Kaïken, de Jean-Christophe Grangé

Oui cela fait longtemps, cela fait très longtemps. Et j’ai l’impression de commencer toutes mes chroniques de la même façon depuis des semaines. Il faut dire que quand ce n’est pas la panne de lecture, quand ce n’est pas le travail, c’est le déménagement impromptu qui emploie tout mon temps. Mais pendant les jours qui vont venir, je prends du temps pour moi. Pas vraiment pour lire, pas vraiment pour le blog. Je vais écrire. Comme l’année dernière en effet, je participe à un atelier d’écriture. Pendant une semaine, je ne vis que pour ça, et cette parenthèse fait vraiment du bien. Toutefois, j’en profite quand même pour vous rédiger une chronique qui est déjà bien trop en retard. Il s’agit de la lecture commune de juin : Kaïken de Jean-Christophe Grangé.

9782253179160-001-t

C’est un auteur que je commence à connaître. Disons que, sans m’éblouir, je prends la plupart du temps un plaisir certain à lire ses romans. Aujourd’hui encore, l’intrigue ne m’a pas autant emballée que dans d’autres thrillers, mais j’ai quand même apprécié ma lecture.

Pourtant, j’ai été un peu flouée. Avec ce titre et cette quatrième de couverture, je m’attendais à un thriller au Japon avec toutes les caractéristiques, tous les paradoxes culturels de ce pays. Alors, oui, il y a un peu de Japon dans ce roman, mais pendant une grande partie de l’histoire, nous restons en France, on côtoie des français et notamment de bons policiers et enquêteurs franchouillards. Les personnages sont assez stéréotypés, sauf peut-être l’unique femme-personnage principale qui est japonaise et que l’on suit dans tout le roman.

Passan est son mari. Mais dans leur couple, rien ne va plus : il faut se séparer, mais en essayant de ne pas faire souffrir leurs deux enfants. Au même moment, Passan travaille sur une enquête qui le ronge : un tueur de femmes enceintes. Le jour où sa vie de policier vient menacer sa vie de père, Passan comprend alors que c’est devenu une affaire personnelle.

L’intrigue n’est pas inintéressante, mais je n’ai pas vraiment aimé la façon dont elle évolue. Beaucoup trop de coïncidences qui arrangent l’auteur, je n’ai pas trouvé cette histoire crédible ou réaliste. C’était trop. Trop de fausses pistes qui ont pourtant leur fond de vérité, trop de clichés aussi (un sabre, oulah, quelle innovation). La narration n’est pas assez bien rythmée à mon goût sauf vers la fin où enfin intervient un petit suspens. Il faut dire qu’on ne s’attache pas nécessairement au personnage. Passan est l’image déjà vue et revue du flic trop impliqué dans ses affaires qui ne veut rien lâcher. Naoko, sa femme, est trop insaisissable pour qu’on la comprenne vraiment.

00017_autr_ff_la20femme20au20sabre

J’ai lu ce livre avec un certain détachement. Ça n’a pas été pour moi un page-turner, toutefois je voulais connaître la fin de l’histoire. Car ce n’est pas un mauvais livre. L’intrigue tient debout, l’écriture est fluide et agréable, les personnages sont assez bien construits, les rebondissements sont originaux. Mais parallèlement, c’est très loin d’être un coup de cœur.

L’avis de L’Aléthiomètre et de Carnet de texte.

Jean-Christophe Grangé, Kaïken, aux éditions Le Livre de Poche, 8€30.

Publicités

Thérapie, de Sebastian Fitzek

Cela faisait une éternité que je n’avais pas lu de livres policiers et de thrillers. Le frisson de ces lectures commençait à me manquer, j’ai donc choisi de palier ce problème immédiatement bien évidemment. Mon choix de lecture a été assez facile : je voulais nécessairement prendre un livre de ma PàL et j’ai peu de romans de ce genre dedans. J’ai choisi un livre de Sebastian Fitzek, un auteur que j’avais déjà lu et moyennement apprécié. Il s’agit aujourd’hui du thriller qui l’a fait connaître : Thérapie.

9782253127369-T

J’ai vraiment peur de vous spoiler en vous résumant l’histoire car je ne saurais pas où m’arrêter. Donc pour la première fois – il me semble – dans l’histoire du blog, je vais tout simplement vous donner le résumé de l’éditeur.

Josy, douze ans, la fille du célèbre psychiatre berlinois Viktor Larenz, est atteinte d’une maladie qu’aucun médecin ne parvient à diagnostiquer. Un jour, après que son père l’a accompagnée chez l’un de ses confrères, elle disparaît. Quatre ans ont passé. Larenz est toujours sans nouvelles de sa fille quand une inconnue frappe à sa porte. Anna Spiegel, romancière, prétend souffrir d’une forme rare de schizophrénie : les personnages de ses récits prennent vie sous ses yeux. Or, le dernier roman d’Anna a pour héroïne une fillette qui souffre d’un mal étrange et qui s’évanouit sans laisser de traces… Le psychiatre n’a dès lors plus qu’un seul but, obsessionnel : connaître la suite de son histoire.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’un coup de cœur, mais genre ENORME. Sur 10, je lui donne la note de 9,75. Pourquoi pas le maximum ? Uniquement parce que le tout dernier chapitre, la révélation finale, se déroule dans un cadre tout autre que le reste du livre (difficile de vous en dire beaucoup plus…), et franchement, ça m’a un peu coupée. J’adorais le contexte et l’ambiance de tout le reste, et ça m’a un peu vexée que l’auteur se permette de m’enlever ça. Je suis une lectrice rancunière ! Mais j’ai quand même dévoré ce livre avec avidité.

Car oui, ce livre sait maîtriser le suspens mais ménage très bien la frustration du lecteur. En effet, très régulièrement des révélations nous sont faites, et de nouvelles péripéties viennent semer le doute ou le trouble, on a donc de quoi s’occuper, on a quelque chose de nouveau à se mettre sous la dent presque à chaque page. Cela fait du bien comparé aux thrillers où on ne sait pratiquement rien jusqu’aux dernières pages. Ne vous en faites pas, il y a bien un retournement de situation final (même plusieurs!), vous ne serez pas déçu. La fin est complètement inattendue. Mais tout le reste du roman vaut aussi le coup ! Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, chaque mot est là pour une bonne raison.

avt_sebastian-fitzek_1322

Il y a de quoi enquêter, échafauder des théories, mais en même temps tout est compréhensible, on suit l’intrigue avec facilité. C’est vraiment un thriller excellent : la tension est toujours présente. Vous n’allez pas trembler comme une feuille de peur, c’est certain, toutefois il y a bien quelque chose de dangereux, d’anormal qui grandit dans l’ombre et qui commence à effrayer petit à petit. L’écriture de l’auteur nous embarque complètement. Des chapitres courts, des dialogues réalistes, une narration bien rythmée, un très bonne traduction… Tout est fait pour que vous deveniez accro. Vous verrez, au bout de trente pages, vous aurez BESOIN de continuer, d’arriver au bout de cette histoire.

Alors, un seul conseil : lisez ce livre. Mais ne faites pas comme moi, ne le commencez pas le soir à 22h sous peine de passer une nuit blanche à lire…

Sebastian Fitzek, Thérapie, traduit de l’allemand par Pascal Rozat, aux éditions Le Livre de Poche, 6€60.

La Fureur du Prince, de Thierry Berlanda

Au début de l’année, j’avais lu un thriller étonnant : L’Insigne du Boiteux de Thierry Berlanda. Et pour mon plus grand bonheur, est sorti le deuxième opus de cette trilogie : La Fureur du Prince. Et le charme a encore agi.

Dans le premier livre (qui peut se lire seul sans frustration), on découvre un tueur intelligent, sanglant et psychopathe, fils d’une famille noble arabe : le Prince. Son truc, c’est de tuer et de hacher menu des mères devant leur jeune fils. Ambiance. Heureusement, le commandant Falier, avec l’aide du professeur Bareuil (personnage doué et détestable) et de Jeanne Lumet (une ancienne élève du professeur, restée en très mauvais terme avec lui), a réussi le faire enfermer après toutes les horreurs qu’il a commises. Je résume de façon très partielle, mais c’est seulement pour vous replacer quelques points afin de mieux comprendre le roman qui suit. Car à mon grand regret, ce deuxième livre ne permet pas complètement de prendre la lecture en cours de route. Il y a quelques éléments manquants pour tout comprendre sans avoir lu auparavant L’Insigne du Boiteux. C’est faisable, mais pas l’idéal. Bref, petite déception sur ce point. Un petit rappel dans les premières pages n’auraient pas été de trop, d’autant plus que l’histoire nous plonge directement dans la vie des différents personnages.

[Si vous ne voulez pas vous spoiler du tout le premier opus, il ne vaut mieux pas lire ce qui suit.] Avec un titre pareil, on se doute bien que le Prince est de retour, et qu’il n’est pas content du tout. Après quelques magouilles administratives, il ne va pas en prison comme prévu, mais en hôpital psychiatrique. Un endroit sur-protégé et surveillé conçu exprès pour lui. Mais le prendre pour un malade est peut-être la faiblesse de trop. Cela ne suffit pas à le retenir, et cet homme finit par s’échapper. Mais il est peu probable qu’il y soit arrivé seul : qui l’a aidé ? Dans quel but ? A peine échappé, il commence déjà à tuer, il faut l’arrêter. Pour se dresser sur sa route, Falier reprend du service tant bien que mal, accompagné d’une Jeanne Lumet aussi terrifiée que déterminée et de Bareuil qui a un étrange comportement avec elle.

Dans ce roman, l’intrigue se focalise beaucoup plus sur ces personnages, plus que l’enquête. C’est pourtant bien un thriller, avec une menace imminente qu’ il faut urgemment arrêter, avec des embûches, des personnages récalcitrants, des énigmes. Toutefois, je n’ai pas senti le même malaise d’insécurité que dans le premier livre. Les personnages secondaires, comme la directrice de l’hôpital psychiatrique et le chargé de l’enquête, prennent beaucoup de place, et même si cela suit une logique dans la narration, même si ces passages sont liés à l’enquête, on est moins dans l’action que dans les dialogues, les explications. Toutefois, cela a aussi permis d’en savoir plus sur le Prince, son passé, son enfance, son premier meurtre : voir comment se construit un meurtrier en puissance nous permet de mieux comprendre ce personnage – ce qui manquait un peu à L‘Insigne du Boiteux.

J’ai apprécié cette lecture, plus posée que le premier roman. Je dirais qu’il était passionnant plus que haletant, mais je me suis toutefois régalée, et j’avais vraiment hâte de voir comment cette histoire finirait ! L’écriture de l’auteur est toujours si fluide et claire, la lecture est aisée, les nombreux dialogues rendent ce roman très vivant et les personnages sont très attachants. L’idéal est vraiment de lire L’Insigne du Boiteux ET La Fureur du Prince, car ce que l’un n’a pas pas, l’autre le possède. Ils se complètent parfaitement.

Thierry Berlanda, La Fureur du Prince, La Bourdonnaye, 19€75 (et une magnifique couverture! Des livres toujours aussi soignés dans cette belle maison d’édition!)

L’Insigne du boîteux, de Thierry Berlanda

Au détour de Twitter, un auteur m’a contactée pour me parler de son dernier roman que j’ai accepté de lire immédiatement, la quatrième de couverture m’ayant alléchée. Il s’agit du roman policier L’insigne du boîteux de Thierry Berlanda, aux éditions (avant tout numériques) La Bourdonnaye. Je déteste lire sur écran, donc j’ai pu lire sur papier ; la facture du livre est très bien réalisé et permet un très bon confort de lecture.

Mais revenons à nos moutons. De quoi parle ce roman ? Et bien, d’une série de meurtres, aussi atroces que bizarres. L’assassin se fait appeler le Prince et sa spécialité, c’est tuer des mères de famille sous le regard de leur fils de sept ans, et en ne laissant aucun témoin vivant. Ambiance. Je vous passe les détails mais autant vous dire que les actes de ce personnage met tout le monde d’accord : il faut arrêter ce fou furieux, d’autant plus qu’il récidive.

Le commandant Falier piétine un peu dans cette affaire, quand bien même tous les services de police sont sur le coup. Malgré l’aide du professeur Bareuil, spécialiste en crimes rituels, aucune piste sérieuse n’est trouvée. Mais quand l’assassin laisse sur les lieux de son œuvre d’horreur un indice de taille, tout est remis en jeu. Bareuil fait venir à son ancienne et plus brillante élève pour qu’elle leur vienne en aide. Mais Jeanne Lumet, au-delà de son déplaisir de retrouver son ancien professeur, a de quoi s’inquiéter. Elle est la maman d’un petit garçon de sept ans et se retrouve au cœur d’une affaire meurtrière.

J’ai été vraiment étonnée par ce roman. Je ne suis pas du genre à lire du policier, et sa couverture lumineuse pourrait laisser sous-entendre que c’est assez ésotérique façon Dan Brown, mais en réalité, c’est un livre très noir, avec un personnage central – l’assassin – très torturé. Jeanne Lumet est une femme intelligente et j’aurais apprécié que son personnage soit plus développé. En règle générale, un peu plus de finesse dans les personnages, un peu plus de profondeur psychologique aurait été agréable, mais je chipote un peu ! Vu tout ce qu’il y a à dire rien que pour l’intrigue, des héros bien campés semblent nécessaires.

L’histoire est très bien menée et laisse de la place au suspens, les dialogues sont très agréables et de façon plus globale l’écriture est très fluide. Niveau histoire, j’aurais personnellement beaucoup aimé être un peu plus en présence du Prince, ou traîner dans les bureaux de la police pour mieux en saisir l’ambiance, mais ce roman est déjà en soi une très bonne descente aux enfers dans la folie meurtrière d’un homme.

C’est un très bon roman, même s’il est vrai que ce n’est pas du même acabit que les pontes du genre – je pense forcément à Grangé chez les auteurs français. Un livre un peu plus étoffé, fouillé, qui laisse gamberger le lecteur qui n’en peut plus et veut savoir à tout prix le dénouement de l’histoire est l’oeuvre d’un grand auteur. Mais je ne doute pas une seule seconde que Thierrry Berlanda parviendra à cette excellence car il est sur la bonne voie. Bref, un auteur à suivre et un roman vraiment bien fait.

Thierry Berlanda, L’insigne du boîteux, aux éditions La Bourdonnaye, 15€99 (version papier) et (version numérique).

Corniche Kennedy, de Maylis de Kerangal

« Les petits cons de la corniche. La bande. On ne sait les nommer autrement. Leur corps est incisif, leur âge dilaté entre treize et dix-sept ans, et c’est un seul et même âge, celui de la conquête : on détourne la joue du baiser maternel, on crache dans la soupe, on déserte la maison.
Nul ne sait comment cette plate-forme ingrate, nue, une paume, est devenue leur carrefour, le point magique d’où ils rassemblent et énoncent le monde, ni comment ils l’ont trouvée, élue entre toutes et s’en sont rendus maîtres ; et nul ne sait pourquoi ils y reviennent chaque jour, y dégringolent, haletants, crasseux et assoiffés, l’exubérance de la jeunesse excédant chacun de leurs gestes, y déboulent comme si chassés de partout, refoulés, blessés, la dernière connerie trophée en travers de la gueule ; mais aussi, ça ne veut pas de nous tout ça déclament-ils en tournant sur eux-mêmes, bras tendu main ouverte de sorte qu’ils désignent la grosse ville qui turbine, la cité maritime qui brasse et prolifère, ça ne veut pas de nous, ils forcent la scène, hâbleurs et rigolars, enfin se déshabillent, soudain lents et pudiques, dressent leur camp de base, et alors ils s’arrogent tout l’espace. »

Dans Corniche Kennedy, Maylis de Kerangal nous écrit la vie de ces adolescents sous le soleil de plomb des vacances estivales. Comment perdre son temps en prenant du bon temps au temps de la drague, de la provocation et du je-m’en-foutisme. Sur la Plate comme ils l’appellent, le temps n’a plus d’emprise, ce sont leurs lois, leurs règles, leurs univers qui comptent. Et même quand une autre filel, qui ne fait pas partie de la bande, désire se jeter du haut de la corniche, il y a des choses à respecter pour en avoir le droit. Ils sont sur leur territoire, il faut les apprivoiser pour rentrer sur leur terre et faire partie de leur meute. Les plongeons pour s’amuser, les plongeons pour frissonner, les plongeons pour impressionner, sont leurs privilèges. Mais c’est dangereux. C’est pour ça que non loin d’eux, au-dessus de leur petit coin de paradis, un brigadier veille, jumelles au poing. Prétextant lutter pour leur propre sécurité, pour leur éviter de se briser les cervicales sur le sol marin et les rochers cachés, le commissaire les scrute et les observe : les mouvements de groupes, les alliances, les disputes, les couples, les jeux et les parades amoureuses, les hommes en rute, les filles en bikini, les fausses plaintes, les sourires en coin. Il les connaît par coeur, s’est passionné pour cette micro-société, une surveillance beaucoup plus légère en comparaison du lourd bagage de policier qu’il traîne.

Ce n’est pas qu’une histoire d’une observation de la vie suivant son cours. L’action et les rebondissements sont également beaucoup présents, mais c’est à travers un regard de voyeur, à la limite de spectateur, que nous sont exposés les personnages, les scènes. Le génie de Maylis de Kerangal est de créer de la matière, une tension à partir de si peu de choses : un groupe d’ado à la mer, et un commissaire en surveillance. Cristallisant ces temps morts et ces instants d’observations, elle fige dans le temps ces figures et ces gestes. Des mots simples, sensuels, et bruts lui servent à décrire la poésie, le pathétique ou le drame de la situation. Elle revient avec délicatesse et fragilité sur les péripéties minimes qui peuplent la vie de ces personnages. C’est un livre tiraillé qui ne tient qu’à un fil : celui de la magie de l’écriture.
Car le style de l’auteure est reconnaissable entre mille. Une écriture rythmée, des phrases langoureuses, une ponctuation à la fois discrète et indispensable, elle jongle avec les mots avec brio. Plusieurs fois, j’avais l’impression d’entendre la voix off d’un film, un rendu unique qui mélange des références culturelles légères mais revigorantes à la douceur des descriptions et à l’âpreté de certaines situations. L’histoire en elle-même est bizarrement à la fois originale et banale : un sujet de tous les jours traités d’une façon détournée qui lui donne une allure inquiétante et envoûtante. Laissez-vous bercer par le charme de l’écriture de Maylis de Kerangal, écrivaine unique en son genre, qui vous fera découvrir une autre facette possible de l’écriture.

Miserere, de Jean-Christophe Grangé

Aujourd’hui, je sors de mon parcours habituel de lecture pour vous présenter un trhiller. Jean-Christophe Grangé est un des rares auteurs qui arrive à me happer complètement dans son histoire. Pour son Miserere, j’ai fait nuit blanche et dévorer les pages à la vitesse de l’éclair de ce roman noir.

Ce livre racontre l’histoire de Lionel Kasdan, un policier d’origine arménienne, à la retraite. Un jour, le maître de chorale de son église, Goetz, est assassiné de façon bien étrange : il serait mort de douleur. En effet, ses tympans ont été percés, ses os auriculaires endommagés ; l’arme du crime devait être vraiment très fine et solide, pourtant elle n’a laissé aucun résidus sur l’os. Très vite, plusieurs hypothèses s’offrent à Kasdan qui se penche sur cette enquête malgré sa retraite. Peut-être un crime homophobe ? Car très vite, le policier découvre l’ami de Goetz. Ou un meurtre politique : le chef de choeur est un réfugié politique chilien. Mais les pistes se multiplient, les éléments disparates et étranges s’accumulent. Kasdan s’associe alors à Cédric Volokine, la trentaine, un agent à qui tout réussit, 98 % de taux de résolution pour les affaires qui lui sont confiées. Mais Volo est un peu particulier : il est héroïnomane, c’est dans un centre de désintoxication que Kasdan vient le chercher. Entre eux deux va se tisser une relation pudique et forte. Ils se complètent sur le plan professionnel, le jeune entraînant le retraité sur des pistes moins conventionnelles, et admettant plus facilement les indices incompréhensibles qui s’entassent dans cette enquête. Mais cette affaire prend une tournure de plus en plus étrange entre voix d’anges, rires d’enfants, tortures expérimentales et dérives sectaires… Je ne vous en dis pas plus pour ne pas gâcher votre lecture, mais vous pouvez me croire, le fin de l’histoire est assez ahurissante !

« Les deux enquêteurs l’avaient compris : leur enquête était un cyclone et ils étaient à l’intérieur de l’oeil. Il n’y aurait aucun moyen de s’arrêter jusqu’à son terme. Et surtout pas de rationaliser les données de plus en plus cinglées qui leur tombaient dessus. »

Les deux personnages sont vraiment intéressants. Comme presque tous les policiers de thriller, ils ont leur côté mélancolique et dépressif mais Grangé a su in extremis ne pas tomber dans le piège du déjà-vu. Volokine et son combat pour arrêter l’héroïne est vraiment touchant de sincérité ; il ne se prend pas pour un paria même s’il sait son appartenance indéniable au monde des junkies. Il accepte ce côté-là et essait d’aller au-delà. Quant à Kasdan, son passé reste flou, peut-être un peu tiré par les cheveux voire carrément cliché, on appréciera quand même ce côté gros dur qui essait de ne pas dévoiler ses sentiments que ce soit aux autres ou à lui-même : il y a vraiment des passages pleins de sensibilité concernant cette partie du personnage. Leur relation n’est presque pas explicitée, sauf parfois le sentiment parternel que peut éprouver l’arménien pour Volo ; tout est illustré par des gestes, des comportements qui sont flagrants de vérité.

L’intrigue, elle, est parfaite. Elle nous tient en haleine sans pour autant nous faire péter un cable ! L’écriture est posée, on sent l’écrivain qui maîtrise son art, qui reste assez distant de son texte pour ne pas lui-même se laisser emporter et déborder. Je regrette tout de même les quelques flashbacks liés au passé de Kasdan auquel je n’ai pas vraiment adhérer : ça a par moment véritablement gêné ma lecture. Ma grande déception reste le final : Grangé devait avoir hâte de finir son roman. Certes, c’est de l’action, mais même là, ça reste pauvre et trop pressé. On s’attend à quelque chose de plus palpitant, à la hauteur du reste de l’oeuvre, on s’attend à plus d’explications, un petit épilogue. Là, je reste sur ma faim, une fin que je trouve bâclée ; même si, dans le contenu, l’idée est très bonne, c’est juste l’écriture qui ne va pas. Mais cela ne concerne que les trente dernières pages, le reste de l’ouvrage est vraiment prenant et vous engouffre dans un tourbillon de suspicion, de doute. Vraiment une lecture que je vous conseille si vous voulez changer d’air quelques heures.

Tu ne te souviendras pas de Sebastian Fitzek

On nous promet le remplacant d’Harlan Coben, un nouveau prodige allemand venant de Berlin. Connu grâce à son premier thriller Thérapie, Sebastian Fitzek récidive dans son quatrième ouvrage : Tu ne te souviendras pas. Alors, ce jeune auteur est-il vraiment à la hauteur de sa réputation ? C’est ce que j’ai voulu savoir à l’occasion de la sortie en poche de son dernier opus.

Tu ne te souviendras pas, ça commence par une incompréhension : Simon, 10 ans, cancéreux et pupille de l’Etat, déclare avoir commis un meurtre il y a 15 ans. Tout commence grâce à / à cause de Carina, une infirmière prise d’affection pour le jeune garçon. Voulant lui montrer que la mort ne signifie pas la fin de l’âme, elle lui offre une régression, c’est-à-dire la possibilité d’entrevoir nos vies antérieures grâce à l’hypnose. Sur le moment, rien ne se passe, mais par la suite, Simon voit l’image de sept meurtres qu’il aurait perpétrés avant sa naissance ! Ayant un sens aigu da la justice, il demande à Carina de lui trouver un avocat car il souhaite se constituer prisonnier. C’est ainsi que Robert Stern, célèbre avocat berlinois, se retrouve au beau milieu d’une zone en friche, auprès de son ex-petite-amie, d’un gamin enlevé de l’hôpital. L’histoire pourrait s’arrêter là quand Stern découvre à l’endroit désigné par l’enfant le cadavre, tué à la hâche, comme l’a décrit Simon. Tout est alors remis en cause. Peut-on vivre plusieurs vies ?

Le lendemain, Stern, reçoit un DVD. Sur celui-ci figure l’image de son fils Felix 10 ans plus tôt, bébé à la maternité. Sauf que la caméra filme le moment exact où ce bébé s’arrête de respirer : la mort subite du nourrisson a frappé. Anéanti par ces images, l’avocat se demande bien la signification de ce disque quand soudain apparait à l’écran, un garçon torse nu devant son gâteau d’anniversaire sur lequel trônent 10 bougies et, hasard étrange, celui-ci porte exactement la même tache de vin sur l’épaule qu’avait Félix. Une voix s’élève du téléviseur : « croyez-vous à la réincarnation, Mr Stern ? » Cette dernière lui propose un compromis : elle lui révèlera l’adresse du jeune garçon qui figure sur la vidéo si l’avocat trouve le coupable des meurtres découverts par Simon. Il n’a que quelques heures pour ça et ne doit surtout pas contacter la police.

Un roman qui commence bien : des personnages atypiques et attachants, une voix dans l’ombre qui sait et contrôle tout, la police aux trousses des héros, des cadavres qui s’accumulent et un avocat qui mène l’enquête. L’écriture est très fluide, ça se lit très vite mais ce sont toujours les mêmes thèmes qui reviennent dans les thrillers en ce moment : un brin d’inexplicable, de paranormal allié à des meurtres qui cachent toute la cruauté humaine. C’est parfois un peu mou, un peu trop prévisible, on tourne en rond. J’ai eu l’impression à certains moments que des actions ou des événements n’étaient là que comme excuse pour évoquer les travers et les vices les plus sombres (qui attirent toujours plus de lecteurs comme chacun le sait). Un thriller qui utilise les ficelles les plus communes du genre sans toutefois effusion de sang ou de cruauté extrême. Ce livre reste assez « sobre », enfin autant que peut l’être un thriller. Il fait passer le temps voire même il est un tout petit peu addictif mais je le conseille plus pour les longs voyages en train que comme lecture de suspense à proprement dite.