Le monde de Sophie, de Jostein Gaarder

Retour sur une lecture qui m’a demandé un peu de temps – il faut dire que c’est un sacré pavé, dont la thématique demande de l’investissement. J’ai adoré cette découverte qu’apparemment tout le monde connaît déjà, en tout cas dans mon entourage, alors que personnellement j’en ignorais l’existence. Il s’agit du roman de Jostein Gaarder, Le Monde de Sophie.

1855915491_small_1

Sophie est une jeune fille qui va faire une drôle de découverte : on lui fait passer des mots, des lettres, et dans ceux-ci elle découvre des cours de philosophie, faits pour elle. Elle se prend au jeu et dévore tout, découvrant les épicuriens, Platon, Démocrite… Elle continuera son apprentissage aux côtés de son bizarre professeur de philosophie, voyageant à travers les époques. Mais au fil des pages, il se passe des événements étranges, la reliant à une autre jeune fille qui s’appelle Hilde. Ce qui plonge tout le monde, lecteur compris, dans la perplexité.

J’ai d’ailleurs été très désarçonnée sur ce point, d’autant plus qu’à la base je voulais m’attacher plus à Sophie. Mais l’auteur n’a pas souhaité nous faire mieux connaître cette jeune fille, et voilà qu’arrive une deuxième ! Heureusement, tout s’explique dans un beau retournement de situation que je n’avais pas vu venir, une bien belle mise en abyme très intelligente. Chapeau monsieur l’écrivain !

L’intrigue, l’histoire devient très intéressante à partir de la deuxième moitié mais tout le livre vous semblera agréable si vous appréciez la philosophie. Personnellement, j’avais l’envie de me replonger dans cette matière et de retrouver mes anciens cours. J’ai été déçue par cette vision très occidentale et européenne. De plus de très nombreux thèmes de philosophie – l’art, le langage, la religion par exemple – sont survolés voire pas traités du tout. Ce sont mes thèmes préférés donc… tant pis pour moi. Mais je comprends qu’on ne peut pas tout voir, après tout ce n’est qu’un roman, pas un cours magistral ! De plus, l’auteur a fait le choix de traiter des questions existentielles plutôt, ce qui prend tout son sens vue l’histoire du livre et nous permet ainsi de faire un large tour du propriétaire. La philosophie est vue chronologiquement : j’ai apprécié de découvrir les retentissements du philosophe précédent sur le suivant, etc. De plus, le narrateur remet bien les choses dans leur contexte, on ne perd pas le fil, même si certaines pages sont plus compliquées que d’autres.

5873809dc461883a3d8b4648

Un roman à lire, oui, sans aucun doute. Mais n’hésitez à le faire quand vous en aurez vraiment l’envie et à prendre votre temps. La démarche de l’auteur est vraiment sympathique et il la réalise d’une bien belle façon. On devrait mettre ce roman au programme du lycée, assurément !

Jostein Gaarder, Le Monde de Sophie, traduit et adapté  du norvégien par Hélène Hervieu et Martine Laffon, aux éditions Point, 10€.

Une réflexion au sujet de « Le monde de Sophie, de Jostein Gaarder »

  1. C’était un grand classique des cours de philo mais étonnement j’y ai échappé et je n’ai depuis jamais pensé à m’y plonger. Pourquoi pas, par petites touches.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s