Pourquoi lire ? de Charles Dantzig

Je commence à frémir d’angoisse et d’excitation en voyant le 1er novembre et le début du NaNoWriMo approcher, mais entre quelques fiches de personnages, j’ai réussi à finir un ou deux livres, et je peux donc aujourd’hui vous écrire ce petit billet. Je lis peu ces temps-ci alors, comme si ça allait contre-balancer les choses, j’ai choisi de vous parler d’un livre qui parle de lecture : Pourquoi lire ? de Charles Dantzig.

« Lorsqu’on lit, on tue le temps. Pas dans le sens « passer le temps », ça c’est quand on lit en bâillant pour vaguement occuper un après-midi à la campagne, non, mais quand on fait un lecture sérieuse, une lecture où on est absorbé par le livre. Elle donne l’impression que le temps n’existe plus. On a même, confusément, une sensation d’éternité. Voilà pourquoi les lecteurs sortant de leur livre ont un air de plongeur sous-marin, l’œil opaque et le souffle lent. Il leur faut un moment pour revenir au temps pratique. Et voilà pourquoi les grands lecteurs ont le sentiment d’être toujours jeunes. Ils n’ont pas été usés de la même façon par un emploi du temps, c’est-à-dire par un temps employé à autre chose qu’à obéir au temps commun. Même à cent ans, ils meurent jeunes. Chaque nouvelle lecture a été plongée dans un bain frais, un moment où on a, pas tout à fait illusoirement, vaincu le temps. »

Voici ce que l’on peut trouver dans ce petit livre où l’auteur nous parle des mille et uns aspects de la lecture à travers de courts chapitres. J’ai trouvé que cet ouvrage était un très bel hommage à la littérature mais aussi à ceux qui l’écrivent, tout en restant simple et humble. Charles Dantzig ne va pas chercher trop loin pour nous parler : il nous raconte sa propre vision de la lecture et des lecteurs, ses propres expériences, ses avis aussi. Sur les biographies, sur ce qui n’est pas écrit mais qu’on lit quand même, sur les différentes raisons qui font que nous lisons, sur les chefs-d’œuvre, les libraires, et j’en passe.

C’est un livre qui se picore, on pioche par-ci par-là, en attendant le métro, ou pendant que les pâtes cuisent. A lire d’une traite, je pense que cet ouvrage est peu digeste. L’écriture est tout à fait lisible, fluide, mais je pense qu’on peut faire mieux niveau simplicité et clarté. Toutefois, je chipote. Ce livre n’est pas qu’un éloge pur et dur de ce qui lisent dix livres en une semaine. Non, il parle aussi de tous les autres lecteurs, on peut tous se retrouver à un moment donné ou à un autre dans ces pages. Par contre, c’est vraiment un livre écrit à la première personne, aucun doute là dessus, et ce parti pris d’un avis personnel pourra peut-être en gêner certains.

Plus globalement, c’est un livre intéressant, qui se laisse lire facilement. Mais je dois avouer que ce n’est pas le meilleur livre parlant de lecture que j’ai pu découvrir. Je garde encore un souvenir très fort de La Reine des Lectrices que je conseille à tous. Bref, je vous laisse vous faire votre propre opinion !

Charles Dantzig, Pourquoi lire ?, Le Livre de Poche, 7€10.

Publicités

Le soldeur, de Michel Field

Pendant le NaNoWriMo, j’ai péniblement lu un livre (oui, c’est déjà pas mal). Doublement péniblement qu’il n’était pas franchement passionnant alors que le sujet aurait pu être très intéressant. Il s’agit d’un roman qui parle d’un homme entouré de livres, il a construit toute sa vie avec eux, ils font partie de son identité. Mais un jour, il tombe sur une jeune fille mystérieuse qui l’obsède. Cette dernière lui pose des défis qui l’obligent à se séparer de ses précieux ouvrages. C’est donc l’occasion pour lui de revenir sur ses années de lecture et de découvertes livresques, dans une sorte de crise d’identité qu’il s’impose.

Il s’agit d’un roman de Michel Field publié cette année chez Julliard : Le soldeur.

Concernant l’histoire, il va m’être difficile de vous en dire plus. Ça se veut énigmatique, élevé, bien pensé, romantique, cultivé. A chaque rayon de bibliothèque que le héros vide ou à chaque défi lancé par la jeune fille, une ballade dans des dizaines de thématiques et de livres en particulier sont explorés : Paris, la cuisine, les polars et j’en passe. Il y a toutes sortes de littérature dans cet ouvrage : roman de gare, essai philosophique, écrit sur le féminisme, documentaire en tout genre, etc. Le héros s’y connaît dans tout, et la lectrice que je suis avait l’impression de ne plus rien connaître du tout en littérature, après pourtant 5 années d’études et une vie de passion.

L’auteur du Soldeur a voulu explorer tous les horizons pour décrire, je pense, son propre ressenti, sa propre vie avec les livres, cette relation unique et personnelle. Et ça aurait pu être très intéressant de découvrir cette rétrospective et cette vision des choses. Malheureusement, le faire sous forme d’une fiction a été la pire des idées.

Le récit en soi n’est pas vraiment consistant, il s’évapore par bribes entre toutes ses lignes sur les livres. Cette relation entre la femme et la héros aurait pu être vraiment mieux exploitée. On a l’impression que ces deux personnages ne sont que des figurants, une excuse pour parler de littérature, et ceci est un tort considérable dans un roman. Négliger ses personnages, c’est négliger ses lecteurs.

L’écriture est lisible, bien sûr, mais la construction de l’histoire, le manque de matière terrible de l’intrigue, ainsi que les trop longues diatribes sur des livres – dont pour la plupart on se fiche, il faut l’avouer ! – rendent cet ouvrage lourd et long. Il a failli me tomber des mains plusieurs fois. La seule chose qui m’a fait tenir, c’est découvrir comment allait se finir cette histoire entre les deux personnages. Eh bien, j’ai été sacrément déçue, vraiment. Et rien que pour ça, pour cette déception finale, qui est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, je vous déconseille cette lecture.

Michel Field, Le soldeur, Julliard, 20€.

SWAP littéraire

Oulalah, dix jours sans articles, je suis vraiment désolée ! Pour ma défense, j’ai vraiment été très très occupée dans mon travail, mais sans je n’ai jamais oublié mon blog et mes lecteurs.

Aujourd’hui, un petit article pour vous faire part de ma première participation à un SWAP, et celui-ci fut littéraire ! Organisé par De ma plume à vos oreilles, j’ai eu pour binôme Mademoiselle F.

J’ai été gâtée, j’ai reçu mon colis avant les autres puisque ma partenaire devait s’envoler pour quelques vacances. Mon joli colis est arrivé comme une fleur dans ma boîte aux lettres : à l’intérieur, un petit mot tout gentil et trois cadeaux (dans un mignon papier fleuri). Mademoiselle F a visé juste ! Tout m’a plu.

D’abord, pour affronter les rudeurs de l’hiver finissant, j’ai reçu une petite chaufferette de poche réutilisable, moi qui en cherchait une depuis quelques semaines !

Côté livre, ma partenaire de SWAP a bien compris quel genre de livres me plaisait. J’ai découvert dans le colis un roman de Didier van Cauwelaert, Hors de moi. Lisez plutôt la quatrième de couverture :

J’ai tout perdu, sauf la mémoire. Il m’a volé ma femme, mon travail et mon nom. Je suis le seul à savoir qu’il n’est pas moi : j’en suis la preuve vivante. Mais pour combien de temps ? Et qui va me croire ?

J’ai hâte de savoir le fin mot de l’histoire !

Deuxième roman, un qui était dans ma wish-list depuis longtemps donc je suis ravie : Petit déjeuner chez Tiffany de Truman Capote.

De beaux moment de lecture à l’horizon, merci DMPAVO, merci Mademoiselle F !

 

Bouquiner, d’Annie François

J’ai sur ma table de nuit un petit livre rouge. Oh, il ne cache rien de sulfureux, et ne renferme aucune secrète passion. À moins que… Dans Bouquiner, Annie François revient sur son rapport aux livres, en tant qu’objet ou en tant que lecture.

On traverse les chapitres et les thèmes avec allégresse, en s’exclamant « Ah, oui ! Je suis comme ça aussi ! » ou « Ah, non, je ne suis pas d’accord. » Lire au lit, lire à deux, lire dans le métro, respirer le livre, le caresser, l’emprunter, le prêter, l’acheter, le donner, l’offrir, l’admirer, le dédaigner, l’abîmer, l’abandonner, le choisir, le dévorer… Des attitudes de lecteur bibliophage universelles et qui font plus doux nos vies. Annie François est vraiment passionnée, amoureuse des romans, des essais, des librairies et des bibliothèques qui débordent, et je dois bien avouer que j’ai adoré me retrouver dans cette confession impudique.

C’est un petit livre qui se lit très vite. L’écriture de l’auteure est fluide et très belle, elle nous invite dans sa vie, dans sa famille, dans sa bande d’amis qu’on tutoie malgré cette première rencontre. C’est une immersion dans une vie de lectrice boulimique qui dépiaute la relation tenue avec l’objet imprimé. Elle préfère le doux chuintement des pages d’un roman que l’on tourne, au lieu du fracas retentissant des journaux que lit son mari. Elle connaît par cœur les odeurs de ses ouvrages préférés et éparpille ses livres sur les trois étages de sa maison. Elle déteste qu’on lise par dessus son épaule et choisit toujours à la dernière minute les romans à emmener en vacances.

Bouquiner est vraiment un petit plaisir si, comme Annie François et moi-même, vous êtes des fétichistes du livre imprimé.

« Tout fait musique dans le livre, pour peu qu’on ait l’oreille : le dos d’un volume cousu émet, quand on l’ouvre, d’imperceptibles pétillances, celui d’un vieux livre de poche un sinistre craquement qui amorce l’effeuillage ; le grain du papier feule et la couverture vibre sous les doigts de l’impatient. »

Annie François, Bouquiner, aux éditions Points (1045), 6€30.

Les Combustibles, d’Amélie Nothomb

« Non, je crois que le moment est venu de rire de ces belles paroles. Et de brûler Kleinbettingen. Je vais vous dire : L’Honneur de l’horreur a été écrit par quelqu’un qui n’avait pas faim, et mon article d’il y a huit ans sur L’Honneur de l’horreur a été écrit par quelqu’un qui n’avait pas froid. Alors au feu ! »

J’ai lu mon premier Nothomb. Voilà, il fallait bien ça arrive un jour. Pour l’occasion, j’ai jeté mon dévolu sur un livre qu’on m’a conseillé : Les Combustibles. Je n’ai toujours pas compris pourquoi c’était classé dans romans, alors qu’il s’agit plutôt d’une pièce de théâtre, mais bon.

Nous sommes en tant de guerre, c’est la famine et l’hiver. Dans le salon d’un appartement, trois personnes se réunissent autour d’un poêle : deux étudiants – un couple – et un professeur. Il ne reste plus de mobilier à brûler, seule la bibliothèque est encore sur pieds. Une autodafé pour se réchauffer ? Il n’y a plus beaucoup d’autres choix. L’Université détruite, il faut à présent prendre la responsabilité de réduire en cendres quelques parcelles – peut-être les dernières – de culture. Dur choix à faire. Alors que la jeune femme serait prête à tout pour une once de chaleur, les discussions et les disputes s’enchaînent sur la vraie valeur des écrits et des auteurs. Qui vaut d’être jeté dans les flammes ?

Je n’ai pas été convaincue du tout par ce livre qui veut brasser des choses assez profondes mais ne fait que les effleurer en prenant un ton faussement dramatique. C’est de la copie de théâtre, c’est assez pathétique. Il y a de grandes phrases, de grands sentiments, de grands tourments mais on sent une plume pas du tout persuadée de ce qu’elle écrit. On a voulu imiter la complexité tragique et par moment ça fonctionne… malheureusement c’est loin d’être le cas de la plus grande partie du livre.

C’était bien parti pourtant : le sujet m’intéressait. Mais au fond, il n’a pas été abordé. Cela s’est résumé en « moi, j’aime parce que c’est beau » et c’est tout, pas d’autres arguments. De plus, on tombe dans des topoï vieux comme le monde, notamment en ce qui concerne les relations amoureuses et l’université un peu soixante-huitarde. Toutefois, les personnages rattrapent le coup car même s’ils constituent l’essence de ce livre un peu décevant – puisqu’il ne s’agit que de dialogues – leurs caractères sont bien tracés et très intéressants. Ils s’opposent et s’attirent, les relations entre eux sont parfois très intrigantes et bien travaillées.

Je ne pourrais pas dire grand chose de plus de ce livre très court qui m’a semblé un peu bâclé alors que l’idée de départ était excellente. Mon avis est très mitigé et je ne sais vraiment pas si je vais recommencer l’expérience Amélie Nothomb. Avez-vous lu d’autres livres d’elle que vous pourriez me conseiller ?

Amélie Nothomb, Les Combustibles, aux éditions Le Livre de Poche (13946), 4€10.

La cote 400, de Sophie Divry

Désolée pour mon absence, en ce moment je suis malade ET en voyage ET débordée avec notamment le NaNoWriMo dont j’essaierais de vous reparler cette semaine.

Au détour du catalogue de ma médiathèque, j’ai croisé ce coup de cœur de l’équipe du pôle Littérature, un petit livre tout mince, une première publication pour l’auteure Sophie Divry : La cote 400. Avec un nom pareil, vous doutez bien qu’on va être immergé dans une bibliothèque. Gagné !

Sophie Divry nous livre ici le monologue d’une bibliothécaire qui n’est plus de toute première jeunesse. Alors qu’elle arrive dans son rayon géographie dont elle a la garde, elle découvre qu’un des usagers a passé la nuit ici. Elle en profite pour lui déverser ce qu’elle a sur le cœur avant que l’établissement n’ouvre ses portes au public.

D’abord, il y a ce système de classification internationale que l’on doit à Dewey, un type vraiment malin et rusé qui a réussi à classer tout notre savoir avec des chiffres : une structure indestructible qui fait la part belle à l’Histoire, à la littérature, mais délaisse le rayon géographie. Puis, il y a cet espace mal éclairé, au sous-sol sans fenêtre, où elle passe ses semaines à ranger les livres de travers. Une vraie tombe. Heureusement, il y a ce chercheur en histoire qui passe tout son temps libre à venir travailler juste à cette table, là. Ah, quelle nuque, si seulement elle osait…

Elle n’était pas prédestinée à ça, elle, elle voulait être professeure, mais elle a raté la certification. Résultat, elle se retrouve seule à son bureau où personne ne vient lui demander un renseignement, à se moquer des pimbêches du rez-de-chaussée et à râler sur tous ces gens qui ne viennent que pour les BD et les DVD.

Il n’y a pas de pause dans ce court texte, aucun retour à la ligne, paragraphe distinct, juste la voix de cette bibliothécaire esseulée qui garde sa rancoeur pour elle. Je n’ai pas encore décidé ou non si je trouvais ce personnage sympathique : après tout, je suis pour la démocratisation de la culture pour tous, y compris musique, cinéma et tous les genres littéraires. Je l’ai trouvé un peu conservatrice sur les bords mais surtout assez geignarde. Toutefois, elle sait parler, elle est très cultivée et assez captivante je dois avouer.

J’ai appris beaucoup de choses sur le classement Dewey, et vu que je travaille un peu en médiathèque, ça m’a vraiment intéressée. Mais la narratrice évoque des dizaines d’autres sujets qui élargissent la culture générale du lecteur de façon très agréable. Par contre, ce livre ne reflète pas la réalité des bibliothèques qui ont une volonté d’ouverture, de diversité, de découverte culturelle. Après tout, l’héroïne travaille dans une bibliothèque communale, au service des usagers, et non une bibliothèque du patrimoine chargée de sauvegarder notre savoir (mais aussi de le diffuser!). J’ai trouvé cela vraiment réducteur de râler contre ses ados qui mettent le bazar rayon manga – bon, pour le vivre, je ne peux pas nier leurs existences mais tout ne se résume pas ça !

Je suis très partagée concernant ce livre car il est magnifiquement bien écrit et dosé, on ne s’ennuie pas une minute et on suit très facilement la pensée de la narratrice, même si on passe souvent du coq à l’âne sans s’en rendre compte. Sur le style, il n’y a rien à dire, c’est vraiment admirable pour un premier roman, mais aussi osé – un monologue quand même ! De plus, j’ai adoré être plongé dans la tête d’une bibliothécaire et d’avoir affaire à un livre se passant dans ce cadre qui m’est cher, ça a vraiment été jubilatoire.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce petit livre, même si parfois la vision des bibliothèques qu’a le personnage principal m’a un peu refroidie. Toutefois, je vous le conseille !

Sophie Divry, La cote 400, publié dans la très bonne maison d’édition Les Allusifs, 11€.

The Versatile Blogger Award

J’ai été taguée, un Versatile Blogger Award auquel je ne m’attendais vraiment mais alors vraiment pas ! Un grand merci à Tasha pour cet honneur, et du même coup pour la découverte de son blog. En plus, ça m’a permis de découvrir pleins d’autres pages de blogo-lecteurs puisque j’ai remonté le fil de ce tag, donc une très bonne chose !

 

Je vais donc vous livrer 7 petites choses sur ma personne comme l’exige la tradition 😀

1) Depuis un an, je suis une fille à chat, et franchement, j’adore ça. Une petite Main Coon a décidé de nous adopter mon compagnon et moi, et cela pour notre plus grand bonheur. En plus, sa ronron-thérapie a éradiqué nos migraines (véridique!)

2) Je fais partie d’un master métiers de l’écriture et de la création littéraire, et c’est juste vraiment génial. J’ai la meilleure classe de l’univers !

3) J’adore voyager même si je le fais quasiment jamais faute de moyen. J’ai une passion pour l’Italie que j’ai déjà pu voir de mes yeux mais j’enrage de ne pas encore être partie au Québec.

4) Comme pas mal de personnes, je caresse le rêve d’écrire de la fiction, mais c’est une chose très difficile, je peine déjà à finir une nouvelle, alors je vous avoue que j’ai du mal à imaginer mettre un point final à un roman.

5) Par contre, j’ai d’autres activités liées à l’écriture : bêta-lecture et correction, écriture d’articles pour ce blog ou pour les Plumes Asthmatiques et rédaction web. Je me dis que « c’est déjà ça ».

6) Je suis une vraie gourmande, avec un net penchant pour les mille-feuilles, les makis et les choses au fromage :p

7) Je suis aussi une grande lectrice de manga, surtout de shôjô bien à l’eau de rose mais avec quand même un peu de sexe dedans (j’ai plus douze ans hein), mais je regrette vraiment de ne pas pouvoir continuer à suivre mes séries préférées faute de sous sous !

Fiou ! C’était pas simple ! Et maintenant, il paraît que je dois déclarer mon amour à quinze dix blogueurs pour qui j’ai un affection particulière, puis les prévenir qu’ils ont été tagués à leur tour. Euh… périlleux exercice quand on sait qu’injustement je suis surtout des blogs sur WordPress. En effet, je peux lire leurs billets avec une facilité déconcertante grâce au lecteur de cette plateforme. Oui, c’est injuste, faudrait que je remédie à ça, mais ma liste de favoris est géante ! Je trouverais bien une solution, promis !

En attendant, j’avoue ma flamme aux blogs suivants : De ma plume à vos oreilles, Many Kind of Books, L’Insatiable, La Petite Biblioggeuse, Les Lectures d’Asphodèle, Des Livres et Sharon, Sur la route de Jostein, Métaphore, Pages après pages, Sur mes brizées.