Japon, miscellanées, de Chantal Deltenre et Maximilien Dauber

Vous le savez déjà si vous traînez sur mon blog de temps en temps : j’aime beaucoup le Japon. Et je suis toujours curieuse d’en savoir plus sur ce pays. Par hasard, j’ai trouvé un livre très intéressant sur le sujet : Japon, miscellanées de Chantal Deltenre et Maximilien Dauber.

Les miscellanées, c’est pratiquement un genre littéraire en soi : il s’agit d’un mélange, d’un recueil de textes divers. Ici donc, on parle du Japon. De très nombreux aspects sont abordés : l’histoire, les légendes, les arts, les habitudes et les coutumes, quelques expressions et mots de japonais, des rituels, des informations sur les religions dominantes, les fêtes, les valeurs importantes, les règles de politesse, des données géographiques, etc. Vous saurez tout sur le nô, les quartiers de Tokyo, les différentes ères japonaises, la fête des poupées, les fantômes nippons…

098656d91cee2f365bcdc95c5ae85bd2C’est un livre assez épais, mais il ne faut surtout pas que cela vous effraie. J’ai mis beaucoup de temps à le lire, et j’ai fait le choix de le découvrir de la première à la dernière page, dans l’ordre. Mais ces miscellanées n’ont pas d’ordre précis, au contraire ! On dirait que tout est fait pour que deux sujets s’enchaînent le plus aléatoirement possible. Et c’est très agréable. Ce livre se prête tout à fait au picorage, au grignotage. Un peu de page 46 au petit-déjeuner, puis quelques autres chapitres en fin de journée avant de s’enquiller les dix dernières pages avant de s’endormir, comme ça, au hasard. Si un sujet vous ennuie, vous n’avez qu’à passer au suivant, sans regret. Il est vrai que certains thèmes reviennent très souvent, par exemple le théâtre traditionnel ou les religions ; personnellement, ça m’a lassée au bout d’un moment. J’aurais aimé en savoir plus sur nos différences culturelles actuelles ou sur le monde du travail, le respect des aînés par exemple. Heureusement, j’ai adoré tout le reste et j’ai appris énormément de choses. Qu’est-ce qu’un shogun ? Comment sont célébrer les mariages ? Qu’en est-il vraiment des yakuzas ?

957c00e5e3f798ed92911cdd7791009fVous allez découvrir tellement de choses intéressantes, ça ne fait aucun doute ! Les auteurs ont eu l’excellente idée d’émailler ce livre avec des extraits d’œuvres littéraires fondatrices du Japon, dont – bien sûr – les fameux haïkus. L’édition est soignée, et je n’ai rien eu à redire quant à l’écriture. Ce livre m’a tellement fait rêver que j’ai enchaîné avec quelques films du studios Ghibli pour faire durer cette lecture. Sans hésitation, je vous conseille donc ce livre atypique, agréable.

Chantal Deltenre et Maximilien Dauber, Japon, miscellanées, aux éditions Nevigata, republié chez Pocket, 6€95.

Publicités

Congo Inc. d’In Koli Jean Bofane

Reprise du travail ne rime pas avec rythme de publication raisonnable. Je suis plongée dans l’œuvre de Victor Hugo ces derniers temps, je risque donc de beaucoup vous abreuver de chroniques sur ses œuvres (ici, je parlerai surtout de ses romans). Toutefois, je suis parvenue à terminer un livre qui n’a absolument rien à voir avec cet auteur français.

En effet, il s’agit d’un roman qui constitue une plongée très surprenante au Congo-Kinshasa (en opposition au Congo-Brazzaville, qu’un seul fleuve sépare). Il s’intitule Congo Inc. Le testament de Bismarck, d’In Koli Jean Bofane. En exergue, on peut lire une phrase du chancelier Bismarck : « Le nouvel état du Congo [on est en février 1885] est destiné à être un des plus importants exécutants de l’œuvre que nous entendons accomplir. »

Côté histoire, il serait mensonger de la résumer à Isookanga, un Ekonda (ou Pygmée) qui quitte le village ancestrale dans la forêt pour rejoindre la technologie et surtout la mondialisation dont il rêve jour et nuit depuis sa découverte d’internet. Il est maître dans un jeu vidéo en ligne de guerre et d’exploitation des ressources et ne demande qu’à faire partie de l’évolution de son pays vers la modernité et le capitalisme. Il se rend donc à Kinshasa où il rencontre le Chinois Zhang Xia, mais aussi une journaliste venue d’Europe séduite par son charme, les enfants des rues, un ancien seigneur de guerre devenu gestionnaire de parc naturel, et j’en passe. Isookanga veut vendre de l’eau pure suisse, traduire des données sur les minerais du Congo, aider ses amis vagabonds… On entre dans la vie d’une dizaine de personnages : pensées, émotions, passé, projets. Certains provoquent la compassion, d’autres le dégoût. Isookanga est celui qui nous met en contact avec toutes ces individualités, il est le moteur de cette histoire.

Ce qui est le plus surprenant dans ce roman, au-delà du dépaysement total, c’est la langue et le ton de l’auteur. Ça m’a vraiment surprise, décontenancée. Il faut s’y faire à ces mots qui nous viennent tout droits d’Afrique et qui emportent avec eux des espoirs, des illusions, de la cruauté pure, des bonheurs simples, des réactions viscérales, des images de pauvreté de bien mais de richesse de cœur. Il m’est impossible de me positionner vis-à-vis de ce livre. J’ignore si je l’ai aimé ou pas, mais c’est une opinion (enfin, une absence d’opinion donc…) qui m’est personnelle. Je crois que je n’étais pas prête à ce qu’on mette devant mes yeux de lectrice certaines de ces situations propres à ce coin du monde. Aveuglement d’européenne peut-être, c’est un autre débat. L’auteur nous rapporte des scènes violentes sur fond de génocide et cela m’a un peu perturbée. Mais on ne peut pas résumer Congo Inc. a cela, loin de là ! Ce n’est pas un livre heureux, ce n’est pas livre triste, ce n’est pas un livre sur l’espoir ou sur la dureté de la vie. C’est tout ça et rien de tout ça à la fois. Ce livre, c’est avant tout une ambiance, un personnage très particulier un peu naïf et déterminé à la fois pour qui on ressent de la curiosité.

Je dois vous avouer que j’ai beaucoup de mal à aller plus loin. Vous parler de l’écriture, du ton donné… Ce n’est vraiment pas évident car plutôt indescriptible. Ce roman n’est pas qu’une simple lecture, c’est une expérience. Et pour moi, ça n’a rien à voir avec mes lectures habituelles. Et je ne parle pas seulement du cadre – Kinshasa – mais aussi du reste : narration, façon de tisser l’intrigue, multiplicité des personnages et façon de les traiter, retours en arrière, dialogues en plusieurs langues, petits détails dans de grandes descriptions, le vocabulaire de la mondialisation globale… Je me rappellerai de ce livre, c’est certain. Je ne peux pas dire qu’il s’agit d’un coup de cœur, mais plutôt d’une découverte intrigante, que je vous invite à découvrir à votre tour.

« L’algorithme Congo Inc. avait été imaginé au moment de dépecer l’Afrique, entre novembre 1884 et février 1885 à Berlin. Sous le métayage de Léopold II, on l’avait rapidement développé afin de fournir au monde entier le caoutchouc de l’Equateur, sans quoi l’ère industrielle n’aurait pas pris son essor comme il le fallait à ce moment-là. Ensuite sa contribution à l’effort de la Première Guerre mondiale avait été primordiale, même si celle-ci aurait pu – la plupart du temps – se mener à cheval, sans le Congo, et si les choses avaient changé depuis que les Allemands avaient élaboré le caoutchouc synthétique dès 1914. L’engagement de Congo Inc. dans le second conflit mondial fut décisif. Pour y apposer un point final, le concept mis à la disposition des Etats-Unis d’Amérique l’uranium de Shinkolobwe qui vitrifia une fois pour toutes Hiroshima et Nagasaki, instituant, du même coup et pour l’éternité, la théorie de la dissuasion nucléaire. Il contribua généreusement à la dévastation du Vietnam en permettant aux hélicoptères Bell H1-Huey, les flancs béants, de cracher du haut des airs des millions de gerbes du cuivre de Likasi et Kolwezi à travers les villes et les campagnes, de Da Nang à Hanoï, en passant par Hué, Vinh, Lao Kay, Lang So et le port de Haïpong. Durant la guerre dite froide, l’algorithme demeura brûlant. Le combustible garant de son bon fonctionnement pouvait aussi être constitué d’hommes. Les guerriers Ngwaka, Mbunza, Luba, Basakata ou Lokele de Mobutu Sese Seko, tels des fers de lance sur les champs de batailles d’Afrique, allèrent répandre leur sang, du Biafra à Aouzou en passant par la Front Line – face à l’Angola et Cuba –, par le Rwanda du côté de Byumba, en 1990. Les consommables humains pouvaient également prendre part à de basses besognes et à des coups d’Etats. Fidèle du testament de Bismarck, Congo Inc. fut plus récemment désigné comme le pourvoyeur attitré de la mondialisation, charger de livrer les minerais stratégiques pour la conquête de l’espace, la fabrication d’armements sophistiqués, l’industrie pétrolière, la production de matériel de télécommunication high-tech. »

In Koli Jean Bofane, Congo Inc. Le testament de Bismarck, aux éditions Actes Sud, 22€.