, on attaque, on attend, on ment, on découvre la vérité… Une chose est sûre : la paix n’est pas au programme au sein des Sept Couronnes.

game-of-thrones-saison-2-3

Est-ce que j’ai aimé cette lecture ? Oh que oui ! Il m’a fallu quelques pages pour me remettre dans le bain, me souvenir des événements passés et me ré-habituer à cette langue si riche. Comme dans l’opus précédent, les personnages sont extrêmement nombreux. Il y en a certains que j’ai découvert ici : alors que je m’intéressais peu à eux, je me suis mise à attendre avec impatience chaque chapitre qui les annonçait – c’était notamment le cas pour Tyrion et Sansa. A l’inverse, des personnages qu’on n’a fait que croiser dans le tome précédent prennent beaucoup d’importance ici, car ils lancent de nouvelles intrigues ; ce n’est vraiment pas pour autant que je les appréciais. Il y en a même certains dont je ne me rappelais jamais !

gale-game-of-thrones-saison-2-episode-6-la

Mais c’est aussi ça la force de cette saga : faire vivre ce royaume des Sept Couronnes et nous y faire voyager. En passant d’un personnage à l’autre, on apprend de l’intérieur à mieux connaître les hommes et les femmes qui façonnent cet univers. On suit de façon parallèle leurs plans, leurs évolutions, les embûches sur leur chemin, on guette avec eux les dangers qui les attend. C’est très divertissant, c’est prenant. Les pages se tournent à un rythme frénétique car il y a sans cesse un événement, une phrase qui relance notre curiosité. C’est un pavé qui se dévore.

J’ai beaucoup d’interrogations pour la suite. J’ai déjà envie de savoir ce qui attend certains de mes personnages préférés et je redoute les agissements des autres. Il est sûr que je ne vais pas attendre trop longtemps avant de me lancer dans la lecture du troisième intégrale.

Le Trône de Fer (l’intégrale 2), de George R. R. Martin, traduit de l’américain par Jean Sola, aux éditions j’ai lu, 17€50.

game-of-thrones-saison-2

Le Trône de Fer (L’Intégrale I), de George R. R. Martin

611814starkwinteriscominggameofthrones1

L’hiver vient. Winter is coming.

C’est la devise des Stark, qui règnent à Winterfell, l’une des contrées du Royaume des Sept Couronnes. Eddard Stark (Ned pour les intimes), est nommé Main du Roi Robert. Chance ou malédiction ? La question se pose alors que des soupçons pèsent sur les Lannister, seigneurs de Castral Roc : certains disent qu’ils auraient tué l’ancienne Main. Mais ce n’est pas la seule menace qui guette Westeros : dans d’autres contrées, une princesse déchue au sang de dragon épouse un dirigeant Dothrakis (un peuple de forts guerriers, qui ne jurent que par le cheval) et au Nord, la menace des Autres et des sauvageons par-delà le Mur effraie.

Mais l’hiver vient. Partout les prémices de la fin de ce très long été se font sentir. Et avec elles des menaces nouvelles et obscures.

84237154_oComplot, manipulation, corruption, secret. Une course au pouvoir diabolique et mortelle se joue à Westeros. Mort, sang, guerre, sexe : les pages de ce livre en sont imprégnées. Le Trône de FerL’intégrale I de George R. R. Martin est indéniablement un livre que l’on ne peut mettre qu’entre les mains d’un lecteur averti. Commencer cette lecture, c’est une immersion totale dans un autre univers qui vous happera au total pour sept très gros volumes (dont seuls les cinq premiers sont déjà sortis). J’avoue, les 100 premières pages, vous ferez des allers-retours entre le texte et la carte ou la liste des personnages principaux, histoire de mieux vous repérer. Et vous serez peut-être désarçonné par la langue (en tout cas avec cette traduction) à la fois très archaïque et recherchée, et qui devient d’un coup familière et vénale sans qu’on ne sache pourquoi. Mais on s’y fait très rapidement. C’est une vraie aventure où vous frissonnerez, vous vous enthousiasmerez, en même temps que les personnages.

Ah… ces personnages, c’est vraiment tout ce qui fait le sel de cette saga. Plus que la création d’un nouvel univers si riche et complet, plus que cette intrigue aux mille ramifications si bien travaillée. Plus même que cet art de la narration qui fait qu’on tourne les presque 800 pages avec frénésie. Chaque personnage principal (et il y a en beaucoup) est très bien développé : description du physique, habitudes, façon de parler, relation aux autres, etc. On ne s’ennuie jamais en leur compagnie et on apprend à les connaître de manière efficace et empathique. Même s’il y a peu de chance qu’on croise dans la vie une princesse Sansa ou un Tyrion Lannister, ils sont tout à fait crédibles, et cela apporte un vrai plus à l’histoire. Ils ont une vraie profondeur psychologique, une vraie épaisseur, mais surtout, ils évoluent. Et de façon réaliste.

winter-is-coming-1024

Chaque chapitre fait le zoom sur l’un d’eux : ce qu’il est en train de vivre, ce qu’il éprouve aussi. Une façon très originale et diablement efficace pour faire avancer une histoire-poulpe (comprenez : avec plusieurs bras). En effet, tout ne se résume pas à une lutte pour la couronne, oh que non ! Les egos, les alliances, les sentiments, le calcul entrent en jeu : on ne sait plus qui croire, même si on repère assez facilement qui sont les gentils, qui sont les méchants (quoique… on peut parfois hésiter!). Dans ce roman où la politique seigneuriale joue un rôle presque central, des valeurs humaines et authentiques comme la famille ou l’honneur sont aussi extrêmement importantes et ont leur place ici. Et je ne vous parle même pas des menaces extérieures, des rebondissements, etc. qui nous occupent une bonne partie du récit.

game-of-thrones-season-1-32145_00Une écriture virtuose, un traitement des personnages juste parfait, un monde fantastique riche et intéressant, une saga qui promet des surprises… Bref, que dire de plus ? C’est juste un immense coup de cœur et une très belle découverte. Je suis vraiment ravie d’avoir franchi le pas, et de m’être plongée dans cette saga. Je vais très vite continuer cette lecture, c’est certain. L’Intégrale 2 figure déjà dans ma PAL… J’avais vu la saison 1 de la série donc je connaissais déjà les péripéties de ce premier volume, et j’ai quand même pris énormément de plaisir à la lecture. Mais je suis contente de m’être retenue de voir les saisons suivantes pour me garder le bonheur entier d’une lecture faite de découvertes.

George R. R. Martin, Le Trône de Fer, L’Intégrale 1, traduction de l’américain par Jean Sola, aux éditions J’ai lu, 15€90.

Avec ce livre, je participe au challenge 1 pavé par mois et au RAT a Week Edition Winter.