Dictionnaire insolite de Venise, de Lucien d’Azay

editions-cosmopole-guide-dictionnaire-insolite-venise-couvertureEt si on voyageait un peu ? Ceux qui me connaissent le savent : ma destination favorite, c’est l’Italie. Et j’ai eu la chance de pouvoir y aller plusieurs fois. Dernière escapade en date : Venise avec une amie. Nous avons toutes deux été subjuguées par la Sérénissime qui nous en a mis plein les yeux ! Pour continuer un peu le voyage, plusieurs mois après, cette amie en question m’a gentiment donné le Dictionnaire insolite de Venise de Lucien d’Azay qu’elle avait elle-même beaucoup aimé. Petit plongeon dans l’ouvrage en question…

Saviez-vous qu’à Venise les avis de décès étaient affichés en pleine rue ? Ou que le fameux café Florian était le plus vieux de l’Italie ? Et qu’il y avait un ancien ghetto juif dans le cité ? Plus que des données historiques ou culturelles, cet petit livre vous permettra également de comprendre la Venise d’hier, celle des marchés maritimes et des palazzi, mais aussi celle d’aujourd’hui, dont la lagune est en danger, celle des Vénitiens à l’accent inimitable. Je pense que ce dictionnaire est un bon préambule pour un voyage dans la Sérénissime car il donne des conseils, des adresses même ! Comment prononcer tel mot, quels sont les plats incontournables, etc. Évidemment, ça ne remplacera jamais un vrai guide touristique mais cela ouvre l’esprit, invite à la rêverie. Dans mon cas, j’ai eu beaucoup de bonheur à revenir dans les petites ruelles vénitiennes, à revoir les campi (les places), les ponts… Je regrette presque d’avoir raté certaines choses que j’ai apprise dans ce livre, notamment les noms de quelques écrivains célèbres qui ont séjourné dans la ville.

8277

L’édition est soignée et très agréable. Le style est parfois abrupte, froid et prend de la distance avec le lecteur. Certaines entrées du dictionnaire m’ont franchement ennuyée également mais je ne suis pas très étonnée pour cela. Mais malgré ses défauts, je conseillerai cet ouvrage à quiconque est intéressé par Venise : on sent que l’auteur est un connaisseur voire même un amoureux de la ville et on se laisse prendre au jeu de le suivre partout. C’est un appel au voyage dans une des plus belles cités du monde, vrai foisonnement culturel, à l’héritage historique immense.

Croyez-moi, Venise est différente de tout ce qu’on peut voir ailleurs, et je vous invite vraiment à vivre cette expérience par vous-même. A défaut, ce Dictionnaire insolite fera très bien l’affaire comme palliatif ! Vous connaîtrez tout sur le club des longues moustaches, les gondoles, les casini, le concert des Pink Floyd et j’en passe ! Alors n’hésitez pas.

Lucien d’Azay, Dictionnaire insolite de Venise, aux éditions Cosmopole, 11€

Publicités

Z, le roman de Zelda, de Therese Anne Fowler

Je reviens vers vous après pas mal de temps. Les vacances sont passées par là, et notamment une jolie semaine à Venise de laquelle je suis revenue avec plein de couleurs dans les yeux et les pieds en compote (je ne peux plus voir un escalier en peinture à présent…). Durant mon séjour italien, j’ai emmené quelques lectures, au grand étonnement de ma copine de séjour qui s’étonnait à n’en plus finir de mon rythme de lecture (quand moi j’enviais son rythme d’écriture proprement ahurissant). J’ai notamment fini la lecture d’un roman qui me regardait avec des yeux doux depuis ma bibliothèque : Z, le roman de Zelda de Therese Anne Fowler.

Je ne fais pas vraiment les choses dans l’ordre. En effet, le couple de F. Scott Fitzgerald m’a toujours un peu fasciné, et c’est pourquoi sur ma pile à lire trônent Gatsby le Magnifique du mari et Accordez-moi cette valse de l’épouse, plus un ou deux autres romans des « années folles » et une biographie. Mais au lieu d’être logique, j’ai préféré plonger dans un roman de fiction retraçant la vie de la célèbre femme de Francis Scott Fitzgerald directement. Une bien belle découverte !

Dans l’Alabama de 1918, la jeune et fougueuse Zelda rencontre un soldat en garnison qui rêve de gloire littéraire et d’épanouissement dans l’écriture mais aussi d’argent facile, de vie de fêtes. Elle, exubérante, veut sortir de ce Sud conservateur, sclérosé. Ils vont se marier et il va devenir célèbre. Il s’agit de Francis Scott Fitzgerald. Les premières années ne sont qu’une succession de fêtes mais lentement et inexorablement, les bonheurs éphémères des soirées mondaines laissent place à la souffrance, aux non-dits, aux désillusions quand bien même l’amour et la romance veulent rester. A Paris, à travers les États-Unis ou près de la Méditerranée, le couple Fitzgerald oscille entre tragédie et passion sincère. Happé par la folie des années de l’entre-deux guerres et la nécessité d’écrire, pas si facile de garder la tête hors de l’eau.

Therese Anne Fowler n’a pas essayé d’en faire trop, et ça fait du bien. Elle a trouvé le juste équilibre entre ces vies uniques et bouleversantes et le ton du roman. L’angle de vue par Zelda et non Scott est rafraîchissant, très judicieux. On s’intéresse rapidement à cette femme magnifique, avec ses rêves, ses espoirs qui se frottent au monde du réel avec plus ou moins de succès. J’ai adoré ce personnage « entier », franc et je trouve que l’auteure a su capter ce qu’il y avait de plus beau en Zelda (même si c’est fictionnel). Elle ne prend pas partie dans le grand débat « est-ce que Zelda qui a conduit Scott à sa perte ou l’inverse ? » Car en effet, leurs vies sont sublimes et tragiques. On a peine à croire qu’elles ont réellement existé ailleurs que dans des livres et des films. La description des lieux, des décors, de l’ambiance est très bien réalisée : on s’y croit, on est dans ce monde qui a existé des décennies avant nous, on le touche du doigt.

Ce roman est captivant, de par son thème, ses personnages emblématiques mais aussi pour le rythme de la narration et le ton employé. Résumer deux vies en quelques centaines de pages n’est pas exercice facile, mais Therese Anne Fowler s’en sort avec brio : les moments racontés sont très bien choisis, agencés, la construction donnent de l’allant à ce texte et on tourne les pages sans s’en rendre compte, trop pris dans notre découverte de ces destins hors du commun.

Ce livre est à la fois divertissant et intelligent. J’ai vraiment été touché par les personnages, même si le traitement d’Hemingway n’est pas celui que j’attendais. J’ai adoré côtoyé Cocteau, Pound et autres stars de l’époque, j’ai adoré voyager dans ces manoirs, ces demeures, ces maisons coloniales, et j’ai été émue de voir la vie intime de ces deux êtres qui s’aimaient d’un amour un peu fou.

Une vraie réussite, une fiction rondement menée, je vous la conseille !

Therese Anne Fowler, Z, le roman de Zelda, traduction de l’anglais par Laure Joanin, aux éditions Pocket (15656), 8€40.