Avenue des Géants, de Marc Dugain

Je dois connaître en ce moment mon taux de publication le plus bas sur le blog depuis des mois. Il faut dire que je ne sais plus où donner de la tête entre mon travail habituel, les cours de français que je donne, mon rôle d’associé dans une entreprise en train de se créer, les MOOCs que je suis, les fiches de lectures à faire pour le Prix des Cinq Continents et le Prix du Jeune Écrivain… Ce n’est pas que je ne trouve plus de temps pour le blog, mais c’est surtout que je n’ai plus un instant pour lire. Ce qui est très frustrant. Le rythme va donc rester tout doux pendant quelques semaines. Je pense écrire d’autres types d’articles que je repousse depuis longtemps et qui ne sont pas des avis lectures pour que vous puissiez vous mettre quelque chose sous la dent en attendant.

Mais aujourd’hui, ô miracle, j’ai fini de lire un roman ! Que je traîne avec moi depuis des lustres… Il s’agit d’un livre de Marc Dugain que j’avais mis dans ma whishlist après l’avoir croisé sur un blog : Avenue des Géants.

liv-4014-avenue-des-geants

Inspiré de faits réels, on y retrouve le personnage d’Al Kenner, emprisonné de longue date. Il n’a pas l’air si méchant que ça même si on sent une menace silencieuse dans le personnage. Pour mieux le comprendre, on va revenir sur son passé. Une histoire qui commence le jour de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, alors que notre héros de plus de 2 mètres et au QI supérieur à celui d’Einstein, décide de tuer ses grands-parents. Toute sa vie, il combattra ces « mauvaises pensées » pour essayer de mener une vie normale. Placé en hôpital psychiatrique, Al apprend vite et il est très observateur, ce qui lui permet d’être relâché. Il essaie de mener sa vie, entre une mère qui a gâché son existence et une Amérique en plein mouvement hippie. Al aime rouler pendant des heures dans les grands espaces, boit trop et prend des auto-stoppeuses en furetant à l’université. Mais on sait déjà qu’il va retourner en prison ; la question c’est de savoir pourquoi.

J’ai eu un peu de mal au début avec la temporalité de ce livre, je ne comprenais pas bien les allers-retours entre le passé et le présent. Mais au fil des pages, les différents éléments se mettent en place et on comprend alors que l’auteur nous propose de suivre le cheminement de cet homme si atypique. Marc Dugain réussit le pari de rendre ce personnage à la fois attachant et effrayant. On ne se sent jamais à l’aise avec Al Kenner qui est un paradoxe à lui seul : observateur et fin psychologue, il semble très bien se connaître, toutefois il a régulièrement besoin de s’évader sur sa moto ou dans l’alcool pour ne pas se retrouver face à lui-même et à ses pulsions. C’est ce mélange de maîtrise et de perte de contrôle qui le rend si dangereux.

dennis-hopper-photo-la

Globalement, j’ai aimé cette lecture et je voulais suivre les aventures d’Al Kenner jusqu’au bout. Mais certains éléments du livre m’ont moins plu. Je trouve par exemple que les personnages secondaires ne sont pas assez travaillés et manquent de profondeur alors que certains sont récurrents. De plus, il y a certaines longueurs dans ce roman qui est d’intensité inégale. Enfin, de façon très personnelle, ça m’ennuie de lire des choses sur le milieu hippie, ce n’est vraiment pas un sujet qui m’intéresse. Toutefois, ces défauts sont contrebalancés par d’autres éléments : j’ai adoré la relation du héros avec la police (vous comprendrez mieux en lisant!) et j’ai trouvé très intriguant cette vision un peu psychanalytique qu’a le personnage sur lui-même, c’est vraiment original (et flippant, avouons-le!).

Je suis remonté dans mon Ford sans ajouter un mot. J’en avais déjà bien assez dit. J’étais dans un état de nerfs qui aurait pu m’emporter. J’ai démarré doucement. Je sentais quelque chose de puissant monter en moi. Je n’avais pas atteint la rampe qui descend vers la ville que j’ai vu une jeune fille qui levait le pouce, mal assurée, prête à le descendre au moindre doute. Elle portait une jupe courte et semblait le regretter. J’ai gardé ma montre et je me suis arrêté à sa hauteur. J’ai ouvert la porte côté passager et je lui ai dit :

– J’espère que vous n’allez pas loin, je n’ai pas beaucoup de temps, je dois être à l’hôtel de police dans un quart d’heure.

Ces derniers mots l’ont rassurée.

C’est un roman qui se lit assez bien, mais ce n’est pas du tout un page-turner. On sait déjà comment ça va finir, puisque Al est en prison dès le début. Ce qui est vraiment intéressant ici, c’est de suivre le voyage initiatique d’un tueur qui essaie de ne pas l’être.

Bref, ce n’est pas un coup de coeur, mais une agréable lecture tout de même.

Marc Dugain, Avenue des Géants, aux éditions folio, 8€20.

Différente, de Sara Lövestam

 

Il me semble que ça fait bien longtemps que je n’ai pas un peu parlé de littérature nordique. Je vous ai donc choisi un roman en langue suédoise, admirablement traduit en français. Le livre s’intitule Différente, il a été écrit par Sara Lövestam. J’ai lu ce bouquin en regardant en parallèle la première saison de Dexter, sans le faire exprès, j’y ai vu plein de parallèles assez drôles. Toutefois, contrairement à la série télévisée, pas de meurtre dans ces pages.

 différente

Martin réussit à convaincre Paula de passer des échanges virtuelles à une vraie rencontre. Il est très impatient et quand enfin, il la voit, c’est le coup de foudre immédiat. C’est que Martin a des attirances sexuelles assez atypiques : il aime les femme amputées ou aux membres manquants, surtout les jambes, et c’est le cas de Paula. La jeune fille a été abandonnée à la naissance, ce qui ne l’a pas empêché de réussir : elle est linguiste à l’université. Elle n’a jamais vraiment connu l’amour, et elle a toujours refusé de subir son handicap : deux choses qui changent au contact de Martin, un peu trop enthousiaste à son goût.

Mais ce n’en est pas fini pour Paula : rapidement elle rencontre Leo, meilleure amie de Martin et lesbienne revendiquée qui aime bien cumuler les histoires. C’est un peu électrique entre les deux femmes : c’est vrai Leo n’a pas la langue dans sa poche. Mais elles apprendront à se connaître et à vraiment s’apprécier.

Pour Paula, c’est une nouvelle période de sa vie qui s’ouvre, riche en émotions, peut-être trop, trop bouleversante. Et quand en plus des amours, les histoires de familles se croisent et refont surface, ce sont de lourdes révélations qui voient le jour.

Beaucoup de choses déballées dans ce roman à la fois rythmé et grave, drôle et sincère. Peut-être trop de choses, au point que ça en devient parfois surréaliste. Toutefois, Sara Lövestam a réussi à exprimer dans ce tourbillon de sentiments des thèmes universels et touchants, qu’elle traite avec humanité. Toute envie, tout caractère peut s’expliquer par un passé parfois pas facile, même si on l’ignore encore. Dans Différente, on explore des situations inhabituelles, curieuses avec une envie, peut-être malsaine, de voyeurisme, d’en savoir plus sur la vie et l’histoire de ces personnages pas banals.

On ne s’ennuie jamais avec ce livre mas je dois avouer que parfois on s’y perd. L’auteure donne la parole à chacun de ses personnages, souvent de façon rapide : le plus souvent on comprend assez vite de quelle voix il s’agit mais on peut également s’y perdre très facilement, c’est un mode de fonctionnement très dynamique et inhabituelle, surtout pour un lectrice franchouillarde comme moi ! C’est vrai que ça dépayse bien, ça revigore de lire de tels romans mais quand les personnages ne sont pas identifiés ou qu’on n’explique pas ce qu’ils ont à faire là, il est parfois dur de suivre la narration… Et personnellement, j’ai eu beaucoup de mal à intégrer que Leo était bien une fille, malgré un prénom (un diminutif en fait) masculin. Mais heureusement, à la fin, toutes les pièces du puzzle s’assemblent, et notre cœur bat à cent à l’heure, et on est à fleur de peau, et on vibre au même rythme que toutes ces figures si attachantes, et on n’en peut plus, on veut savoir, et c’est exquis. Bref, un livre hors du commun, très agréable bien que bizarre (mais jamais vulgaire), que je vous conseille vivement !

Sara Lövestam, Différente, traduit du suédois par Esther Semage, aux éditions Actes Sud, 22€.