A l’abri du monde, de Peter Rock

Moi, on me dite secte, retrouvailles, disparition, fin du monde, j’achète. Et c’est sur cette base que je me suis lancée dans la lecture d’A l’abri du monde de Peter Rock. Sauf que. Je me suis un peu sentie flouée là.

9782919547371-270x395

Voici l’histoire. Colville et Francine faisaient partie dans les années 1980 d’un mouvement religieux qui prédisait la fin du monde pour 1990. La grande Messagère leur avait demandé de construire des abris sous-terrains et de rassembler des denrées, ce que la communauté faisait avec beaucoup de zèle. Mais la fin du monde n’a pas eu lieu. Colville et Francine alors adolescents se sont écartés de cette secte. A présent, Francine travaille. Elle est mariée et attend un bébé. Mais alors que le quartier est en effervescence pour retrouver une petite fille disparue, elle a la surprise de voir à sa porte Colville, son ami d’enfance.

Alors là, vous pensez : Colville agit bizarrement, est-ce qu’il y a un lien avec l’enfant recherché ? Ou va-t-il semé la zizanie dans le couple ? Cela va-t-il faire resurgir le passé et faire parler de la secte ? Moi aussi j’étais toute émoustillée à la lecture des premières pages. Mais Colville et Francine vont finalement peu se croiser dans ce roman. Le rapport à la secte est très étrange, plus nostalgique qu’inquiétant ou hypnotisant (ce qui aurait pu grandement améliorer cette lecture). Les personnages se comportent de façon très très étrange : et vas-y que je fais des battues dans les bois alors que je suis enceinte jusqu’au yeux, et vas-y que je vole le chien des voisins, et vas-y que je parle à des inconnus dans les bois. Aucune logique dans leurs faits et gestes, où, s’il y en a une, l’auteur ne nous la donne pas. Je suis bien d’accord que le lecteur a sa part du boulot dans tout ça, mais il faut quand même nous donner les clés pour qu’on puisse le mener à bien ce travail du pacte de lecture.

20121213-104329-g

C’est un roman qui repose sur les personnages mais on les connaît à peine, on ne fait qu’effleurer ce qu’ils ressentent, on les suit dans leurs actions sans avoir vraiment le choix. Ils agiraient de façon compréhensible, je ne dis pas, mais ici je cherche toujours le sens de leur raisonnement. Francine ou son mari, Colville et son lien avec la secte : tout cela m’était assez étranger même à la fin de ce livre.

Je suis complètement passée à côté des enjeux de l’histoire. Heureusement qu’il y a un petit retournement de situation à la fin, sinon j’aurais franchement eu l’impression de perdre mon temps. Et pourtant, il y avait du potentiel dans cette intrigue : l’auteur aurait pu faire naître de la tension, une menace avec le comportement bizarre de Colville, personnage insaisissable, ou la disparition de la petite fille. La plongée dans le passé de Francine, enceinte en plus, aurait pu être plus vivante, plus forte en émotion. L’aspect hypnotique ou paranoïaque, qu’on devine parfois, aurait pu être beaucoup mieux amené et exploité.

Mais malheureusement, la seule impression que me laisse ce roman, c’est de l’incompréhension mélangée à de la frustration. Peut-être que d’autres ont pu apprécié ce côté non-dit, mais sincèrement, ça n’a pas été mon cas. A aucun moment, je me suis attachée aux personnages, et pour moi, c’est rédhibitoire.

Peter Rock, A l’abri du monde, traduction de l’américain par Anne-Laure Paulmont et Frédéric H. Collay, aux éditions rue fromentin, 18€

Publicités

Passer le pont, de Pia Petersen

Il me disait aussi que j’avais du caractère et qu’il me fallait apprendre à me taire et obéir. Il faut que tu puisses t’accomplir. Pour ça, il faut savoir obéir, apprendre à dire oui, à te soumettre. Il m’a dit ça et aussi qu’il ne fallait pas obéir à n’importe qui, mais à lui seul et que c’était à moi de le choisir, ça, de lui dire oui et après je saurais dire oui à la vie.

 passer-le-pont-pia-petersen-9782742769513

Kara est une jeune femme d’un naturel peu sûre d’elle, un peu tournée vers la mélancolie mais le jour où tous ses collègues se liguent contre elle et la font virer, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Elle glisse vers une dépression foudroyante. Mais au même moment, elle rencontre un ancien copain de lycée, Ron. Face à son désarroi, celui-ci lui propose de rencontrer un de ses amis, ex-psy reconverti dans l’enseignement, selon lui il fait des merveilles. Elle accepte et fait alors la connaissance de celui qui va bouleverser le cours de son existence. Pour lui « changer la vie », il va lui demander de tout quitter, de se déconstruire, d’oublier sa famille, ses amis, son appartement, de vivre dans le confinement. Et pour que Nathan l’aide, il faut qu’elle l’aime, il faut qu’elle accepte de faire des sacrifices. Maintenant ses nouvelles relations sont Sophie, Katrina, Mira, mais aussi Victor, Léon… Des gens qui n’en ont « rien à foutre d’elle » et qui n’ont d’yeux que pour Nathan. C’est vrai qu’il est mystérieux, inaccessible mais tellement attirant. Il est l’objet de toutes les envies, de tous les désirs, on ferait tout pour un regard, une parole, un geste, même si pour cela il faut se faire descendre plus bas que terre, soi-disant pour qu’on « s’améliore ».

J’emploie le « on », pour dire à quel point ce roman m’a obsédée, enivrée dans cette spirale malsaine de la manipulation. Pia Petersen dans Passer le pont m’a hypnotisée par son écriture, par ses mots qui décrivent avec tellement de sincérité le quotidien de cette femme emportée malgré elle dans un voyage qu’elle voulait salutaire. Par désespoir, elle s’est laissé influencée jusqu’au plus profond de son être par ce personnage si captivant qu’est Nathan. A lui seul, c’est presque une secte, même si après lecture on ne sait pas vraiment si ce terme convient tout à fait.

L’écriture est vraiment proche de Kara, c’est Kara. A première vue, on dirait un langage simple, pourtant ce style si proche de la psychologie du personnage a été très travaillé, il ne dit rien de trop ou de moins. C’est un retournement de sa vie que subit dans ces pages l’héroïne, quelque chose de fort et de puissant, et elle est partagée entre ses principes et les restes de sa volonté qui sont restés ancrés en elle et son envie de tout changer, son accord avec les dires de Nathan. Et toute personne qui a connu un jour la tristesse, la souffrance, le manque de confiance en soi se laisse bercer par les propos et les promesses de cet homme : même moi au cours de la lecture je me disais « Eh, mais c’est pas si bête que ça ce qu’il dit celui-là! » Et c’est là sa puissance : tout ce dont il parle a l’air si juste… Il profite de la faiblesse des gens pour mieux les enfermer dans son piège et ça marche. Mais la jeune femme est forte et résistante, et entre une envie de se retrouver maîtresse d’elle-même et celle de profiter d’une liberté légitime qu’elle voit s’enfuir, son cœur balance.

Kara ne s’est pas faite totalement avoir. Le texte se scinde en deux parties qui s’entremêlent : son enrôlement dans l’univers de Nathan et plus tard quand enfin sortie de cette affaire, elle accepte un rendez-vous avec cet homme. On ne sait pas trop quoi penser de cette histoire une fois le livre refermé, la fin est assez particulière, vous le verrez.

J’ai été retournée par ce livre, il ne traite pas d’un sujet facile. Toutefois, l’écriture est vraiment époustouflante, j’ai tout de suite été emmenée par ce style si particulier. Pia Petersen est une vraie découverte pour moi et ce roman ne serait pas le dernier que je lirais d’elle. Je vous le conseille les yeux fermés !

Pia Petersen, Passer le pont, aux éditions Actes Sud, collection « un endroit où aller », 21€80.