Did I Mention I Miss You ? (tome 3), d’Estelle Maskame

Et voilà, je viens de finir la saga d’Estelle Maskame autour du couple Eden/Tyler, demi-frère et demi-sœur par alliance (pas de chance pour eux), avec le dernier tome : Did I Mention I Miss You? Attention, je vais spoiler les deux premiers tomes (un petit peu) dans cet article donc vous êtes prévenus. Ceci dit, ça reste une romance young-adult assez basique, pas de grosses surprises à l’horizon non plus.

416ptwhvrwl._sx309_bo1204203200_

Eden et Tyler dans le tome précédent avaient fini par se mettre en couple et par l’avouer à leurs familles. L’accueil du côté du père d’Eden – qui est donc le mari de la mère de Tyler, vous suivez ? – n’a pas été des plus chaleureux… Leur relation choque et dégoûte pas mal de monde. Ça fait trop pour Tyler, il a déjà son passé à se traîner : il décide donc de partir. Il laisse seul Eden à Santa Monica. On la retrouve un an plus tard, pleine d’amertume et de colère envers Tyler qui l’a tout simplement abandonnée. Mais ce dernier revient dans la vie de tous. Ella, sa mère, qui voit sa famille partir en lambeaux, décident d’emmener tout le monde en week-end à Sacramento.

Tout ce passe comme vous l’imaginez entre Eden et Tyler, honnêtement rien de neuf pour une romance. Il y a toujours cette avalanche de bons sentiments, et Tyler qui a changé, qui est devenu quelqu’un d’incroyable et bla et bla.

Heureusement, je suis très attachée à ses personnages, j’ai donc pris du plaisir à les suivre jusqu’au bout. Ce qui est intéressant dans cette saga, c’est la place de la famille dans l’histoire et les relations des personnages principaux avec la leur. Il faut dire qu’il y a de quoi faire, entre les relations aimantes, les relations inexistantes, les relations belliqueuses… Ce point de vue est très intéressant et j’ai apprécié retrouver autant de profondeur dans ce genre de lecture que j’ai choisi uniquement car elle est divertissante.

C’est un roman qui se lit vite et comme les autres tomes, on ne s’ennuie pas, tout s’enchaîne très vite. Mais à l’inverse des deux opus précédents où chaque intrigue se fixait dans une ville, ici on passe beaucoup de temps en voiture et en hôtel, entre Sacramento, Santa Monica et Portland. L’histoire est éclatée, faisant ressurgir des vestiges des autres tomes. J’ai l’impression que l’auteure s’est un peu laissée envahir par son histoire. Les lieux de l’intrigue sont trop éparpillés, il aurait fallu à mes yeux qu’on se focalise vraiment plus sur la ville de Portland que j’ai appris à aimer comme Eden et Tyler. Ce tome dégouline un peu trop de bons sentiments, mais il y a un beau travail sur le thème des tensions familiales et du pardon. On peut vraiment dire que la qualité est inégale sur tous les plans !

Je suis très heureuse cependant d’avoir fini cette saga que j’ai vraiment apprécié de bout en bout malgré ses imperfections et son manque de maturité. Je vous la conseille si vous recherchez une romance ado qui vous transportera aux États-Unis.

Estelle Maskame, Did I Mention I Miss You ?, traduit de l’anglais par Maud Ortalda, aux éditions Pocket Jeunesse, 16€90.

Publicités

Les Outrepasseurs (T. 3) : Le Libérateur, de Cindy Van Wilder

Voilà. C’est officiel. J’ai fini la saga des Outrepasseurs de Cindy Van Wilder (enfin… « fini », c’est vite dit, disons qu’il y a un quatrième tome illégitime qui m’attend dans ma PAL) avec le tome 3 intitulé Le Libérateur. Quelle aventure mes amis !

815j5grsnjl

Dans le premier tome, nous avons découvert, en même temps que notre jeune héros Peter, les origines des Outrepasseurs, cette société secrète, dont chaque « famille » a un animal totem et qui protège l’humanité des fés. C’était sans compter sur un retournement de situation dans le deuxième tome : branle-bas de combat pour les Outrepasseurs qui se doivent de protéger la magie du monde contre une terrible menace. Mais Peter, lui, commence à se poser des questions : est-il à la bonne place ici ? A-t-il raison de faire ça ? Dans ce troisième tome, il y a une vraie fracture (entre qui et qui, à vous de le découvrir). Des clans se forment alors qu’un terrifiant hiver engloutit peu à peu l’Angleterre. La clé se cache peut-être dans le passé, dans les anciennes reliques, dans les vieux souterrains abandonnés…

J’ai mis un peu de temps à retomber sur mes pieds… En même temps, si j’arrêtais de distancer autant mes lectures, ça irait sûrement mieux. Mais pas seulement. En effet, encore une fois, un des plus gros reproches (autant dire que c’est une broutille!) que j’ai à faire à ce tome est cette myriade de personnages. Ou de personnalités. Car très sincèrement on se perd parmi les personnages secondaires – alors, imaginez-moi, essayant en plus de retrouver ce qu’ils avaient pu faire ou devenir dans le tome précédent ! Heureusement, les personnages principaux sont très attachants.

6925423f02ec3d56b40be32523de556c-london-england-winter-winter-in-londonIl y a dans ce roman plusieurs intrigues plus ou moins d’égale importance qui s’entrecroisent et se mêlent, le rythme et la tension montant crescendo au fil des pages. Certains fils rouges m’ont moins subjuguée que d’autres mais je pense que cela est après tout très personnel. La force de Cindy Van Wilder est d’avoir réussi à tenir pendant ces trois tomes une histoire très dense aux multiples ramifications, avec sans cesses des connexions au passé qui enrichissent encore plus les intrigues au temps de Peter. Faire que tout se cale parfaitement pour arriver à une fin qui fonctionne bien, qui ne laisse aucune question sans réponse… chapeau !

En plus de l’écriture vive et immersive de l’auteure, cette narration va vous laisser pantois. Je suis vraiment admirative de cet univers complet, novateur, qui se glisse parfaitement dans le monde que nous connaissons et qui nous emmène en même temps sur des chemins magiques très dépaysants. Avoir une imagination débordante et la rigueur/le talent d’écriture pour la rendre au mieux, c’est assez rare.

Je suis très heureuse d’avoir découvert cette saga, écrite par une auteure absolument fantastique et disponible pour ses lecteurs. En plus de l’histoire qui est incroyable et passionnante, l’édition est très soignée. Bref, un vrai bonheur de lecture !

Cindy Van Wilder, Les Outrepasseurs (T. 3) : Le Libérateur, aux éditions Gulf Stream, 18€.

Le Secret de l’Epouvanteur (T. 3), de Joseph Delaney

Dans le tome 2, plusieurs indices étaient dissimulés dans les pages et ils laissaient envisager de nouvelles révélations pour la suite de la saga. Je parle bien sûr de la série fantastique pour la jeunesse écrite par Joseph Delaney, et ici plus précisément du tome 3 : Le Secret de l’Epouvanteur. Je vais essayer de ne pas trop en dire dans cet article, pour permettre à ceux qui le souhaitent de commencer cette saga sans aucun gros spoil.

9782747017237

Encore une fois, nous retrouvons Tom, l’apprenti de Gregory, un Epouvanteur. Le travail de ce dernier est de tenir éloignées les forces obscures du Comté et d’aider les habitants quand une sorcière ou un gobelin fait des siennes. Une vie de solitude et de dur labeur, mais surtout une vie dangereuse. Cela fait plusieurs mois que Tom est au service de l’Epouvanteur. L’hiver arrivant, ils quittent leur confortable maison de Chippenden pour rejoindre celle pour le moins désagréable d’Anglezarke. Screen_Shot_2015-10-23_at_14.47.36Cachée dans une faille, dans un coin glacial et triste du Comté, cette demeure n’est pas accueillante et ses immenses caves abritent des créatures peu attirantes. Tom n’a pas du tout envie de changer de lieu d’habitation mais il doit suivre son maître. Il ne s’imaginait tout de même pas à quel point son hiver allait être maussade et dangereux. Un ex-apprenti qui pratique la nécromancie et a des rêves fous de grandeur démoniaque d’un côté, une sorcière redoutable qu’il est obligé de côtoyer de l’autre, Tom doit se méfier.

Je vais m’arrêter là, pour ne pas trop en dévoiler, et j’occulte de cette façon de très nombreuses sous-intrigues qui se mêlent à la narration principale. Encore une fois, j’ai beaucoup apprécié ce tome de la saga. Je l’ai trouvé plus directement lié au précédent (ce que j’attendais) et on sent une réelle évolution dans les personnages. Les relations entre eux se modifient, on remarque que plusieurs mois de cohabitation les ont rendus plus proches (si on peut dire). Dans ce tome, on rentre plus intimement en contact avec ces protagonistes, on découvre leurs failles et certains de leurs secrets.

Ce tome 3 m’a paru beaucoup plus sombre. Le précédent mettait en scène quelque chose de maléfique et dangereux, mais ici c’est autre chose : les péripéties touchent directement à la vie personnelle des héros. L’amour, la famille, les relations passées, le regret, la passion, le désespoir : les émotions sont plus vives, plus fortes qu’une simple peur de mourir comme on pouvait le voir dans les volets précédents. C’est un roman fort, puisqu’à ce stade de la saga, on commence vraiment à connaître les personnages, leur manière d’agir, leur façon de penser, on connaît une partie de leur vie, des mystères qui les entourent, et on s’y est vraiment attaché. Les voir dans une telle position de détresse, de faiblesse affecte le lecteur assurément. En bref, c’est un roman plus profond.

19536294_20130715113330557

L’univers de la saga continue de se développer à dose homéopathique, juste ce qu’il nous faut pour tout comprendre, pour saisir les enjeux, les dangers de l’intrigue. L’intrigue, parlons-en. Il n’y en a pas qu’une seule, disons qu’il y a un élément central et qu’autour de celui-ci, d’autres péripéties toutes aussi importantes gravitent. Certains ressorts narratifs qui vont courir sur toute la saga (j’imagine) sont sérieusement mis en place, ne déclenchant qu’une chose : l’envie irrépressible de lire la suite.

En résumé, j’ai moins frissonné dans ce tome mais j’ai été happée par le destin des personnages, j’ai pleuré avec eux, j’ai eu peur à leurs côtés. Un roman plus grave que les précédents, mais idéal pour un tome 3, et toujours servi par une écriture fluide et agréable.

Joseph Delaney, Le Secret de l’Epouvanteur, traduit de l’anglais par Marie-Hélène Delval, Bayard Jeunesse, 11€90.