Le Manoir de Tyneford, de Natasha Solomons

Dans une malle de livres à donner, j’ai trouvé par hasard un exemplaire un peu chiffonné du roman de Natasha Solomons, Le Manoir de Tyneford. Cela faisait un petit bout de temps que j’avais envie de découvrir. Mais je ne m’attendais pas à ce que ce roman me plaise autant.

CVT_Le-Manoir-de-Tyneford_6918

Elise fait partie d’une riche famille juive à Vienne. Mais la Seconde Guerre mondiale approche et pour mettre sa vie à l’abri, elle est séparée de sa sœur partie aux Etats-Unis et de ses parents restés à Vienne. Elle est envoyée en tant que bonne dans un manoir anglais, perdu sur la côte. Elle qui était habituée à être servie, à présent les rôles sont inversés. Morte d’inquiétude pour sa famille et abattue par la solitude, elle apprend petit à petit ce métier : nettoyer sans cesse, être présentable et respecter l’étiquette, s’affairer sans cesse. Elle découvre la mer, la langue anglaise et fait connaissance avec les propriétaires des lieux : Mr Rivers, et surtout son fils, Kit. Au fil des mois, Elise va en apprendre plus sur elle, elle va tomber amoureuse aussi. Mais la guerre se rapproche, à grands pas…

74980361_pC’est un long roman, qui prend le temps de développer l’histoire sur un bon bout de temps. J’ai parfois été perdue par les ellipses pas très bien exposées et expliquées en deuxième moitié mais j’ai par contre adoré suivre ces personnages jusqu’au bout. L’épilogue est de trop à mon goût, trop larmoyant : si vous pouvez, ne le lisez pas, il ne sert à rien à l’histoire. Elise est une héroïne forte, attachante, avec ses faiblesses et son grain de folie. Les personnages secondaires sont bien construits et attrayants également, mais j’aurais aimé plus de profondeur encore. Ce livre regorge de bons sentiments, sûrement un peu trop… heureusement, l’intrigue qui avance à grands pas nous aide à passer outre et j’ai beaucoup aimé les péripéties inventées par l’auteur.

Il y a parfois quelques longueurs, mais aussi de très beaux passages. On suit le temps qui passe à travers l’évocation de la faune et de la flore, les descriptions du décor sont également très réussies. Ce livre fait parfois preuve d’humour, il y a également beaucoup d’émotions et un peu d’action, tout ça sur un fond historique qui rattrape nos personnages. Un savant mélange qui rend ce livre passionnant de bout en bout, foisonnant et divertissant.

J’ai passé un beau moment de lecture dans ce Manoir de Tyneford en compagnie de Wrexham le majordome, de Poppie la jeune fille rousse et un peu sauvage, de Kit l’héritier intrépide, d’Elise Viennoise et Anglaise à la fois, de Mr Rivers plus attachant et profond qu’il n’y paraît. Je vous invite à découvrir ce roman en espérant qu’il vous plaise autant qu’à moi.

Natasha Solomons, Le Manoir de Tyneford, traduit de l’anglais par Lisa Rosenbaum, aux éditions Le Livre de Poche, 7€90.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s